• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 8 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4011</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3915</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels d e la santé
      <b>1</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05659</b> <br />
    • Album : Manif au havre le 24 janvier
      <b>20200124_095506</b> <br />
    • Album : Manif 15 janvier
      <b>DSC_3525</b> <br />
    • Album : actions du 14 janvier
      <b>DSC05505</b> <br />
    • Album : Manif 28 decembre
      <b>20191228_145507</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2019

Ceta : l’Assemblée nationale dit oui

Posté par cgtchapelledarblayupm le 26 juillet 2019

*

Ceta : l’Assemblée nationale dit oui

Négocié depuis des années, le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (CETA) a été ratifié, ce mardi 23 juillet par les députés français par 266 voix contre 213. L’accord controversé a fait l’objet de plusieurs heures de débats tendus à l’Assemblée nationale.5d3abd61a8384cc51b07b05d

Ni les manifestations qui s’enchainent depuis 2010, ni l’intervention de Greta Thunberg, la jeune figure suédoise de la lutte contre le changement climatique, devant les députés ce mardi matin à l’Assemblée, n’auront pu changer la donne.

Le CETA, un accord de libre-échange commercial entre l’UE et le Canada signé en 2016 et appliqué de façon provisoire depuis septembre 2017, a été ratifié aujourd’hui par l’Assemblée Nationale.

Pourtant les problèmes soulevés par ce traité qui va impliquer l’ensemble de l’Union européenne demeurent, notamment sur la santé et l’environnement, dénoncent dans une belle unanimité 72 organisations françaises dont la CGT, les agriculteurs et la société civile.

Le CETA prévoit en effet notamment de supprimer les droits de douane sur 98% des produits échangés entre le Canada et l’Union européenne. Il a été qualifié dans une belle unanimité, par les nombreux députés de l’opposition de droite comme de gauche qui se sont succédés aujourd’hui au perchoir et ont en majorité voté contre de « traité inepte » et « d’accord commercial déséquilibré ». On notera également que plusieurs députés de la majorité se sont abstenus et certains ont même voté contre.

Plus d’une dizaine de risques majeurs ont aussi été soulevés.

Ils vont de l’importation d’animaux nourris aux farines animales et exposés à des antibiotiques et pesticides interdits en Europe, à la fragilisation du principe de précaution, en passant par la toute-puissance des tribunaux d’arbitrage qui permettront aux multinationales d’attaquer les Etats sur des décisions légitimes en matière de climat, de biodiversité ou de santé publique système qui a été partiellement remanié par le gouvernement français qui a obtenu un « véto climatique ».

Mais celui-ci comporte, dénonce les opposants dont la CGT, de nombreuses incertitudes juridiques. Car le Ceta est, au même titre que les accords UE-Japon, UE-Vietnam et UE-Mercosur, négocié dans l’opacité la plus totale est un vrai danger pour la démocratie, les services publics, les normes sociales et la régulation des échanges favorables à la planète.

«il faut dire stop à ces accords qui corsètent la capacité des pouvoirs publics à porter une politique écologique et sociale  au profit des multinationales» souligne Boris Plazzi, chargé des questions internationales à la CGT.

C’est antinomique avec la transition écologique ». Les études d’impact déjà effectuées, montrent notamment une augmentation significative des émissions de Co2. Reste que pour entrer définitivement en vigueur, l’accord doit être validé par les 28 parlements nationaux des Etats membres. Quatorze, dont la France, ont voté pour. Le texte doit maintenant être soumis au Sénat français à une date encore indéterminée.

24 juillet

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

RETRAITES : Stoppons le projet de régression sociale !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 20 juillet 2019

*

RETRAITES :  Stoppons le projet de régression sociale !

Après près de 2 ans de pseudo concertation, Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, défend une réforme injuste, individualiste et qui poussera une grande partie des retraités à vivre dans la précarité et/ou les travailleurs à s’épuiser au travail avant de pouvoir partir à la retraite.

