• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

Chez Pages Jaunes On achève les malades !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 novembre 2016

*Chez Pages Jaunes …..On achève les malades !

mardi 29 novembre 2016

Chez Pages Jaunes      On achève les malades ! dans CGT UPM Chapelle Darblay solocal29nov360e-d847f

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Solidarité pour Michaël PINCI

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 novembre 2016

 

Solidarité pour Michaël PINCI dans CGT UPM Chapelle Darblay declarationca0cc-c1bfc

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

projet filialisation upm France et avis des syndicats

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 novembre 2016

 

Synthèse du cabinet Secafi sur l’expertise du projet de filialisation et

avis des représentants du personnel lors du CCE du 21 novembre 2016.

 Le projet de filialisation de l’établissement de Raflatac et des activités de Plywood/ Timber renvoie à une volonté stratégique d’aligner les structures pays selon les BU mondiales du groupe UPM. Plusieurs éléments peuvent expliquer ce mouvement :

    Volonté d’avoir une structure plus décentralisée et plus proche du « business ». C’est à certains égards un « coup de balancier », après le mouvement inverse qui avait été opéré au début des années 2010 (regroupement de toutes les activités dans une même structure juridique, au moins pour la France).

     Volonté de céder un ou des business au niveau mondial. Nous n’avons pas d’éléments à date permettant d’accréditer cette idée, mais c’est une hypothèse qu’on ne peut exclure.

     Nous ne voyons pas d’intérêt fiscal spécifique à ce projet.

     Pas d’intérêt en terme de coût, la filialisation se traduisant même par un coût ponctuel non négligeable. (environ 500 000 euros).

     Le projet aura un impact sur les structures de représentation du personnel.

  Plus de représentants du personnel pour UPM Wood Materials SAS

  CCE UPM France SAS réduit à deux établissements, Chapelle Darblay et Levallois-Peret

  Le comité d’établissement de Raflatac deviendrait comité d’entreprise

 *

Avis des Représentants du Personnel au C.C.E, le 21 novembre 2016. 

Le projet s’inscrit dans un contexte difficile pour UPM France SAS :

-        Ouverture d’une nouvelle unité pour Raflatac en Pologne.

-        Situation difficile pour Chapelle Darblay après la précédente restructuration, au moment où le CCE ne perçoit pas une stratégie offensive pour assurer la pérennité du site :

  • Deux ans après l’annonce de l’arrêt de la PM3, aucun projet d’investissement n’a encore émergé malgré les annonces du Président de l’époque.
  • Le point bas de l’activité papier ne semble pas atteint en Europe, à la lecture des annonces du groupe et ce alors que les effectifs papier d’UPM ont beaucoup plus diminué dans les dernières années en France qu’en Allemagne notamment.

Sur les aspects comptables :

-        Nous ne connaissons pas la répartition entre capitaux propres et endettement des deux nouvelles structures juridiques.

-        Nous percevons bien les enjeux liés à ce choix encore à venir, notamment sur la stabilité financière des nouvelles structures et sur la participation.

-        Le CCE considère que la surcapitalisation que fait apparaître le scénario de fourchette haute ne se justifie pas au regard des éléments financiers.

-        Nous demandons à la Direction de fournir à l’expert les montants des capitaux propres dès qu’ils auront été arrêtés, afin que ce dernier puisse en informer le CCE lors de la réunion du 20 décembre

Sur les aspects sociaux :

-        Nous demandons que soient engagées dès maintenant entre les salariés PTP et la direction des discussions relatives à la non-application de la bonne convention collective depuis la fin des activités de transformation du bois en France, ainsi qu’à la perte de représentation et au maintien dans le temps de la prime compensatoire de perte des œuvres du CE.

-        Sur ce dernier point, nous vous demandons une réponse.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

le saviez vous !!!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 novembre 2016

 

 

**

14650211_282549788811400_1335663455811870606_n

*

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Déclaration du Comité général de l’UD CGT de Seine Maritime

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 novembre 2016

 

Déclaration du Comité général de l’UD CGT de Seine Maritime, réuni le 18 novembre 2016 à Caudebec les Elbeuf.

