• Ils ne savaient pas que c’était imposible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : manif retraité du 15 mars
      <b>DSC01511</b> <br />
    • Album : manif 16 novembre
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />
    • Album : Nos retraités cgt en manif
      <b>SONY DSC</b> <br />
    • Album : solidarité Arjo Wizernes 13 fevrier
      <b>IMG_0804</b> <br />

infos papetières

Posté par cgtchapelledarblayupm le 6 mai 2013

Infos papetières

TROIS QUESTIONS À…UPM  Le P-D-G d’UPM, Jussi Pesonen, commente les chiffres du premier trimestre 2013, qui font état d’une activité plutôt bonne dans les secteurs de la pâte, de l’énergie et de l’étiquette, mais toujours négative dans le papier

Que pensez-vous de ces chiffres du premier trimestre 2013 ?

Le premier trimestre a tout à fait correspondu à nos attentes: nos activités porteuses ont affiché une tendance stable et positive, alors que le groupe d’activité papier a été confronté à des difficultés et a nécessité beaucoup d’efforts. Le bénéfice d’exploitation s’établit à 144 M€ hors éléments exceptionnels, un résultat proche des périodes de comparaison (156 M€ au premier trimestre 2012, 146 M€ au 4e trimestre 2012). Le cash-flow d’exploitation a atteint 103 M€ sous l’effet d’une augmentation saisonnière du fonds de roulement. Quant au chiffre d’affaires, à 2474 M€, il est en léger retrait par rapport à la même période 2012 (2608 M€). Et l’Ebitda s’inscrit à 284 M€ (357 M€). Les résultats financiers ont été nettement soutenus par les performances stables des secteurs pâte, énergie et étiquettes. L’activité pâte est revenue à son niveau normal de performance, et notre couverture monétaire dans l’activité énergie est restée positive. Les performances des secteurs des contreplaqués et des bois sciés se sont elles aussi améliorées grâce à une meilleure rentabilité et à des stratégies commerciales révisées.

Quid de l’activité papier ?

Néanmoins, en ce qui concerne le groupe d’activité papier, le marché a évolué de manière défavorable, comme nous l’avions prévu. La rentabilité de l’activité européenne a subi l’impact négatif de trois facteurs: le prix des papiers de publication, l’évolution monétaire défavorable et les volumes de livraison par rapport au second semestre 2012. Les mesures prises en 2012 ont entraîné une baisse des coûts fixes de 30 M€ au premier trimes­tre 2013 par rapport à l’année dernière. Cependant, ces économies ne sont pas suffisantes pour compenser l’impact de la situation actuellement très difficile du marché. C’est pourquoi nous allons commencer à appliquer les plans de restructuration et de rationalisation annoncés en janvier pour réaliser 50 M€ d’économie par an sur les coûts fixes. En avril, nous procédions à l’arrêt définitif de deux machines à papier magazine, une à Rauma, en Finlande, l’autre à Ettringen, en Allemagne. Les ventes de la papeterie de Docelles, de la scierie de Pestovo et de l’usine de transformation de bois d’Aigrefeuille sont également en cours, ainsi que la rationalisation de nos fonctions. La pression économique a entraîné, et continuera selon nous d’entraîner, des changements structurels qui s’avéreront importants pour l’ensemble du secteur.

Et les perspectives 2013 ?

La croissance en Europe devrait rester très faible début 2013, ce qui affecte les marchés européens du papier graphique en particulier. Les économies des marchés en croissance devraient mieux tirer leur épingle du jeu, ce qui favorisera les marchés mondiaux des complexes adhésifs et de la pâte, ainsi que les marchés du papier en Asie et ceux des produits bois en dehors de l’Europe. Par rapport au second semestre 2012, les performances d’UPM au premier semestre 2013 vont être soutenues par des perspectives stables et continues pour les activités porteuses comme l’énergie, la pâte et les étiquettes. Cependant, la rentabilité de l’activité papier européenne pâtit fortement du prix des papiers de publication légèrement à la baisse, d’une évolution monétaire défavorable et de volumes de livraison inférieurs, par rapport au second semes­tre 2012. Le niveau des coûts d’UPM devrait rester stable.

 

ÇA BOUGE À LA CARTONNERIE ALLARD DE COMPIÈGNE…

Quelques semaines après son rachat par le groupe Valois, la cartonnerie Allard sem­ble rentrer dans un processus de restructuration. Lors des récentes négociations annuelles obligatoires, la direction a annoncé que la baisse du chiffre d’affaires pourrait justifier la suppression de certains acquis, comme les 35 heures ou les RTT. On parle également de sept licenciements sur le site qui emploie 120 personnes. À suivre…

 

… CHEZ UPM DOCELLES…

Manifestation symbolique de déversement de papier devant la préfecture d’Épinal pour les salariés de la papeterie de Docelles (groupe UPM), histoire qu’on ne les oublie pas. Il semble que 160 entreprises aient été approchées par le cabinet missionné par le groupe, qu’une vingtaine s’est dite intéressée par le site vosgien et que huit ont demandé un dossier complémentaire. Le site,

spécialisé dans le papier bureautique et médical, tourne à 80 % de ses capacités. Les salariés espèrent aller au-delà de la date butoir du 17 juillet, fixée par la direction pour trouver un repreneur. Jean-Marc Louvet, directeur général d’UPM France, a récemment estimé qu’on n’en était qu’au point de départ dans le processus de cession. « C’est un dossier important, dans une conjoncture qui n’est pas facile. Les contacts ont été pris avec les candidats potentiels dans la phase d’instruction du dossier », a-t-il déclaré à notre confrère Vosges Matin. Prochaine réunion, le 27 mai. 167 salariés attendent des décisions.