Le système Macron par points est injuste
Il est destiné à faire des économies sur le dos des salariés en accélérant la baisse de leurs pensions et en reculant l’âge d’accès à une retraite pleine et entière. La mise en place de nouvelles décotes recule l’âge réel de la retraite à 64 ans voire 65 ans.
Le retraité partant à l’âge légal de 62 ans, même avec une carrière complète (43 ans) verra sa pension amputée d’une décote de 10%.

C’est la fin de notre système de retraite calculé en trimestres et des mécanismes de solidarité.
Aujourd’hui, 15 millions de retraités (sur les 16 que compte le pays) bénéficient d’au moins un dispositif de solidarité !
Dans un système à points, il n’y a pas de périodes retenues mais non cotisées comme dans un système par annuité. Tous les aléas de la vie professionnelle ont un impact sur la retraite et nécessitent d’être compensés, avec le risque que la compensation soit insuffisante. Par exemple, avant de pouvoir bénéficier de points retraite couvrant les périodes de maladie, d’invalidité, il faudra décompter une période de carence plus ou moins longue : 30 jours perdus pour un arrêt maladie.

Petits boulots = petits salaires = petites retraites !Logo-cgt
Avec les points, les pensions vont chuter de 10 à 30% : les mauvaises années vont être comptabilisées (les plus petits salaires, le temps partiel subi, les périodes de chômage ou de précarité, etc.), en lieu et place des meilleures années actuellement. C’est donc bien une double peine pour les femmes, les malades ou invalides, les jeunes précaires ou les privés d’emploi !

Un système par points au service de la finance, au détriment des retraités
Le régime universel par points, c’est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires existants qui prennent en compte toutes les spécificités professionnelles et réparent les inégalités ou les contraintes particulières des différents métiers.
C’est, surtout, la suppression des dispositifs de départ anticipés liés à la pénibilité pour de nombreux travailleurs. Avec ce système, la retraite redeviendra l’antichambre de la mort pour celles et ceux dont l’espérance de vie est réduite par leur métier.
Ce système de retraite s’inscrit dans un projet de société construit sur le modèle libéral : il met en place un mécanisme purement gestionnaire et comptable de la retraite. Les points acquis pendant la vie professionnelle ne garantiront pas un niveau de pension suffisant.
La valeur du point au moment de la retraite sera tributaire de la conjoncture économique ou démographique. Sera-t-elle décidée à Bercy ou à Bruxelles ?

Cela peut changer et donc baisser chaque année
Les pensions ne seront plus déterminées en référence aux salaires mais dépendront de la situation économique du pays. En cas de récession économique ou d’explosion du nombre de départs à la retraite, le point baissera et la pension sera plus faible. En Allemagne ou en Suède où un tel système existe, le montant des retraites a baissé fortement et rapidement (92% des Suédoises ont déjà perdu).

La retraite de demain se construit dès aujourd’hui
Pour la CGT, il faut au contraire préserver et améliorer notre modèle social. Pour gagner de meilleures retraites, il faut augmenter les financements assis sur les cotisations sociales, part de notre salaire socialisé. Nous devons donc ensemble exiger :

  • des droits garantissant dans tous les secteurs professionnels la possibilité d’un départ dès 60 ans ;
  • une pension d’au moins 75 % du revenu net d’activité (pour une carrière complète) sans que celle-ci ne puisse être inférieure au Smic ;
  • la ré indexation des retraites sur le salaire annuel moyen et non sur l’inflation, facteur de décrochage de pouvoir d’achat entre les actifs et les retraités ;
  • la reconnaissance de la pénibilité au travail ; cette dernière ne devant pas être une fatalité. L’aménagement des fins de carrières, avec un droit à un départ anticipé à la retraite à taux plein à 55 ans voire 50 ans, pour les métiers les plus pénibles, est la garantie d’une espérance de vie en bonne santé pour toutes et tous ;
  • la prise en compte pour les jeunes des années d’études, de formation et de recherche du 1er emploi ;
  • la suppression des exonérations de cotisations sociales (dont la transformation du CICE en exonérations) pour dégager 20 milliards d’euros supplémentaires pour le financement des retraites ;
  • l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. C’est 6,5 milliards d’euros pour les retraites.

Pour gagner de meilleures retraites, de meilleurs salaires, des services publics pour tous et partout, la CGT appelle à se mobiliser le 24 septembre prochain.