Résister aux attaques du gouvernement et du patronat, pour gagner sur nos revendications, renforçons nos syndicats pour renforcer les luttes. Pendant plusieurs mois, les syndicats CGT de Seine Maritime, ont été la force motrice d’un front commun intersyndical (CGT-FO-Solidaires-FSU-UNEF), base d’une résistance nationale qui a déstabilisé le gouvernement dans son projet de casser le Code du travail.

L’engagement puissant des syndicats, des Unions locales, de l’Union départementale 76 et des Unions professionnelles, pour le retrait de la loi Travail, a permis la mise en grève et la participation aux manifestations de dizaines de milliers de salariés. logo_ud-cgt-76

Si la grève, en Seine Maritime, avec la CGT au premier plan, a été particulièrement puissante, dans les ports, dans la chimie, dans l’Energie, elle a aussi touché des centaines d’entreprises (petites ou grandes) et de services publics. Le 14 juin, ce sont plus de 5200 salariés de Seine Maritime qui sont montés à Paris. Les salariés, s’appropriant l’exigence du retrait du projet de loi travail avec l’intersyndicale, ont mis en minorité le projet gouvernemental et patronal. Par 3 fois, le gouvernement Valls-Hollande a dû utiliser le 49-3 pour imposer la loi qu’il ne pouvait faire voter faute de majorité. Après des années de contre réformes des gouvernements Sarkozy et Hollande (retraites, ANI, loi Macron, loi Rebsamen, Pacte de responsabilité, CICE, PPCR…) les grèves et manifestations, particulièrement fortes en Seine Maritime sur le mot d’ordre unificateur de Retrait, montrent que la lutte de classe a repris tous ses droits.

Le congrès CGT de notre UD Seine Maritime à Lillebonne avait décidé en avril 2015 d’engager nos forces dans cette voie de la Résistance : Nécessité d’une CGT de lutte de classe, cherchant la convergence des luttes des différents secteurs. Rejet du syndicalisme rassemblé qui nous liait au gouvernement et nous paralysait. Construire le rapport de force sur des revendications précises face au patronat et au gouvernement. Le 51ème congrès confédéral a été aussi un point d’appui dans ce sens.

Aujourd’hui les attaques contre le monde du travail se font plus violentes tant dans le public que dans le privé avec pour objectif de faire exploser l’ensemble des garanties collectives. Cette offensive se mène avec la complicité de tous les gouvernements en liaison étroite avec la mise en œuvre des traités de libre-échange.

La pratique du coup de force.

Plus les plans patronaux et gouvernementaux sont rejetés par les salariés, actifs et retraités, plus les libertés démocratiques et le droit syndical sont attaqués.

Le gouvernement a montré l’exemple de l’autoritarisme avec le 49-3 et en prétendant interdire les manifestations. Dans notre Département nous veillerons au droit de manifester en toute sécurité face aux différentes formes que prennent les violences et les provocations contre la CGT.

De nombreux camarades de la CGT en Seine Maritime ont été mis en cause pour leur activité syndicale, avec la volonté de les réprimer et de les intimider. Le patronat a montré son vrai visage quand son représentant pour la zone portuaire du Havre a prétendu dicter ce que Philippe Martinez avait le droit de dire dans l’assemblée de rentrée de l’UD le 31 août. Puis c’est la police et la justice qui ont organisé une véritable provocation en arrêtant le 31 août à 6 heures du matin 2 camarades dockers qui ont comme seul tort d’avoir manifesté avec 1 million d’autres salariés à Paris le 14 juin pour le retrait de la loi travail.

La CGT ne se laisse pas et ne se laissera pas intimider. Nous continuerons à répondre présents contre chaque atteinte aux libertés syndicales, comme nous l’avons fait pour les 4 du Havre, pour les Air-France et les Goodyear, pour défendre la Bourse du travail d’Evreux.

Nous serons présents Le 23 novembre pour défendre Franck Mérouze, secrétaire général de l’Union locale de Caen, poursuivi pour diffamation

Le 25 novembre à Paris pour soutenir nos camarades dockers poursuivis par le Procureur de Paris. Chaque fois qu’il faut défendre le droit syndical et le droit de grève, face aux entraves patronales et du gouvernement.

