• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 7 septembre 2017

La papeterie de Docelles (88) dispersée lors d’une vente aux enchères

Posté par cgtchapelledarblayupm le 7 septembre 2017

*

Toutes les machines seront mises en vente,

libérant la place pour le nouveau propriétaire des murs. 

Voici la dernière étape de la mort de la plus ancienne papeterie de France. Trois ans après sa fermeture, l’usine à papier de Docelles dans les Vosges va être débarrassée de ses outils de production. docelles

*
L’ensemble des machines sera mis aux enchères le mardi 24 octobre 2017 à l’hôtel des ventes Marquis à Épinal et en simultané sur internet.Au catalogue, les machines de préparation de pâtes (comme la ligne pour le désassemblage des balles de pulpe Sicma, des pulpers Valmet, des cuves en inox, des raffineurs…), des machines de finition (des bobineuses à 2 tambours Jagenberg, des emballeuses Lamb…), des équipements de laboratoire (l’appareil de contrôle qualité des papiers IDM, le testeur de taille Hercofinn Sizing Tester…) et divers outils de manutentions et d’utilités. Le cœur de la papeterie, la machine à papier Voith, sera, elle, vendue pour pièces.
*
Faute d’entretien, selon les informations du journal Vosges Matin. Quant au bâtiment, il a déjà un nouveau propriétaire. En mai dernier, une entreprise de recyclage de la région a racheté les locaux.Créée en 1478, l’usine vosgienne comptait environ 150 salariés en janvier 2013 quand le groupe papetier finlandais UPM annonce qu’il souhaite vendre le site. Sans avoir trouvé de repreneur, UPM ferme le site en janvier 2014. Les ex-salariés vont alors faire des pieds et des mains pour redémarrer l’usine, sans succès.
*

de  Faustine Loison Le 06-09-2017 

                             

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...