• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 6 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4011</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3915</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels d e la santé
      <b>1</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05659</b> <br />
    • Album : Manif au havre le 24 janvier
      <b>20200124_095506</b> <br />
    • Album : Manif 15 janvier
      <b>DSC_3525</b> <br />
    • Album : actions du 14 janvier
      <b>DSC05505</b> <br />
    • Album : Manif 28 decembre
      <b>20191228_145507</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 27 mai 2020

23 députés LREM s’inquiètent de l’avenir de l’usine Chapelle-Darblay

Posté par cgtchapelledarblayupm le 27 mai 2020

*

23 députés LREM s’inquiètent de l’avenir de l’usine

Chapelle-Darblay, près de Rouen

23 députés ont écrit au ministre de l’Économie pour demander à ce que l’État « facilite la reprise de ce fleuron industriel français », menacé de fermer le 15 juin 2020.chapelle-darblay-martinez-bayou-grand-couronne-rouen-67-854x641

C’est un courrier de plus à ajouter au dossier Chapelle-Darblay sur le bureau du gouvernement. Vingt-trois députés LREM, dont les députées de Seine-Maritime Stéphanie Kerbarh, Sira Sylla et Annie Vidal, ont adressé un courrier mardi 26 mai 2020, au ministre de l’Économie Bruno Le Maire, concernant l’avenir du site industriel de Grand-Couronne, dans la région rouennaise. UPM la Chapelle-Darblay fermera ses portes le 15 juin, si rien n’est fait.

Pour « assurer un avenir à la filière du papier recyclé »

Après le parlementaire européen David Cormand et une cinquantaine d’élus normands menés par le candidat à la mairie de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, c’est au tour de députés de la majorité présidentielle de s’inquiéter de la fermeture annoncée de ce site stratégique de la filière du recyclage en France. Selon eux, « l’État doit faciliter la reprise de ce fleuron industriel français et ainsi assurer un avenir à la filière du papier recyclé en France. […] Cette reprise serait en parfaite adéquation avec nos ambitions nationales ».

L’instigatrice de ce courrier est Stéphanie Kerbarh, rapporteur du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Selon elle, le site Chapelle-Darblay a incontestablement de l’avenir. Dans ce courrier, il est précisé que « la filière du recyclage des déchets en France a été identifiée comme étant un des 12 marchés émergents et nécessitant un soutien public ». Lors de l’élaboration de cette loi, la députée de Seine-Maritime indique avoir « toujours pensé à la Chapelle-Darblay ».

EZAvscNWkAYLtmJ

EZAvvpmWsAIJaPL

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La France ne compte que deux grandes usines fabriquant du papier journal.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 27 mai 2020

*

La France ne compte que deux grandes usines fabriquant du papier journal.

L’une d’elles aura peut-être fermé d’ici un mois.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-m/l-edito-m-26-mai-2020

Environ 250 000 tonnes de papier recyclé sortent de l’usine de Chapelle-Darblay, chaque année. © Maxppp / PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Xavier Oriot

La Chapelle-Darblay à Grand Couronne, près de Rouen. Son propriétaire, le groupe finlandais UPM, la lâchera le 15 juin. La mobilisation – blocage, manif et tam-tam syndical – n’a guère produit d’effet, aucun repreneur n’a donné suite. Hier, une cinquantaine d’élus normands ont interpellé Édouard Philippe, lui-même natif de la région. 

La Chapelle-Darblay travaille pour toute la presse française magazine et quotidienne. Seulement voilà, les tirages baissent inexorablement. Vous avez une idée du nombre d’exemplaires qu’impriment nos journaux chaque année ? 3,2 milliards, rien qu’en France. Ça paraît colossal, non ? Pourtant, il y a tout juste 10 ans, ils tiraient 4 milliards d’exemplaires. 
DSC05088

Cette semaine, le Financial Times, grand quotidien économique britannique, évoquait sans tabou la fin de son édition papier. Il ne sera ni le premier, ni le seul journal à déserter les imprimeries. Chez nous, on parle beaucoup des conséquenes sur la distribution de la presse. Moins d’exemplaires à transporter, des camions qui tournent à vide, un système en faillite. Et si on s’intéressait à la filière du papier ?

Sans pages de publicité, les journaux n’ont plus les moyens de payer le papier. Cette année, L’Express annonce là encore sans tabou qu’il fait des économies en imprimant sur un papier plus fin, avec moins de pagination, mais plus de texte, donc moins de marges, moins d’illustration. Compter le papier a une incidence directe sur la façon d’informer. Y renoncer aussi.

La fermeture de la Chapelle-Darblay menace 250 emplois directs et plus d’un millier d’emplois indirects… Elle menace aussi toute une filière de recyclage. Car elle est la seule usine à produire du papier 100% recyclé. Sa capacité de recyclage atteint les 380 000 tonnes par an. Elle possède une puissante chaufferie biomasse et une station d’épuration. DSC05088

L’autre usine implantée sur le sol français se situe à Golbey, dans les Vosges. Elle appartient à des Norvégiens et crache 600 000 tonnes de papier par an, à partir de papiers récupérés et de bois. Toutefois, elle ne fournit que les quotidiens. Nos deux usines exportent dans toute l’Europe – la France honore encore sa tradition papetière -, mais la fermeture de la Chapelle Darblay obligera immédiatement les magazines tricolores à se fournir à l’étranger… c’est-à-dire en Espagne, Suède, Finlande, mais surtout en Allemagne dont les capacités de production de papier ne cessent d’augmenter. 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...