Gouvernement et patronat affirment chaque jour qu’ils acceptent seulement un syndicalisme docile et d’accompagnement. La CGT, comme affirmé à notre congrès de Lillebonne et au 51ème congrès confédéral, n’occupera pas cette place et tiendra bon sur le terrain des luttes.

La CGT ne doit pas siéger dans les Conférences Territoriales de Dialogue Social qui organisent les fusions d’hôpitaux et les mutations. Continuant le combat pour l’abrogation de la loi Travail, la place de la CGT ne peut pas être de participer à la réécriture du Code du travail (comme prévu par l’article 1 de la loi travail pour liquider définitivement la hiérarchie des normes dans tous les champs du code du travail) comme Gattaz et Valls le voudraient.

Poursuivre le soutien aux luttes.

La responsabilité de notre UD est d’abord de poursuivre avec les UL et les Unions Professionnelles, le travail engagé pour soutenir les différentes luttes. La CGT a été en pointe lors des derniers conflits (Sidel, CH Rouvray, facteurs du Havre,…) et continue à l’être comme au Département 76. Nous devons continuer à amplifier le soutien et la solidarité.

En même temps, l’UD poursuit le combat sous toutes ses formes, pour l’abrogation de la loi travail, en même temps que le combat pied à pied pour la défense des Conventions Collectives et des statuts nationaux.

Renforcer le rapport de force, renforcer la CGT, chez les actifs et les retraités.

La place occupée par nos syndicats ces derniers mois nous permet d’aborder positivement l’objectif d’une UD qui augmente son nombre de syndiqués. L’UD poursuivra, en lien avec les Unions locales et les Unions professionnelles le travail en direction des TPE, pour faire voter CGT et pour permettre aux salariés de ces secteurs de s’organiser avec la CGT. Elle dénonce le choix du gouvernement de faire porter sur la CGT le report des élections alors que notre recours est parfaitement fondé.

L’UD, agira pour et soutiendra les mobilisations, avec l’unité des salariés sur des axes revendicatifs clairs :

- Pour interdire les licenciements et les suppressions de site, dans le privé et le public, pour la défense de l’emploi industriel en posant la question de la nationalisation sous contrôle des travailleurs des secteurs essentiels

- Défense des services et entreprises publiques contre la marche à leur privatisation, défense des statuts nationaux et particuliers attaqués.

- Défense des services publics et des statuts de la fonction publique, ainsi que défense de l’égalité républicaine que la réforme territoriale prétend mettre à bas. – Retrait des contre réformes gouvernementales : NON à la loi Touraine et aux GHT…

- Abrogation de toutes les lois régressives contre le système de retraite et de protection sociale

- L’augmentation générale et immédiate des salaires, pensions et des minimas sociaux de 300€ ainsi que le smic dans la même proportion soit à 1800 €.

- La réduction du temps de travail à 32h hebdomadaire, sans perte de salaire, et avec embauches correspondantes.

L’UD luttera sans relâche contre tous les poisons qui visent à diviser les rangs des salariés, en premier lieu le racisme et la xénophobie, mais aussi toute forme de discrimination, en particulier le sexisme.

L’UD CGT prendra toute initiative permettant de renforcer l’unité syndicale pour l’action commune dans la suite du combat contre la loi travail. Nous continuons à défendre la perspective de la construction d’une mobilisation interprofessionnelle puissante permettant de faire reculer patronat et gouvernement. Dans ce sens, nous soutenons l’ensemble des initiatives cherchant à faire converger les luttes et résistances, et notamment l’appel à une manifestation nationale pour début 2017.

L’UD invite à renforcer la CGT, premier pas pour l’action revendicative. Adopté à la majorité

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Compte rendu des réunions de C.E et D.P de novembre

Posté par cgtchapelledarblayupm le 18 novembre 2016

*

Compte rendu des réunions de C.E et D.P de novembre                         fichier pdf C.E du 15 novembre

Ne nous fâchons pas !

Pourtant la situation est loin d’être bonne dans les ateliers et les raisons de s’emporter nombreuses. Ces deux réunions nous ont permis d’exprimer la colère du personnel.

 Dépassés les résultats positifs de l’usine, il faut se rendre à l’évidence, la vitesse de croisière est loin d’être atteinte ; ou alors une partie de l’encadrement est aveugle…et sourde !

