• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2022

Marianne Lère a filmé la « lutte victorieuse » des salariés de Chapelle Darblay

Posté par cgtchapelledarblayupm le 31 octobre 2022

*

Près de Rouen, Marianne Lère a filmé la « lutte victorieuse »

des salariés de Chapelle Darblay

Un projet de documentaire est en cours de finalisation, sur le sauvetage de la papeterie Chapelle Darblay à Grand-Couronne. Sa réalisatrice répond aux questions de 76actu.

De mai 2021 à juin 2022, Marianne Lère a filmé le combat des salariés de Chapelle Darblay, à Grand-Couronne (Seine-Maritime), près de Rouen. En jeu, le sauvetage de la dernière usine à fabriquer du papier journal 100 % recyclé en France.

En cours de finalisation pour une sortie prévue « courant 2023 », ce film intitulé Chapelle Darblay, ils l’ont fait ! s’annonce comme une plongée dans les coulisses de cette aventure pleine de rebondissements, jusqu’à la reprise du site par le consortium Veolia/Fibre excellence, officialisée fin mai 2022. Entretien avec sa réalisatrice.

« Ils n’appartenaient pas au même monde »DSC_7926

Actu : Comment vous est venue l’idée de réaliser un documentaire sur le combat des salariés de Chapelle Darblay ?

Marianne Lère : Après mon film « Vive le travail » (2021), une enquête de plus de deux ans sur le monde du travail en Europe, j’avais à l’esprit d’approcher la question syndicale : quel est le rôle d’un syndicat dans la société d’aujourd’hui et comment peut-il évoluer ? Très vite s’est posée la question du tournant écologique, la question environnementale liée à la question sociale.

C’est mon complice Thomas Coutrot, économiste, avec qui je réfléchissais à un projet de film, qui m’a parlé de Chapelle Darblay. Il m’a dit qu’il se passait quelque chose de très intéressant là-bas. C’est un site que je ne connaissais absolument pas. J’y ai rencontré les trois représentants du personnel : deux ouvriers syndiqués à la CGT [Cyril Briffault et Julien Sénécal, Ndlr] et le troisième, un cadre sans étiquette [Arnaud Dauxerre].

Pouvez-vous nous présenter ces trois hommes qui sont les protagonistes majeurs du documentaire ?

ML : Quand je les ai rencontrés, ils étaient déjà dans la lutte depuis un peu plus d’un an. J’ai senti tout de suite qu’un lien fort les unissait alors qu’au départ, ils ne se connaissaient que de vue et n’appartenaient pas au même monde. Au sein de l’entreprise, il n’y avait aucun échange entre eux. Le site de Chapelle Darblay est divisé en deux espaces : « Versailles », comme ils l’appellent, ce sont les bureaux où évoluaient les cadres, le monde auquel appartenait Arnaud avant la lutte ; et le « Kremlin », le comité d’entreprise sur le parking de Chapelle Darblay, où se réunissaient les ouvriers, où ils pouvaient faire appel à leurs collègues syndiqués en cas de problème.

On voit bien parfois qu’ils sont vraiment très différents : ils n’ont pas la même culture, ils n’ont pas reçu la même éducation, ils n’ont pas eu le même parcours professionnel et de vie. Et en même temps, ils sont tous les trois tendus vers le même but. Cela montre que même dans la différence, on peut trouver des points d’accroche pour des projets qui ont du sens.

« Je ne voulais pas montrer une nouvelle fois des cégétistes qui brûlent des pneus »

Vous avez commencé à les filmer en mai 2021. L’avenir de l’usine est encore incertain à ce moment-là. Son ancien propriétaire UPM a fermé le site et quelque 230 salariés ont été licenciés. Partiez-vous dans l’idée de documenter un énième drame social ou aviez-vous la conviction que l’issue pouvait être différente, cette fois ?

ML : Je ne voulais pas montrer une nouvelle fois des cégétistes en colère qui brûlent des pneus. Ce n’est pas ça du tout. Je sentais qu’il y avait une histoire forte. À travers ces trois personnes, il y avait dès le départ quelque chose d’assez incroyable. Grâce à leur pugnacité, au réseau d’Arnaud – il dispose d’un réseau très important de politiques, d’entrepreneurs… –, ils ont pu tous les trois s’inscrire dans une dynamique tout à fait inédite.

