• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 7 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 décembre 2020

Quel repreneur pour l’outil industriel à la Chapelle Darblay ?

Posté par cgtchapelledarblayupm le 12 décembre 2020

Près de Rouen.

Quel repreneur pour l’outil industriel à la Chapelle Darblay ?

Les rendez-vous se multiplient pour rechercher un repreneur pour l’outil industriel de la Chapelle Darblay, à Grand-Couronne. Le temps presse et l’ancien propriétaire, UPM, met la pression.

Quel repreneur pour l'outil industriel à la Chapelle Darblay ?

L’outil industriel reste sur place jusqu’au mois de juin, au-delà de cette date, les machines seront démantelées.

Publié le 11 décembre 2020 à 15h22    Par Amaury Tremblay
 Rien n’est encore concrétisé mais les élus locaux ont bon espoir de trouver un repreneur pour l’outil industriel
au sein de la Chapelle Darblay, à Grand-Couronne.

Deux pistes à l’étude

Les délégués syndicaux poursuivent les rendez-vous avec une crainte, que le groupe finlandais UPM ne veuille plus étudier de dossiers au-delà du 15 janvier, alors que l’outil industriel reste sur place jusqu’en juin. « Je ne désespère pas, nous avons deux pistes actuellement à l’étude », confie le président de la Région Normandie, Hervé Morin. L’un de ses acteurs se serait d’ailleurs rendu sur place récemment.

Si la piste d’un grand groupe étranger comme VPK n’est pas exclue, celle d’une entreprise de taille intermédiaire française aurait la faveur de certains élus.

« L’État sera à nos côtés s’il y a une solution et le gouvernement est attentif pour sauver l’entreprise », ajoute Hervé Morin qui a multiplié les contacts avec des chefs d’entreprise pour tenter de trouver un repreneur. Plusieurs rendez-vous vont arriver d’ici la fin de l’année pour les délégués syndicaux dont une rencontre avec le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, et avec le ministère de l’industrie.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...