Ce ne sont pas les quelques milliers d’euros pour améliorer l’approvisionnement en copeaux de la chaudière qui vont rassurer et satisfaire le personnel.

 Mais soyons positifs, pour une fois, comme semble le demander certaines personnes !

 Alors, oui, les Représentants du Personnel sont heureux d’apprendre que notre gentil patron, pour noël, accepte notre « petite » demande d’investissement…pour la chaudière ! (La planche à billets)

 Désolés pour le retour sur terre mais avec l’annonce de l’arrêt supplémentaire de deux machines, nos inquiétudes demeurent quant à la volonté du Groupe de maintenir son activité en France.

 Inquiétudes et questions que nous posons à nos interlocuteurs.

 Si quelqu’un comprend ce qu’il se passe dans cette usine, nous sommes preneurs !

 

Comité d’Etablissement du 15 novembre.

   L’année 2017 s’annonce difficile avec la montée du prix de l’énergie électrique, celle des papiers

blancs et la nouvelle concurrence de Steyermuhl !       

Pourquoi nos Dirigeants refusent nos demandes d’investissements ?

 Amélioration du stockage des papiers recyclés. (Hangars)

Adaptation de l’outil de travail (décercleuse) à notre nouveau process Brite.

Investissement au Désencrage pour le Brite.

Changement du robot 1900 de l’emballage (plus de pièces).

Chouleurs usés (souvent un engin pour deux).

Investissement pour la bobineuse 2 (d’où la colère des bobineurs, entre autres)

 Liste non exhaustive ! Et plus le temps passe, plus la liste s’allonge.

 Un industriel digne de ce nom, cherche la rentabilité par l’investissement. Alors, que cherchent nos dirigeants, à nous couler ?

 Le Directeur semble bien impuissant à peser dans les décisions prises dans des bureaux finlandais où valsent les billets, loin des préoccupations du terrain.

 Exemple cité, notre capacité à avancer ou reculer les campagnes de Brite pour s’adapter à la marche de l’usine ?

La dernière s’effectue avec le Centre d’Affinage en marche avec évacuation du papier, non pas vers la DIP 3, Brite oblige, mais en payant des remorques pour l’évacuer vers la DIP 2…et repayer pour le ramener en DIP 3, plus tard, alors que ce même centre d’Affinage arrête la semaine d’après pour travaux planifiés !!! Quelle économie ! Le personnel appréciera.

      14                   Inquiétant, mais soyons optimistes et positifs, « on » y travaille. 

Comme dit le Directeur, un euro de gagné, c’est 250 000 € en fin d’année. Alléluia !

 Marche de l’usine.    

 Bons résultats de la machine et du Désencrage grâce à la volonté du personnel, troisième meilleur mois de l’année.

(Capa : 1.88, Efficacité : 89.27, refonte : 2.2, Production emballée : 19687 tonnes)

A contrario, faibles ventes en octobre : 17037 tonnes. 

Bonne volonté également du personnel qui charge ou décharge des poids-lourds qui viennent hors des plannings prévus ! 

Stocks MPR, Bois et Boues : Coup de chapeau au personnel qui slalome entre les différents tas.   

La capacité maximum semble atteinte…voire dépassée ?

Ventes : 

France : 49%, Europe : 19% et Grande Expor : 32%

La rentabilité de l’usine dépend pour beaucoup des destinations. France évidemment ; pour 2017, l’accent sera mis sur l’Europe, sous le budget en 2016.

 Production du Brite : 21% en novembre (15% en moyenne sur 2016). De nombreuses questions se posent sur la rentabilité de cette production. Les coûts variables s’envolent en octobre (75% de plus que le standard), d’où nos inquiétudes et nos demandes légitimes d’investissements et d’une stratégie forte sur nos approvisionnements.

Cela ne peut durer longtemps !

Le  Directeur : « Il  va falloir trouver des idées pour rester compétitif. »

 Pourtant, il est vital à nos yeux, d’être présents sur ce marché qui est sûrement l’avenir pour notre usine.

Steyermuhl, victime d’une restructuration, devient un site mono machine de production de journal, avec 294 000 tonnes de capacité !!!