Quels ont été les moments forts du tournage ?

ML : Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, ce que va montrer le film : comment nos trois héros ont réussi à manœuvrer dans ces montagnes russes émotionnelles. Je me souviens d’un moment de grande fébrilité, fin 2021, où les garçons se disaient que c’était gagné mais juste avant les Fêtes, le projet s’est tout d’un coup effondré. UPM souhaitait vendre Chapelle Darblay à un industriel ayant pour projet de raser le site afin d’en faire une unité de production d’hydrogène.

Il a fallu remonter la pente. Les garçons se sont battus, ont entrepris énormément de démarches pour se faire conseiller au mieux et amener Veolia et Fibre excellence à sauver Chapelle Darblay.

« Ce film va être nerveux »

Avez-vous pu filmer les négociations avec les industriels ?

ML : Pas directement chez Veolia, mais j’étais présente à la plupart des rendez-vous importants. Je pense notamment à cette réunion à la CGT, où Philippe Martinez [le secrétaire général du syndicat, Ndlr] a réuni autour de la table des industriels, le président de la Métropole [Nicolas Mayer-Rossignol] et toute une équipe juridique.

Les acteurs du combat m’ont complètement adoubé et ont accepté que je filme ces entretiens. Tous m’ont dit : « Vous avez raison de documenter cette action parce qu’il faut qu’il y ait une trace, que le public puisse voir qu’il existe d’autres issues possibles que le démantèlement d’une usine et la délocalisation de son activité. » C’est ce que le film va raconter.

Par Valentin Lebossé  Publié le 30 Oct 22 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Pénurie des sens …

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 octobre 2022

*

Pénurie des sens …

*

Les chrysanthèmes sont de sortie.

 

La semaine prochaine, c’est déjà la Toussaint. Hier, le thermomètre affichait 25° et le géant du CAC 40 une hausse de 43 % de son bénéfice au troisième trimestre.

 

Tout va bien !macron_grimace

 

Le président de la République s’est dit prêt à accorder la retraite à 64 ans au lieu de 65. Enfin, si les syndicats acceptent que ceux qui ont commencé à bosser tôt, bossent plus longtemps.

 

Cynique ? non PRAG-MA-TIQUE !
 

Droit dans ses bottes, il promeut le grand bond en arrière en s’accrochant à la théorie du ruissellement. Une supercherie qui détruit la planète, creuse les inégalités et fertilise le terreau de la haine. Tout est bon pour éviter de parler partage des richesses jusqu’à flatter les bas instincts de l’extrême droite.

 

Coup double
 

Le meilleur chemin pour éviter le piège est de redonner du sens au combat pour la dignité des femmes et des hommes en allant chercher, avec les premier·es concerné·es des hausses de salaires, de meilleures conditions de travail, des emplois…

 

C’est possible !
 

La multiplication des luttes et les avancées arrachées ces dernières semaines sont un encouragement à renforcer l’activité syndicale au plus près des travailleur·ses et à construire la prochaine journée nationale de mobilisation le 10 novembre prochain.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

le 27 octobre à 11h je vais au rassemblement devant la préfecture avec la CGT

Posté par cgtchapelledarblayupm le 25 octobre 2022

Capture d’écran 2022-10-25 101555

Capture d’écran 2022-10-25 101633

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le poids des mots, le choc du numéro

Posté par cgtchapelledarblayupm le 21 octobre 2022

*

Le poids des mots, le choc du numéro

*

Allô la lune ? Si le PDG de Total Energie est “fatigué” de la polémique sur son salaire, qu’il redescende sur terre.
 
Le mépris patronal jusqu’au bout
 
Dans un tweet, le patron du géant du CAC 40 justifie son augmentation… le jour d’un appel à la grève pour les salaires. Le pauvre, il ne gagne que 3600 Smic par an !
 
Le pied de nez est une nouvelle provocation à l’encontre des grévistes des raffineries après la tentative de décrédibilisation de leur mouvement et un simulacre de négociation.
 Capture d’écran 2022-10-15 115015
Mais l’insolence rallume les étoiles
 
La mobilisation du 18 octobre, construite dans l’urgence, a été un appel d’air. Ce jour là et les suivants, les assemblées générales dans les entreprises et les services publics se sont multipliées.
 
