• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : manif 5 fevrier
      <b>DSC03238</b> <br />
    • Album : Table ronde 90 ans Chapelle
      <b>b1</b> <br />
    • Album : manif retraité du 15 mars
      <b>DSC01511</b> <br />
    • Album : manif 16 novembre
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 22 mai 2013

Stora Enso à Corbehem : le groupe finlandais est «marqué à la culotte» par le comité de suivi

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 mai 2013

Stora Enso à Corbehem : le groupe finlandais est «marqué à la culotte» par le comité de suivi dans CGT UPM Chapelle Darblay logo-stora-enso-150x56

Stora Enso à Corbehem : le groupe finlandais est 

                             «marqué à la culotte» par le comité de suivi

 Une réunion s’est tenue hier, en fin de matinée, à la préfecture, au sujet de l’entreprise Stora Enso de Corbehem. Les 350 salariés sont dans l’expectative depuis l’automne. Le groupe envisagerait de vendre sa dernière machine. Trois repreneurs potentiels ont été identifiés. Le dossier est suivi de près par le comité de pilotage composé de l’intersyndicale, des élus, de la chambre de commerce et d’industrie, des représentants de l’État.

Au sortir de la réunion, Christophe Sauvage, au nom de l’intersyndicale, exprimait sa satisfaction de voir tous les acteurs mobilisés autour de ce dossier. « On a décidé d’entrer en contact avec le groupe finlandais pour se mettre d’accord sur d’éventuels projets de reprise. Le site a des atouts. Le préfet est en contact avec le cabinet mandaté par le groupe. » « Ils sont marqués à la culotte », ajoutait Pierre Georget, président de la communauté de communes Osartis. « On est dans l’expectative, mais on reste vigilants. »stora-300x163 dans CGT UPM Chapelle Darblay

Bertrand Pericaud, président de la commission développement économique au conseil régional, exposait l’ambiguïté de la situation : « Stora veut vendre parce qu’il est en surcapacité de production, un repreneur sur le même créneau, ça peut sembler contradictoire. Nous voulons avoir des éléments sur la qualité des repreneurs. On a tout intérêt à ce que ce soit une reprise sérieuse. » Bertrand Pericaud a été mandaté par le préfet pour demander à Pierre de Saintignon (le premier vice-président du conseil régional, chargé du développement économique, viendra à Osartis le 25 juin) d’intervenir auprès de l’ambassadeur de France à Helsinki. « Les repreneurs sont intéressés par une activité papier et une reprise globale du site. » « On va prendre contact avec M. Munoz, représentant de la société Stora à Paris. La direction de Stora Corbehem dit ne rien savoir, alors on va chercher l’info ailleurs. Multiplication, diversité de l’activité, station d’épuration, lignes haute tension : on peut faire des quantités de choses sur le site de Corbehem ! On va continuer à marteler », ajoutait le conseiller général Martial Stienne.

Pierre Georget a rappelé que les Finlandais avaient du mal à concevoir qu’en France, les politiques s’occupent de l’économie. « La compétence économique est obligatoire pour une communauté de communes ; si on n’accompagne pas la reconquête de l’emploi, à quoi servons-nous ? » Il a rappelé l’épisode du projet de production de sacs de caisse à base de chanvre, qui avait été tué dans l’œuf par les actionnaires. « Le projet est parti ailleurs, peut-être même en Europe du Nord. C’est pourquoi nous accueillons avec une certaine frilosité leurs déclarations. Il vaudrait mieux un repreneur, mais nous nous montrons vigilants. Stora a la main mise sur la matière première. Nous, on a mis en place le fret ferroviaire : Stora n’a pas d’excuse auprès d’un repreneur. L’acheminement des matières premières est possible. »

Bertrand Pericaud de conclure : « L’entreprise a deux atouts : sa machine, qui est unique, et le savoir-faire. Nous, élus régionaux et d’Osartis, sommes en mesure d’accompagner les projets d’amélioration de l’activité et de diversification. Il faut que ce soit pris en compte par les repreneurs, pour qu’ils sachent qu’ils peuvent rester et se développer ici.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Christine Boutin : « Il y a des lois supérieures à la loi de la République

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 mai 2013

Christine Boutin : « Il y a des lois supérieures à la loi de la République, celles du Dieu catholique, apostolique et romain »

Christine Boutin, représentante officielle de l’Opus Dei en France, était l’invitée, dimanche 19 mai, de l’émission « Internationales », diffusée sur TV5-Monde et RFI en partenariat avec Le Monde. Elle explique notamment les raisons de son refus de célébrer un mariage homosexuel.

« Il y a des lois supérieures à la loi »

Visitée il y a peu par un ange annonciateur de la fin de la République, Christine Boutin assure que si elle était élue au suffrage universel, elle s’assoierait sur ce procédé diabolique et refuserait de célébrer un mariage entre personnes du même sexe. « J’estime que cette loi [instaurant le mariage pour tous] viole la conscience et qu’il y a des lois supérieures à la loi [de la République]« . Mme Boutin a assuré : « Il y a une loi morale supérieure à la loi de la République, c’est l’Oeuvre de Dieu qui me motive et rien d’autre. »

« Le mariage gay révèle une société libertaire, aux mains de Lucifer »Christine Boutin :

« Ce mariage gay est le révélateur de cette société que nous avons construite, une société libérale-libertaire, une Sodome que Dieu balaiera le jour du jugement final », a expliqué Christine Boutin. Elle s’est dite persuadée que la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA) viendront prochainement s’inscrire dans la loi, et qu’ainsi l’agence de notation divine enverra en enfer cette démocratie républicaine.

« Je ne suis pas homophobe »

Dotée d’un sens de l’humour propre aux intégristes de l’Opus Dei, accusée d’homophobie, Christine Boutin a répondu : « Je ne suis pas une homophobe. [...] Je suis sur le mur des homophobes comme l’Iranien. Je pourrais presque poursuivre pour diffamation ». La loi sur la diffamation est en effet décrétée conforme aux évangiles et à la parole de notre seigneur… Elle fait référence au mur des homophobes présenté le 17 mai par Act Up-Paris à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie, qui affiche certaines personnalités, dont Christine Boutin et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Manifestation aux côtés du député d’extrême droite Collard : « Les autres parlementaires m’ont poussée »

Interrogée sur sa présence aux côtés du député d’extrême droite, Gilbert Collard, lors de la manifestation contre le mariage pour tous, dimanche 21 avril, Christine Boutin a assuré qu’elle s’était retrouvée à défiler près de lui de manière involontaire : « Figurez-vous que les autres parlementaires m’ont poussée, et moi je me suis trouvé là ! » Avant de défendre sa présence aux côtés de M. Collard, en faisant valoir qu’ »il a été élu député selon les lois de la République ». « Depuis quinze ans, je demande la dissolution du Front national, (…) je combats les idées qui sont aux antipodes de ce que je porte », a-t-elle ajouté.

Pour se punir, elle finit son émission par deux Ave Maria, et trois Pater Noster, avant de se rendre d’urgence au pied de Sainte-Bernadette de Lourdes, menacée par les eaux en crue.

Publié dans FILPAC | Pas de Commentaire »

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...