Montreuil, le 18 juillet 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

RIP ADP : première escale vers la démocratie

Posté par cgtchapelledarblayupm le 15 juillet 2019

*

Logo-cgtRIP ADP : première escale vers la démocratie

 
La procédure pour demander un Référendum d’Initiative Partagée (RIP) sur l’avenir d’ADP a été gagnée, c’est la première étape d’un processus complexe et c’est une première en France !

L’enjeu de ce référendum porte sur une proposition de loi visant à « Affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris ». Il réside aussi et surtout dans une exigence de plus de démocratie, dans la capacité des citoyennes et citoyens à décider du devenir des biens et richesses de la nation, ce qui n’a pas été le cas, par exemple, lors des privatisations des autoroutes…

Soutenir le référendum sur ADP (pensez à vous munir d’une pièce d’identité)

Voir le tutoriel de la CGT pour soutenir le référendum ADP en ligne

Pour gagner ce référendum, il faut maintenant que 4,7 millions de citoyens et citoyennes le demande dans un délai de 9 mois (du 13 juin 2019 au 13 mars 2020).

Flyer ADPTélécharger le flyer 

Vous avez encore des questions sur le référendum d’initiative partagée sur ADP (aéroports de Paris) ?

Nous y répondons dans ces fiches explicatives :

Vous rencontrez des difficultés pour soutenir le RIP sur le site dédié ? Vous n’êtes pas seul.e !

Ecouter le billet d’humeur de Nicole Ferroni sur France Inter

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Cpte rendu commission paritaire …..

Posté par cgtchapelledarblayupm le 12 juillet 2019

 

Compte rendu de la CPN du 10 juillet 2019

 

Minima de Branche, la Filpac ne signera pas et fera valoir son droit à l’opposition. CCNpapier10juillet19-une

La délégation patronale, avait ouvert à la signature 3 avenants, un sur les minimas salariaux, un sur les primes d’astreinte et un sur le panier de nuit et le point 100 des primes de nuit. 

Lors de la préparatoire de CPN du 9 juillet, les syndicats présents ont tous exprimé leurs mécontentements sur la position d’UNIDIS du refus d’augmenter le point 100 ancienneté qui est bloqué depuis plus de 20 ans. 

La Filpac suivant le mandat qui lui a été confié a annoncé aux patrons la ratification du seul texte sur le panier de nuit et le point 100 prime de nuit.

En effet, les syndicats et la Filpac pensent que comme depuis des années les patrons promettent. Mais leurs promesses ne sont jamais tenues, et le point 100 qui sert de base au calcul de l’ancienneté, reste bloqué à son niveau de 1993.

 Cette position patronale dogmatique démontre un profond mépris pour les salariés de nos professions.

Alors que les patrons se plaignent de problèmes de recrutement du personnel, ils ne sont pas capables d’accepter la mise en place d’une grille de minima « attirante » avec des avantages liés aux conditions de travail et d’ancienneté dignes. 

Montreuil, le 11 juillet 2019

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La Filpac ne signera pas le texte sur la proposition de Convention Collective

Posté par cgtchapelledarblayupm le 10 juillet 2019

logo_filpac-cgtlogo_filpac-cgt*      

   Communiqué de la

FILPAC CGT

La Filpac ne signera pas le texte sur la proposition de Convention Collective Ouvrier, Employé, Technicien, Agent de Maitrise et Cadre de la Production et Transformation du papier.

En effet, après 2 ans de négociations avec Unidis sous la menace patronale que les conventions collectives cadres disparaissent de nos champs professionnels, le ministère vient de signifier le 20 juin le rattachement de ces dernières à la convention collective de la Transformation du papier ainsi que celle de la production.

Ce qui laisse 5 ans aux organisations syndicales et patronales pour finaliser les textes pour la future convention collective.

Les revendications portées par la Filpac ne sont ni entendues ni écoutées par les patrons.

Elles sont pourtant simples et ne concernent pas la totalité des travailleurs de nos branches car bons nombres de celles-ci sont déjà des conquis dans les entreprises.

Mais la position patronale est une position idéologique pas une position économique.