L’expression des revendications salariales s’intensifie même sur les lieux de travail où la présence syndicale est modeste. Des centaines de salariés réagissent, contactent la CGT, s’organisent et lui font confiance.
 
Symbole des luttes sociales, la CGT est attendue
 
L’attente exprimée est forte notamment envers la CGT et ses militants.
Dans ce contexte la CGT appelle à poursuivre et étendre les mobilisations notamment autour de deux nouvelles journées nationales d’actions les 27 octobre et 10 novembre.

Mobilisations les 27 octobre et

*
10 novembre pour les salaires et les pensions

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

le 18 octobre – salaires – retraites- droit de grève

Posté par cgtchapelledarblayupm le 16 octobre 2022

Capture d’écran 2022-10-15 205230

Capture d’écran 2022-10-15 205259

Capture d’écran 2022-10-15 205313

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Salauds de grévistes !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 15 octobre 2022

*

Salauds de grévistes !

*

Ce matin, je profite de la douceur automnale pour filer au boulot à vélo. Je slalome entre les voitures qui font la queue pour quelques litres de carburant.
Total méprisAprès plus de vingt jours de grève dans les raffineries, la situation se tend. Les médias s’offusquent davantage des blocages… jamais des profits. Au lieu de déployer son énergie pour inciter les dirigeants de Total à négocier convenablement avec les salariés, le gouvernement et ses alliés jettent de l’huile sur le feu.

Ce serait un scandale de faire grève pour revendiquer des hausses de salaires !

La mobilisation est pourtant légitime. TotalEnergies a engrangé 19 milliards de bénéfices en six mois et ExxonMobil 19 milliards en trois mois. Les hausses de salaires exigées représentent 150 millions d’euros !

Total est un symbole des luttes en cours sur les salaires.Capture d’écran 2022-10-15 115015

Depuis plusieurs mois, avec la flambée des prix, la CGT met en garde le patronat et demande des augmentations de salaires.

Bonne nouvelle, le mouvement social pour l’augmentation des salaires prend de l’ampleur.

Dans la foulée du 29 septembre, la CGT, avec les organisations syndicales FSU, Solidaires, la FIDEL, l’Unef, la Voie lycéenne et FO appellent à généraliser la grève dans les entreprises et les services publics pour les salaires le 18 octobre prochain.

 
Faisons de cette journée une grande réussite de la lutte pour les salaires !

Mobilisation le 18 octobre : pour les salaires et le droit de grève

Appel à la mobilisation le 18 octobre :

Les salarié.e.s de très nombreux secteurs professionnels se mobilisent depuis des mois dans leurs entreprises ou leurs services pour revendiquer et gagner de légitimes augmentations de salaire, de meilleures conditions de travail, des emplois de qualité :

  • dans les raffineries,
  • l’agroalimentaire,
  • les crèches,
  • les transports publics,
  • l’énergie et nucléaire,
  • les organismes sociaux,
  • les banque-assurances,
  • les services informatiques,
  • la maintenance industrielle,
  • l’éducation,
  • la santé,
  • le commerce,
  • la métallurgie…

Les jeunes se mobilisent aussi, pour leurs conditions de vie et d’études ainsi que pour une réforme des bourses ambitieuse.

Le mouvement des lycées professionnels, d’ores et déjà décidé pour le 18 octobre, s’inscrit dans cette dynamique.

Pourtant et alors qu’elles réalisent d’énormes profits, les entreprises de la branche Pétrole, en particulier Total ou Exxon, refusent d’accéder, aux exigences des salarié.e.s massivement mobilisés par l’ouverture immédiate d’une négociation sérieuse.

Ces dernier.e.s réclament avant tout le rattrapage de l’inflation et une meilleure répartition des richesses créées par les travailleuses et travailleurs, alors que des milliards d’euros de dividendes ont été versés aux actionnaires.

C’est cette situation de blocage patronal qui crée aujourd’hui la pénurie de carburants. Mardi dernier, une limite a été franchie par le gouvernement, annonçant faire procéder aux réquisitions des salarié.e.s des raffineries et dépôts par les préfectures. Elles sont en cours depuis hier. Cette procédure déjà condamnée par l’OIT constitue une atteinte inacceptable au droit constitutionnel de grève et aux libertés fondamentales.

