• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />

« Nous devons convaincre les salariés tentés par le FN »

Posté par cgtchapelledarblayupm le 1 décembre 2013

                   « Nous devons convaincre les salariés tentés par le FN »

« Que six organisations syndicales et de jeunesse se mettent ensemble signifie vraiment que nous mesurons aujourd’hui le danger. Car, même dans les entreprises où la CGT est organisée, on sent bien qu’il y a une écoute plus attentive des salariés par rapport aux thèses de l’extrême droite, de Marine Le Pen et du mouvement qu’elle dirige.ud 1

Cela nous renvoie à nos responsabilités de première organisation syndicale du pays, sans parler, bien évidemment, de l’histoire de notre syndicat face aux mouvements fascistes et d’extrême droite. L’urgence du moment est bien de créer les conditions du débat avec les salariés et nous devons mettre le coup d’accélérateur pour outiller nos militants syndicaux dans les entreprises et les structures interprofessionnelles pour qu’ils aillent vers ce débat.

La journée du 29 est une étape, un lancement à portée nationale. On le déclinera, dans les mois qui suivent, dans les départements.  Cette initiative intersyndicale n’est pas une campagne de quelques semaines, et c’est important que les
organisations de jeunesse soient dans la boucle. De plus, les syndicats qui n’appellent pas au meeting du 29 janvier n’acceptent pas pour autant la situation. Il y a des possibilités de travailler ensemble, dans l’avenir, sur d’autres initiatives.

Cette journée du 29 janvier a pour but de mettre en commun nos analyses et de trouver des actions concrètes sur le terrain
pour convaincre les salariés tentés par les sirènes du Front national.
Nous sommes dans une période où les questions sociales et économiques pèsent très lourdement dans la tête des salariés. Le syndicalisme français est présent, structuré, implanté dans de très nombreuses entreprises et largement écouté. Ce qui,
encore une fois, veut dire que nous avons une vraie responsabilité.

Aujourd’hui, nous nous heurtons au ras le- bol, à l’appauvrissement de la population en général, aux plans sociaux qui se succèdent avec le Medef aux manettes. Mille emplois supprimés chaque jour, ce n’est pas anodin. Donc, même si le débat n’est pas facile, il faut y aller. Car, si le projet du Front national est aujourd’hui écouté, c’est aussi qu’il y a une absence de réponses de la gauche en général. Pourtant, la situation est sérieuse. »

■ Pascal Debay, membre du bureau confédéral de laCGT. 

Propos recueillis par M. d’A. 

Laisser un commentaire

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...