 Nos revendications sur le point 100 ancienneté, les droits syndicaux, le financement du « dialogue » social, l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes et entre les catégories professionnelles sont très éloignées des préoccupations des patrons de nos branches.

Leurs seuls soucis sont les cours de la bourse et les stocks options qui leur sont dévolues en pressant au maximum les travailleurs de nos branches.

La position du syndicat patronal dans cette négociation, relayée par une organisation syndicale collaboratrice, est de pousser à la signature avec la peur que les patrons ne voudront plus négocier.

Cette position est pour le moins contradictoire avec leurs discours sur le dialogue social !

Le dialogue social débouchant sur la négociation sociale devrait prendre appui sur la répartition des richesses produites. Or pour les patrons de nos entreprises c’est partager comme « l’avare de Molière » tout pour les actionnaires et rien pour les travailleurs quel que soit leurs statuts.

C’est pour toutes ces raisons que notre organisation ne signera pas cette Convention Collective « unifiée ».

Montreuil le 10 juillet 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Pour la défense des enseignants…

Posté par cgtchapelledarblayupm le 10 juillet 2019

 

                  cgt                                    à Madame la Préfète,

                                                         Madame la Rectrice, 

 

Rouen, le 8 juillet 2019 

 

*

Madame la Préfète,

Madame la Rectrice,  

Nous suivons de très près, et nous sommes solidaires, de la mobilisation et de la grève engagées par les enseignants en défense du Bac comme diplôme national, premier grade universitaire. Les enseignants, avec la CGT et l’intersyndicale, demandent le retrait de la loi du Ministre Blanquer.

 Monsieur Blanquer a menacé des enseignants grévistes de retenues correspondant à 15 jours de salaire, et de sanction pénale.

 Qu’il s’agisse de faire cours, de corriger des copies de Bac, ou de siéger dans un jury, l’Union départementale CGT 76 défend inconditionnellement le droit des enseignants de faire grève. Les menaces, venant d’un Ministre, sont scandaleuses et déplacées.

 Il semble que Monsieur Blanquer ait le goût de l’arbitraire. Monsieur Blanquer respecte aussi peu le droit de grève que l’impartialité et la rigueur dans la notation des élèves passant les épreuves du Bac. Nous défendons les droits démocratiques dans le cadre républicain, contre l’arbitraire.

 Nous demandons que cessent ces menaces, et leur relai au niveau de la Seine Maritime.

L’Union départementale CGT 76 prendra les initiatives nécessaires, y compris unitaires, pour empêcher toutes sanctions et la remise en cause du droit de grève. 

 Nous demandons que soient entendues enfin les revendications de la grande majorité des enseignants.

 Veuillez agréer, Madame la préfète, Madame la Rectrice, nos salutations. 

Pascal MOREL

Secrétaire Général UD CGT.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Donnez votre avis pour une CGT qui réponde toujours plus à vos besoins !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 juillet 2019

*

Donnez votre avis pour une CGT qui réponde toujours plus à vos besoins !    

La force de la CGT, c’est son organisation et sa vie syndicale. Au cœur de ce processus, le syndiqué est un acteur clé,

que ce soit pour participer à la prise de décision ou pour être le relais des propositions de la CGT :

un syndicat, ce sont des syndiqués.

La participation à l’élévation du rapport de force est tout aussi déterminante, et ce sous différentes formes.

À l’issue de son 52e Congrès, la CGT a décidé de lancer une vaste consultation de tous ses syndiqués pour préparer ensemble une rentrée

offensive sur 3 sujets essentiels que sont :

  1. les retraites
  2. les salaires Logo-cgt
  3. les services publics.

Nous t’invitons donc à répondre à ces quelques questions avant le 30 septembre (Lien vers le questionnaire : cliquer ici)

Télécharger le questionnaire ici (format PDF)

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le second souffle !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 5 juillet 2019

*

Le second souffle !

 

Nous apprenons avec surprise que la légende de la petite enveloppe glissée en douce sur le coin du bureau pour les plus « méritants » n’est pas si imaginaire que ça !!!!

Elle existe belle et bien et beaucoup semblent surpris que nous ne connaissions pas son existence…. Bien sûr que non !