Et un concurrent.

 Centrale/Energie.

En 2017, retour à un contrat avec EDF pour minimiser l’augmentation du prix de cette énergie verte, un comble. (70% environ et 30% marché). Là aussi les prix s’envolent en raison de l’arrêt de certaines Centrales Nucléaires.

Investissements.

Rien, à part les mises en demeure sur le Centre d’Affinage et la Chaudière qui obligent notre Employeur à effectuer des travaux pour améliorer les conditions de nettoyage. Toujours ça de pris !

 Effectifs. 279 personnes

Chapelle : 189, Fonctions : 16, Autres (Apprentis, MLD et PSE) : 74. 

Code de bonne conduite.

La Direction nous engage à le remplir, simplement. C’est mieux que menacer de licenciement comme certains ont pu s’en rendre coupables ! On a mieux à faire.

 Code de bonne conduite : Chapelle, dernier de la classe mais… Premier en qualité !

Absentéisme.

Quelques maladies supérieures à un mois le font grimper, comme en Logistique (7%) et Production (5%).

 Malgré les conditions de travail difficiles, il reste faible, pour l’instant ! 

Mutuelle.

 Réunions d’informations les : 1er décembre de 12h30 à 18h. Et  décembre de 12h30 à 15h.

En raison de l’obligation de mutuelle, par la nouvelle loi, la Direction de Chapelle-Darblay devait choisir entre les deux présentes sur notre site, Harmonie et Mutuale.

Après examen des propositions, Mutuale est retenue à partir du 1er janvier 2017.

Le personnel recevra prochainement un courrier explicatif et deux réunions d’informations sont proposées. Elles se tiendront dans la salle de réunion du Comité d’Etablissement.

 Nous nous félicitons de ce choix, Mutuale défendant des valeurs solidaires qui nous sont chères ! 

Nous rappelons que la mutuelle, familiale, à Chapelle est payée à 100% par l’Employeur, grâce au combat des aînés !

 

Réunion des Délégués du personnel du 16 novembre.

Nous combattons et continuerons à combattre toute forme d’injustice !  c’est dans nos gènes !!! 

Gros coup de colère des élus à l’annonce du procédé employé pour le recrutement au poste de « bobineur 2 ». Il serait préférable d’ouvrir le poste, de postuler, comme c’est la règle depuis des années et voulue par le Groupe.

Sinon, la suspicion s’installe quant au choix.

 Recrutement de l’ingénieur Développement : En cours !

Recrutement de l’ingénieur Effluents : En cours !

(Nous rappelons qu’il y a peu de femmes dans l’usine.)

 Nous demandons qu’une personne soit formée, pour éviter de se retrouver « en culotte courte » fin décembre…et assurer le remplacement lors de congés.

 Médecine du Travail : Pas d’amélioration. Manque de médecins !

Embauche d’une personne supplémentaire pour avoir un service Santé/Sécurité à l’échelle des enjeux du site : NON, la Sécurité est l’affaire de tous. (Amen) 

Pénibilité : Actions en cours, nous recevons un intervenant de la CARSAT le 28 novembre et la branche Papiers (UNIDIS) travaille également le sujet.

 Nous demandons la possibilité au personnel de consulter leurs différents comptes sur le temps de travail : Pénibilité. Compte Personnel de Formation.

Heures supplémentaires à 100% pour les prod/maint lors des interventions mécaniques la nuit. (Idem Maint.) : Fait. 

Logistique : Nous sommes enfin en possession de l’avenant au protocole, reste à le contrôler ! 

Restaurant : Il restera ouvert pendant l’arrêt de fin d’année, autre bonne nouvelle. 

Arrêt de fin d’année : Nous demandons le planning d’arrêt pour que le personnel puisse poser des congés.

 

Comité Central d’Entreprise.

 Reprise de la réunion suspendue le 28 octobre, le 21 novembre. Le Cabinet Sécafi a enfin reçu les éléments comptables permettant de présenter l’expertise sur l’analyse de la filialisation de Raflatac Nancy, Timber et Plywood. 

Cette opération pourrait avoir des répercussions sur UPM France qui comptera en 2017 un seul site de production, Chapelle, et le bureau de ventes de Levallois, siège de l’Entreprise. 