La mobilisation gagne des secteurs de plus en plus nombreux dans le privé comme dans le public. Elles et ils obtiennent par leurs actions avec leurs organisations syndicales l’ouverture de nouvelles négociations et des avancées salariales significatives. C’est aujourd’hui qu’il faut se mobiliser dans tous les secteurs professionnels, public comme privé.

C’est pourquoi les organisations syndicales et les organisations de jeunesse signataires décident d’appeler ensemble les travailleuses et travailleurs et la jeunesse à la mobilisation y compris par la grève le mardi 18 octobre pour l’augmentation des salaires, des pensions et minima sociaux, et l’amélioration des conditions de vie et d’études.

Elles appellent également les salarié.e.s, les retraité.e.s, les privé.e.s d’emploi et la jeunesse à se mobiliser pour la défense du droit de grève en participant aux rassemblements organisés devant les préfectures et sous-préfectures.

Le 18 octobre, elles s’engagent à organiser partout avec les jeunes et les salarié.e.s des différents secteurs professionnels des mobilisations et actions, dans les entreprises et les services.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Solidarité des pap chap solidarité de toute la cgt….

Posté par cgtchapelledarblayupm le 12 octobre 2022

Capture d’écran 2022-10-12 080713

 

 

Capture d’écran 2022-10-12 080629

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Une maille ne fait pas le pull

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 octobre 2022

*

Une maille ne fait pas le pull

Après l’austérité, voici venu le temps de la sobriété.
 
Les mots changent, la finalité reste. Hier, il fallait faire des efforts pour faire face à la mondialisation. Aujourd’hui, c’est pour sauver la planète…enfin pour passer l’hiver.
 
C’est vrai que chaque geste compte.
 
Mais le “deux poids, deux mesures” pèse lourd dans notre quotidien.
Prenons un exemple : en votant pour le droit à la présomption de démission dans le projet de loi de réforme de l’assurance chômage, la majorité, Rassemblement national compris (et oui, chaque geste compte !) s’attaque aux travailleurs, plutôt qu’au chômage !
 
Et les petits gestes ne balayent pas le reste.
 
Certes, les complémentaires des retraités du privé vont être revalorisées. Mais ce coup de pouce reste insuffisant, d’autant que la situation financière du régime est stable.OIP
 
L’appel à la raison pour le plus grand nombre touche à ses limites.
 
Surtout quand les profits s’accumulent pour quelques-uns, sans jamais fixer de limite. La CGT ne veut pas trancher entre “le pire et le moins mauvais”.
Elle revendique, au quotidien, le meilleur pour toutes et tous et encourage à poursuivre les mobilisations et préparer la riposte sous le slogan “augmentez les salaires, pas l’âge de la retraite”.   

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

On a besoin de vous …

Posté par cgtchapelledarblayupm le 2 octobre 2022

*

On a besoin de vous.

on compte sur vous .

Ensemble il faut aussi gagner ce combat du financement du film qui retrace toute la dernière lutte et victoire des PAP CHAP, de la CGT et tous ses soutiens dont vous faites partie.

On compte sur vous MERCI   les PAP CHAP

 

Ci joint le lien direct pour le financement           CHAPELLE DARBLAY, ILS L’ONT FAIT ! – Ulule

À propos du projet

On a besoin de vous ... dans CGT UPM Chapelle Darblay 09ca2b9f2564ac8c4fb1359546b54c18

UNE VICTOIRE SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE INÉDITE !

Chapelle Darblay, ils l’ont fait ! c’est la version moderne de David contre Goliath : l’histoire de trois représentants du personnel qui se sont battus contre un géant industriel pour la survie de leur usine. Avec à la clé, un projet plus écologique.

Chapelle Darblay est la dernière usine à fabriquer du papier journal 100% recyclé en France. À l’arrêt depuis juin 2020, elle est menacée de fermer définitivement. Soutenus par le collectif Plus Jamais Ça, réunissant plusieurs organisations dont Greenpeace et la confédération de la CGT, nos trois héros des temps modernes ont déjoué la mort annoncée de Chapelle Darblay.

C’est ce que va raconter notre film documentaire.

***

COMMENT NOTRE HISTOIRE COMMENCE

a9cc690160766420225e280360ce6675 dans CGT UPM Chapelle Darblay

Fondée en 1928, la papeterie de Chapelle Darblay est un maillon essentiel du recyclage français, soit l’équivalent du tri de 24 millions de personnes par an. Mais en 2019, son propriétaire finlandais décide de la mettre en vente et de licencier les 230 employés du site.