Sinon il y a longtemps que nous, vos IRP, aurions demandé des comptes là-dessus !!!

Déjà plusieurs questions se posent….aa

Qui la touche ?                            Tout le monde peut la toucher ? 

Sur quels critères ? 

Et bien les réponses sont très simples : seulement les cols blancs, avec l’accord du col encore plus blanc, et si t’es un col bleu…  Pas un sou !!! 

Nos premières réunions marathons commencent fort !!! 

18/06/19 : Plan de Formation

 Lui aussi change de nom pour passer à plan de développement des compétences, tout un programme…

ab Mais derrière la vitrine toujours le même constat, les mêmes recettes, la Direction cache la réalité du terrain, c’est à dire le manque de formation au poste, par des chiffres, des pourcentages et des euros, beaucoup d’euros ! Pour des formations obligatoires trop souvent ! Ça peut impressionner le quidam mais pas nous !

 Il paraît que notre avis, étayé, sur ce programme va servir de base de travail ; on n’a pas inventé la poudre, juste regardé la marche des ateliers et fait notre travail !

 

« L’urgence est de réintroduire dans nos dispositifs de formation cette conviction

que l’Homme doit être le principal enjeu des décideurs. »

 

Philippe Martinez ? Non, le Général Pierre de Villiers, ancien chef d’état-major des armées, dans Liaisons Sociales de juin 2019 !

 

21/06 CSSCT : Une première journée historique

 A notre grande joie, la nouvelle « toubib » est présente et semble montrer des signes d’intérêts à nos soucis de Santé au travail. Nous ne manquerons pas de la solliciter car la santé du personnel est un levier, voire le premier levier, de la bonne santé de l’usine. (Travailler sur les racines de l’absentéisme et les nouvelles méthodes de management)

  Le retour d’une semaine sécurité en septembre, du 16 au 20 et le 23, avec le retour des contrôles visuels et auditifs nous semble être une bonne chose pour pouvoir toucher un maximum de personnes. (Ajouter la prise de la tension, le révélateur de nombreux maux.)ac

 On vous avait fait un petit clin d’œil sur ce sujet dans notre dernier tract : du 17 au 21 juin a eu lieu la semaine de la qualité de vie au travail.

Evidemment, aucun écho sur notre site… on espère qu’en plus de la prochaine semaine sécurité, UPM n’oubliera pas ce sujet. Allier la qualité du produit et la qualité de vie.

  Un gros sujet aussi retombe comme un soufflet, l’entrée usine (côté camions bien sûr).

Il a été pensé par nous, budgété par eux, tiré sur plan par d’autres… mais maintenant il faut l’argent pour le faire mais ça, c’est une autre histoire. Argent trouvé plus rapidement pour le réseau incendie, obligatoire !!!

Ou la location du groupe clim pour les salles électriques du désencrage…

 Une étude sur la station couleur commence (ou recommence pour les plus anciens) avec, en juillet, une équipe sur place et le rapport qui lui devrait être fait pour septembre. A suivre…

 Légionellose, notre vieille ennemie nous fait malheureusement un retour en force avec, on le regrette, deux décès dans une usine en Belgique.

Nous demandions justement une attention toute particulière sur ce point mais l’actualité nous a devancé … UPM lance donc un plan d’action !

Rappel de nos demandes : Mitigeurs de douches, prélèvements mensuels dans les sanitaires et affichages.

 On en profite pour demander un contrôle des gaines de climatisation (bâtiment, salle de contrôle, engin aussi…) avec la poussière et autres, adapter les fréquences de nettoyage et de surveillance suivant les secteurs, cela nous paraît indispensable !

 Les harnais… grand sujet car une communication doit, encore une fois, être faite pour permettre aux personnes d’avoir des harnais adaptés à leur morphologie (y a pas que des petits et des poids plumes dans une papeterie), pour rappel, les harnais sont limités en poids.

 26/06 CSE : Une grosse journée !

adCahier de revendications

On recrute !!! toujours personne pour le personnel en mécanique… ça va faire bientôt deux ans !!!