 

12Loi El khomri  

Un point sur les nouvelles dispositions concernant la Santé et la Sécurité en Entreprise. (Extrait de l’article paru dans « Travail et Santé » de novembre.) 

Entretien avec Sophie Fantoni-Quinton, professeur en médecine du travail et docteur en droit.

« La Santé devient incontournable en entreprise » 

« La loi renforce les préconisations individuelles du médecin du travail. Elle exige à chaque fois qu’il y a des préconisations qu’il y ait des échanges tripartites employeur-salarié-médecin du travail. Cela signifie que ce qui était parfois négligé fait aujourd’hui partie des missions propres du médecin du travail. Ce dialogue doit contribuer à permettre un meilleur maintien dans l’emploi ». 

Encore un exemple de lois qui ne sont pas ou difficilement applicables puisqu’il y a de moins en moins de médecins du travail (divisé par 2 ces dix dernières années.) 

Toujours dans « Travail et Santé ». 

Article : Collision engins-piétons. P40. (Encore des idées à prendre) 

« La solution passe par des flux maîtrisés. » 

Action pour la sécurité : Portillon à reconnaissance digitale.

(La sécurité n’a pas de prix.)

 

L’Union Départementale CGT organise ce 18 novembre son Comité Général à Caudebec les Elbeuf.13

 Avec nos 12 Unions Locales et l’U.D nous sommes montés au front depuis le début 2016, avec la Confédération, montrant une même volonté de bloquer la politique antisociale MEDEF-Gouvernement, et particulièrement la loi Travail.

 Cette unité dans la C.G.T, ce déploiement de la C.G.T, est un acquis puissant pour parler des suites.

 Au Comité Général, les syndicats seront à coup-sûr nombreux pour exposer les combats engagés dans de nombreux secteurs professionnels, pour défendre les emplois, les garanties collectives, les services publics, avancer sur nos revendications.

 Nous aurons à discuter de la défense du droit syndical et des libertés particulièrement menacées ces derniers mois.

 Et, la nécessité du renforcement de nos syndicats, de notre U.D.

N’est-ce pas la première condition pour l’action commune et pour l’efficacité revendicative.

 Ensemble. Solidaires                                                                                                        Grand-Couronne, le 18 novembre 2016.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

NO COMMENT !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 9 novembre 2016

 *no comment

 

NO COMMENT !

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Reportage FR3 suite annonce UPM……

Posté par cgtchapelledarblayupm le 4 novembre 2016

 

L’usine de papier La Chapelle Darblay échappe aux suppressions de postes

*

FRANCE 3 HAUTE-NORMANDIE ; Le finlandais UPM suppriment 275 postes dans ces usines de papier

mais le site de Grand Couronne est épargné        clic sur le lien ci dessous              

*
© Bruno Belamri - France 3 Normandie   Le numéro un du papier pour magazines Le finlandais UPM annonce 275 suppressions de postes en Europe. Deux sites sont touchés en Allemagne et en Autriche : tandis que celui de Grand Couronne est épargné … pour l’instant.
Le site La Chapelle Darblay Cette usine, installée à Grand Couronne, a déjà été touchée par des restructurations : en juin 2015, UPM décidait de mettre à l’arrêt sa machine n°3. Si le site n’est pas concerné cette fois ci, les représentants syndicaux restent vigilants.  VIDEO : Un reportage de Stéphane Gérain et Bruno Belamri sur le site de Grand Couronne avec les interviews de Jean-François Gabala, secrétaire du CE – délégué syndical CGT
Reportage FR3 suite annonce UPM...... dans CGT UPM Chapelle Darblay NI_844131_1478275178_1478275181_550

  L’usine de papier de La Chapelle Darblay n’est pas concernée par les suppressions de postes
Les causes de ces suppressions de postes en Europe Touché par la crise économique en Europe et par la numérisation des médias, UPM voit ses commandes de papier diminuer et a pris des mesures drastiques pour s’adapter, enchaînant les fermetures d’unités, de production et des plans de réduction des coûts. Ce groupe,qui emploie 19.600 personnes dans le monde, compte économiser 30 millions d’euros par an grâce à cette nouvelle restructuration.
 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Fermetures de deux machines à papier !!!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 4 novembre 2016

*

Fermetures de deux machines à papier !!!