Le projet d’un démantèlement de l’usine serait un drame social pour des centaines de familles attachées à ce site depuis des générations. Mais aussi un drame environnemental pour la France, qui perdrait l’unique site de fabrication de papier journal 100% recyclé.

Trois salariés s’allient pour assurer la continuation de l’activité : Julien et Cyril, tous deux ouvriers papetiers syndiqués ; et Arnaud, cadre sans étiquette. Aussi, lorsque le propriétaire présente une offre de reprise couplée à une production d’hydrogène, nos trois héros refusent de s’y soumettre.

Avec le soutien du collectif Plus Jamais Ça, ils travaillent en parallèle à une offre de reprise par un autre consortium spécialiste du traitement des déchets et du papier.  Un projet qui répond au cœur de métier de l’usine et qui est pourvoyeur de plus d’emplois encore.

Leur long combat jusqu’à la victoire les lie aujourd’hui autour d’une amitié indéfectible. Un combat documenté au fil des nombreux rebondissements et dans une totale confiance.

 

LES PROTAGONISTES DU FILM

Arnaud, Cyril et Julien : trois personnalités très différentes, mais fédérées autour d’un objectif commun : sauver leur usine et donner du sens à la reprise. J’ai eu envie de partager leur histoire à travers un film documentaire, sans être sûre au départ qu’ils allaient gagner. Des déceptions aux joies, des moments de tensions aux éclats de rires, je les ai suivis avec ma caméra.

Julien Senecal, secrétaire du CSE, papetier à Chapelle de père en fils;

Cyril Briffault, délégué syndical, devenu papetier à Chapelle après avoir été cuistot;

Arnaud Dauxerre, représentant sans étiquette des cadres au CSE;

Nous ne sommes pas des doux ni dogmatiques. Derrière chaque emploi, il y a des vies et des familles. Ce n'était pas qu'un boulot, c'étaient nos liens sociaux. Nous pensons que notre usine peut encore avoir des applications, le papier n'est pas mort.

UN VENT D'OPTIMISME

À travers ce documentaire, je veux sensibiliser le public à la question écologique liée à l’emploi. Comme le dit Philippe Martinez : « Pas d’emplois sur une planète morte. » J’ai été aussi happée par ce combat unique, mêlant conscience écologique, lutte sociale et surtout, intelligence collective. Une victoire inspirante qu’il est nécessaire de faire connaître auprès du grand public ; il y a si peu de belles histoires autour de nous ! J’aimerais aussi que ce film ouvre la voie et montre que c’est possible.

Ce n’est pas de la fiction mais bien ce qui s’est passé !

À quoi servira le financement

COMITE SYNDICAT 90 D'ENTREPRISE des Papeteries de la Chapelle

J’ai commencé à filmer les trois représentants des salariés de Chapelle Darblay en mai 2021. Je les ai suivi avec ma caméra au fil de rebondissements qui, chaque jour passant, ont amené nos trois protagonistes un peu plus près de la victoire.

Et comme vous le verrez dans les stories, alors même que je n’ai pas été autorisée à filmer la visite décisive du 22 juillet, nous avons déjoué la situation et documenté l’action grâce au téléphone portable d’Arnaud !

Afin de finaliser le film dont nous rêvons, nous lançons cette campagne participative.

L’argent nous sera utile pour financer notamment :

Le tournage d’entretiens exclusifs : après cette victoire, les protagonistes du film qui ont été au cœur de l’aventure nous raconteront de leur point de vue comment ce combat s’est déroulé. Ces entretiens seront accessibles en tant que contreparties.

La post-production soit le montage, l’étalonnage, le mixage et la musique, d’un film que j’imagine haletant.

Grâce à votre aide, notre film trouvera son chemin jusqu’à vous.

Le projet de film a été sélectionné au FIGRA 2022 (Festival International du Grand Reportage d’Actualité) dans le cadre du « Coup de Pouce ». La réceptivité du public à notre pitch nous a convaincu qu’à travers cette histoire unique, la question écologique, liée à la question sociale doivent être au cœur des préoccupations de notre société.

 

ci-après le lien pour le financement                       CHAPELLE DARBLAY, ILS L’ONT FAIT ! – Ulule

 

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...