On recherche un nouveau super Meca ? vu la difficulté à recruter… attention à ne pas laisser partir ceux qui sont toujours là……Cette absence est une charge de travail supplémentaire pour le personnel, bien trop conciliant, qui devrait refuser toute heure supplémentaire pour peser sur le recrutement !!!

En logistique : ça avance enfin, depuis avril, bientôt une nouvelle recrue !!! mais on constate que ça va bien plus vite quand la direction décide de créer un poste en « fiabilisation » et de nommer quelqu’un, que d’embaucher son remplaçant.

A propos de l’ouverture des postes, en production comme ailleurs, on se rend bien compte que le choix de n’ouvrir que les postes dits « clés » verrouillent forcément les mobilités ou bien les avancements de carrière dans l’usine. Il ne restera que les PPR (entretien annuel obligatoire) pour nous permettre d’évoluer…. Ah oui ça ne marche pas non plus ça…  tant pis !!!

Les fourchettes de salaires n’existent pas chez UPM mais plus on contrôle et plus on rencontre des postes à « fourchette » qui ne peuvent, de fait, pas augmenter… rendez-vous pris en septembre en réunion de suivi d’organisation pour être plus près de la réalité.

C’est d’ailleurs dans cet organe de réunion que nous avions demandé une personne de plus pour le service centrale/énergie, afin de permettre aux opérateurs d’être  formé au poste de conducteur s’ils le souhaitaient…   Mais là aussi le recrutement prend beaucoup de retard… on cherche encore un mouton à 5 pattes ? De qui se moque-t-on ?

Actu : le bonus

 Des manques, des oubliés, il aura fallu une « petite » réunion avec La personne chargée de la paye pour régler ça … entre autres choses d’ailleurs … comme les erreurs d’intitulés du contrat de travail sur certains secteurs, que nous avons fait rectifier

« On a fait le boulot, comme dirait l’ancien. »bb

 Marche de l’usine :

Malgré un gaspillage monstre d’argent (déchets, revente à perte de MPR, refonte, retours clients, études diverses, dossier Ortec, essais produits en tout genre, liste non exhaustive…) les prix de ventes sur le marché du journal masquent l’envol des coûts de production et ne reflètent pas du tout la réalité du terrain, ce sont toujours les mêmes personnes qui galèrent dans notre usine.

La période (7X2) est pourtant plus propice à rester dans les salles de contrôle (quand la clim dite de « confort » marche) qu’à courir dans les ateliers…qui s’en soucie ?

Nous ! en alertant M. Peitmann, lors de sa visite, en dénonçant l’incapacité de notre encadrement à travailler « et ensemble, et dans le même sens » c’est-à-dire pour l’usine.

M. Peitmann, grand RH parmi les RH, vient sur notre site pour vérifier si tous les cols blancs arrivent à travailler ensemble…. Bon, il y a du boulot.

Les frais maintenant : Les frais fixes atteignent un niveau presque historique et les frais de groupe presque 800 000€ sur le mois…. On a dit vache à lait ?

Ventes : (19351 t) dont « seulement »  11% de Brite pour le mois de mai

 

Destination

Pourcentage

Budget 2019

France

27

45

Europe

30

25

Gr.Export

44

30

 

Qualité : comme prévu, beaucoup de retours depuis début janvier, à qui la faute ? certainement pas aux opérateurs qui préviennent depuis très longtemps de la baisse très significative de la qualité dans plusieurs secteurs…. Attention, revenir à faire de la qualité est bien plus difficile que de descendre nos standards !!!

La Direction doit s’emparer de ce sujet, lui tordre le cou avant que le personnel ne baisse les bras définitivement !!!

 

27/06/19 : Réunion Pénibilité

ccEn amont, nous avons réuni les personnes concernées par ce premier projet d’accord sur ce sujet. (Années 60, 61 et 62)

Pour rappeler que la loi donnait des miettes à ces travailleuses et travailleurs qui ont beaucoup donné, trente, trente-cinq ans et plus pour certains dans des conditions plus précaires (bruit, chaleur…)

Cet accord, s’il est signé, pourrait être une première reconnaissance et première pierre posée pour les années à venir…

Celui-ci, nommé par la Direction « Accord de fin de carrière » s’ajouterait (si on peut dire) aux points acquis dans le cadre de la Pénibilité et n’affecterait pas l’équilibre des équipes.