Suite à l’article paru dans le journal « Correspondance de la Presse » qui annonçait une restructuration en Europe et que nous reprenions dernièrement, la nouvelle vient de tomber.

 Arrêt définitif de la PM3 de Steyermühl, en Autriche et de la PM2 d’Augsburg, en Allemagne.

 UPM continue à se séparer de ses unités les moins rentables pour assurer une rentabilité rapide et forte. 

                        Rien de nouveau, nous connaissons l’appétit féroce des actionnaires et savons que nous sommes sur un siège éjectable, au bon vouloir du Groupe. 

France 3, présent aujourd’hui sur notre site, prouve que nous sommes toujours debout, que nous existons et que nous comptons toujours pour UPM par nos avantages. 

Comme nous l’avons dit au micro, malgré une position défensive du Groupe, aucun investissement pour l’instant, la conscience professionnelle du personnel permet à cette usine de tenir le coup ! 

Pour l’instant notre positionnement stratégique, notre chaudière et nos contrats de papiers nous placent favorablement. 

Nous croyons en l’avenir du papier comme support et vecteur d’informations et particulièrement du papier journal qui pourrait reprendre des productions issues des papiers couchés. Qu’en sera-t-il du numérique dans dix ans ? Nul ne le sait !!! 

Nous savons aussi que la lutte est de tous les instants pour continuer à profiter de notre statut.

 Ci-dessous, des extraits de la communication du Groupe. 

(UPM, Helsinki, le 3 novembre 2016 à 11:30 EET) – UPM prévoit de réduire de manière définitive sa capacité de papier graphique en Europe de 305 000 tonnes. Ces réductions de capacité sont envisagées en Autriche et en Allemagne. 

UPM prévoit de fermer de manière définitive deux machines à papier :adherer-a-la-CGT

-              La machine à papier SC n° 3 d’UPM Steyrermühl, Autriche

-              La machine à papier SC n° 2 d’UPM Augsburg, Allemagne 

Le nombre de salariés impactés par le plan est estimé à 150 pour UPM Augsburg et 125 pour UPM Steyrermühl. Les processus de consultation des salariés vont démarrer courant novembre en conformité avec la législation locale.

Il est prévu d’arrêter les machines après la finalisation des processus de consultation.

 

Commentaires du PDG, lors de la communication des résultats du troisième trimestre 2016. 25/10/2016

 Extraits.    Jussi Pesonen, PDG, commente les résultats du troisième trimestre : 

« Les excellentes performances réalisées par UPM au cours du troisième trimestre démontrent la solidité de notre modèle opérationnel. Nos projets de croissance et mesures de compétitivité ont continué à porter leurs fruits. UPM Paper ENA a particulièrement bien tiré son épingle du jeu au cours de ce trimestre aux solides résultats saisonniers. Sur une base comparable, notre bénéfice d’exploitation (EBIT) a augmenté de 31 % et notre cash-flow d’exploitation a atteint un montant record de 506 millions d’euros. Par ailleurs, notre dette nette est en baisse d’environ 986 millions d’euros par rapport à l’année précédente.

 La performance d’UPM Paper ENA prouvent que l’on peut générer de la valeur, même dans un environnement économique difficile. Une stratégie commerciale efficace, une gestion stricte des coûts en continu et l’utilisation optimale des actifs ont rendu ces résultats possibles. Cette tendance était particulièrement visible lors du troisième trimestre aux résultats saisonniers solides, où nous avons atteint un niveau d’efficacité opérationnelle élevé tout en maintenant des coûts fixes très bas.

 Nous prévoyons que la baisse structurelle de la demande en papiers graphiques continuera à des niveaux similaires à ceux des dernières années. De ce fait, nous procédons actuellement à un examen de nos actifs de papiers graphiques en Europe. Les plans de restructuration éventuels seraient annoncés d’ici peu.