 

… ET À CORBEHEM….

Inquiétudes également à la papeterie de Corbehem où une opération escargot a été organisée la semaine dernière sur la route d’Arras. Les manifestants s’interrogent sur leur avenir. En octobre dernier, le groupe Stora Enso annonçait le lancement d’une étude sur une possible revente de l’usine de Corbehem et, depuis lors, les 350 employés de la papeterie n’ont plus eu de nouvelles. Ils craignent un projet de revente de la papeterie du Pas-de-Calais, qui a déjà connu de grosses difficultés en 2006.

 

DOUBLE A: 3 GAMMES POUR ALIZAY

La marque thaïlandaise Double A a exposé au salon Bureaux expo (à Paris–Porte de­ Versailles), aux côtés des grands noms de la distribution, Bruneau, Staples, etc. Double A maintient ses prévisions de redémarrage de la production d’ici à l’été sur le site d’Alizay, près de Rouen. À partir de fibres vierges issues des plantations d’eucalyptus en Thaïlande et en Asie du Sud-Est, le site d’Alizay produira trois types de ramettes: le premium Double A où sera apposé un logo « made in France », le Hi Plus pour les usages quotidiens et le produit d’appel Smart Copy, un 80 g laser et copieur.

 

RÉSULTATS EN BAISSE CHEZ HOLMEN

Le producteur suédois de bois de sciage, papier d’impression et carton plat, affiche un premier trimestre mitigé, marqué par une nette baisse du résultat d’exploitation (- 57 %), à 238 M SEK, soit environ 27,8 M€. Le bénéfice après taxes et impôts se situe à 42 M de couronnes suédoises contre 389 M SEK sur la période janvier-mars 2012. La division Holmen Paper accuse une baisse de 5 % de ses livraisons par rapport au premier trimes­tre 2012. En revanche, celles qui concernent les papiers non couchés haute brillance de la gamme MF Magazine ainsi que le papier pour livre connaissent une belle pro­gression: + 10 %. Sa filiale Iggesund Paperboard a profité d’une augmentation de 5 % de ses livraisons de cartons SBB et FBB, mais, toutes gammes de produits confondus, les livraisons globales accusent une baisse de 4000 tonnes, à 119000 tonnes. Cette baisse, combinée à l’appréciation de la couronne suédoise et des coûts de production plus élevés, a entraîné une nette réduction du profit d’exploitation: 60 M SEK contre 214 M SEK à la même époque l’an dernier.

 

STORA ENSO: LES CHIFFRES DU PREMIER TRIMESTRE COMMENTÉS

Le P-DG de Stora Enso, Jouko Karvinen, dresse le bilan de l’activité au premier trimes­tre. « La période a été nettement marquée par la faiblesse des marchés et le manque de profitabilité des activités papier d’impression écriture, et bâtiment habitat. La faible conjoncture économique, conjuguée au déclin structurel des sortes de papier destinées à la presse a conduit à une baisse de 9 % de l’Ebitda groupe par rapport au premier trimes­tre 2012. » Jouko Karvinen veut dégager 200 M€ d’économie sur les frais fixes, avec un plein effet dès le deuxième trimestre 2014, un plan qui inclut les 30 M€ d’économie que doit réaliser la division bâtiment et habitat. Les deux activités, papier d’impression écriture et bâtiment habitat, seront regroupées au sein d’une même entité sous la direction de Karl-Henrik Sundström, avec pour objectif la simplification de l’organisation entre les trois niveaux que constituent le groupe, le pays et les différentes divisions.

 

LA PRODUCTION POURSUIVRA SON DÉCLIN EN FINLANDE

Le Centre de recherche de Pellervo (PTT) en Finlande publie ses prévisions sur l’industrie finnoise du papier. Selon ses experts, la production et l’exportation de papier devraient encore poursuivre leur baisse cette année et en 2014. A contrario, les producteurs de pâte et de carton plat devraient bénéficier d’une croissance de leurs exportations. Sur cette même période, 2013-2014, le PTT juge la situation économique en Europe encore instable et n’en­trevoit pas de reprise de la croissance cette année, avant un timide 1 % l’an prochain

 

UPM DÉMARRE SES ESSAIS DE BIODIESEL.

Le groupe papetier finlandais s’apprête à tester à grande échelle ses nouveaux biodiesels. En partenariat avec le centre de recherche du VTT et le groupe Volkswagen, le biocarburant produit depuis le site de Lappeenranta sera exploité par une flotte de véhicules. Ce biodiesel, BioVerno, a déjà été étudié sur moteur et sur un véhicule de test au VTT. Ces nouveaux tests grandeur nature doivent commencer en mai pro­chain et se prolonger plusieurs mois. « Des biocarburants avancés et d’origine renouve­lable constituent une grande opportunité pour la Finlande, souligne Nils-Olof Nylund, chercheur au VTT, car la Commission européenne va probablement restreindre à terme l’ex­ploitation des biocarburants d’origine agricole, ce qui signifie que les sous-produits de la forêt vont prendre davantage de valeur ». La flotte de véhicules doit tester le biodiesel d’UPM dans la métropole d’Helsinki. Les données de 20000 kilomètres de route effectués seront ensuite collectées pour analyse. Le biodiesel de deuxième génération d’UPM, UPM BioVerno, est une innovation qui doit permettre de diminuer les émissions de gaz à effet de serre du transport jusqu’à 80 % par rapport aux carburants fossiles. Les caractéristiques du produit correspondent à ceux des carburants traditionnels à base de pétrole et conviennent très bien aux véhicules et aux systèmes d’injection actuels.

Laisser un commentaire

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...