Nous espérons obtenir la reconnaissance due à ces personnes et en faire profiter d’autres, ensuite, dans un accord amélioré.

Ce sujet est un enjeu majeur aussi pour l’employeur, à l’avenir. Votre santé l’intéressera !

Travailler plus longtemps, mais dans quel état ?

On regrette la décision de la direction de ne pas prendre en compte des personnes qui, malgré la très grande majorité de leur carrière en « quart », au service de la chapelle, ne rentre pas, plus, dans les bonnes cases.

Les discussions avancent, avec un autre rendez-vous pris pour le 8 août pour une finalité, on l’espère en septembre. L’engagement ayant été pris lors de la NAO, en début d’année.

 02/07 : CSEC (ancien Comité Central d’Entreprise)

dd

La réunion au siège à Paris nous révèle encore plus d’inquiétudes sur le niveau de discussions et l’avancement de la négociation du contrat énergie verte (ne plus dire CRE car UPM n’a pas voulu s’inscrire dans le dernier CRE existant).

Visiblement l’état et la direction ont enfin fini de se regarder en chien de faïence, et la « haute » sphère d’UPM doit prendre contact avec les représentants de l’état pour trouver un accord…  Nous demandons à avoir le calendrier des dates au plus vite.

On l’avait déjà annoncé mais nous resterons acteurs de cette négociation, 

LA CHAPELLE DARBLAY, C’EST NOUS !!! 

Les notes d’orientations stratégiques présentées aussi ce même jour confortent que nous ne nous sommes pas trompés de chemin, que quelques-uns des projets de la commission industrielle mise en place grâce à la lutte (deux projets sur les onze…) sont en cours de développement.

Le centre d’affinage par exemple, ou la revalorisation des cendres sont bien des propositions de 2015 et il est dommage d’attendre si longtemps pour les voir émerger, peut-être !

 Nota du DS : il en reste encore si jamais l’usine cherche comment se développer…fret ferroviaire, fleuve, vapeur…

Nous rappelons ici que tous ces projets, « ce sont les nôtres » qui, depuis la fermeture de la PM3* ont été développés via le cabinet SECAFI et soutenus par l’équipe syndicale et les PAP-CHAP depuis 2015 !!!

*(d’ailleurs, pour mémoire, la date de son arrêt, le 19/06/2015)

 

eeActivités syndicales

Les Urgences en grève

 Ce qui se passera cet été : la réforme de la retraite, services publics (pompiers, agents administratifs, etc, en grève)

 Dès la rentrée, il faudra encore se battre pour la protection sociale !!!

                                                                                                                               04 juillet 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Retraite : Le coup de « Jarnac » du gouvernement !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 4 juillet 2019

Retraite : Le coup de « Jarnac » du gouvernement !

La CGT dénonce le jeu de dupes mené depuis des mois par le gouvernement et son haut-commissaire, avec des mesures annoncées mais jamais exposées durant toute la phase de concertation.

C’est à travers le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) que le gouvernement à montrer son jeu en accélérant l’allongement de la durée de cotisation (de 167 à 172 trimestres). 

Le gouvernement anticipe de nouvelles régressions sociales en reculant l’âge de la retraite à taux plein par le biais de la décote. Il ne cache d’ailleurs plus désormais que son objectif est de reculer l’âge réel de départ à la retraite à 64 ans puis à 65 ans et, cela, le plus rapidement possible.

Toutes les générations nées à partir de 1963 seront concernées ; dès 2025, elles devront avoir cotisé 172 trimestres. 

Elles vont donc subir une double peine : 

 

  1. l’allongement de la durée de cotisation requise qui les obligera à reporter leur départ au-delà de 62 ans
  2. la bascule dans le futur système à points

https://youtu.be/kdSvr6A_wzA

Comme à son habitude, ce gouvernement veut passer en force en avançant et en brouillant les pistes.
Une seule réponse est possible selon la CGT : construire une large mobilisation sociale pour empêcher ces  mauvais coups.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...