 Nos investissements de croissance ont continué à monter en puissance et ils ont contribué de manière significative à la croissance des bénéfices. En plus des investissements effectués dans les domaines de la pâte et des complexes auto-adhésifs, la bioraffinerie de Lappeenranta et la machine à papiers spéciaux de l’usine UPM Changshu ont activement contribué à nos performances. Nous avons désormais atteint 80 % des 200 millions d’euros de l’objectif d’EBITDA fixé pour cette première vague d’investissements de croissance.

 La seconde vague d’investissements de croissance ciblés se déroule comme prévu. Les projets d’extension de l’usine de contreplaqué UPM Otepää et de l’usine de pâte UPM Kaukas montent en puissance au quatrième trimestre, tandis que la seconde extension de l’usine de pâte UPM Kymi avance selon le plan prévu. En octobre, nous avons annoncé un investissement de 35 millions d’euros dans l’usine UPM Raflatac en Pologne pour répondre à la demande croissante de complexes auto-adhésifs en Europe. En Uruguay, nous poursuivons les négociations liées aux perspectives de développement à long terme.

 Dans l’ensemble, nous avons toutes les raisons de nous réjouir de ce trimestre. Notre cash-flow solide permet à la fois d’investir dans la croissance de façon ciblée et de distribuer des dividendes attractifs aux actionnaires. Grâce à notre bilan solide, nous pourrons accélérer la transformation de notre portefeuille d’activités lorsque l’opportunité et le bon moment se présenteront. UPM entend conserver un bilan solide en toutes circonstances. »

3Grand-Couronne, le 4 novembre 2016.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

UPM Paper ENA prévoit de réduire sa capacité de papier graphique de 305 000 tonnes en Europe

Posté par cgtchapelledarblayupm le 3 novembre 2016

*

UPM Paper ENA prévoit de réduire sa capacité de papier graphique

de 305 000 tonnes en Europe et supprime 275 postes.

(UPM, Helsinki, le 3 novembre 2016 à 11:30 EET) – UPM prévoit de réduire de manière définitive sa capacité de papier graphique en Europe de 305 000 tonnes. Ces réductions de capacité sont envisagées en Autriche et en Allemagne. 

UPM prévoit de fermer de manière définitive deux machines à papier :Logo_UPM

-              La machine à papier SC n° 3 d’UPM Steyrermühl, Autriche

-              La machine à papier SC n° 2 d’UPM Augsburg, Allemagne

Le nombre de salariés impactés par le plan est estimé à 150 pour UPM Augsburg et 125 pour UPM Steyrermühl. Les processus de consultation des salariés vont démarrer courant novembre en conformité avec la législation locale.

Il est prévu d’arrêter les machines après la finalisation des processus de consultation. 

Les économies résultant de ce plan s’élèveraient à 30 millions d’euros par an. UPM devrait comptabiliser des charges d’environ 75 millions d’euros comme un élément impactant la comparaison des résultats au 4ème  trimestre.

Sur ce montant, environ 45 millions d’euros seraient du cash.               

Selon le plan, les deux usines continueraient à produire du papier sur les machines à papier compétitives restant sur les sites. 

“La demande en papiers SC a décliné ces dernières années, de la même manière que les autres papiers graphiques, et le déclin devrait se poursuivre. Même dans des conditions de marché difficiles, nos salariés ont toujours donné le meilleur d’eux-mêmes et nous regrettons l’impact des fermetures envisagées sur le personnel. Cependant, nous devons ajuster nos opérations à la demande des clients sur le long terme,” déclare Winfried Schaur, Vice-Président exécutif, UPM Paper ENA.

 En raison des conditions de marché défavorables, nous avons mené une analyse approfondie de la compétitivité de nos machines de papier graphique. En raison de leur taille, de leur âge technique et du potentiel limité d’économies supplémentaires, la PM3 de Steyrermühl et la PM2 d’Augsbourg sont les machines SC les moins compétitives du parc de machines d’UPM. Les fermetures prévues assureraient une utilisation efficace de nos cinq machines à papier SC restantes,” déclare Anu Ahola, Vice-Présidente Senior, News & Retail, UPM Paper ENA.

 En début d’année, UPM a vendu son usine de Schwedt. La production annuelle de 282 000 tonnes de papier journal sera arrêtée à la fin du 3ème trimestre 2017. Le nouveau propriétaire convertira l’usine pour la production de testliner.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

12
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...