• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 8 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />

Marianne Lère a filmé la « lutte victorieuse » des salariés de Chapelle Darblay

Posté par cgtchapelledarblayupm le 31 octobre 2022

*

Près de Rouen, Marianne Lère a filmé la « lutte victorieuse »

des salariés de Chapelle Darblay

Un projet de documentaire est en cours de finalisation, sur le sauvetage de la papeterie Chapelle Darblay à Grand-Couronne. Sa réalisatrice répond aux questions de 76actu.

De mai 2021 à juin 2022, Marianne Lère a filmé le combat des salariés de Chapelle Darblay, à Grand-Couronne (Seine-Maritime), près de Rouen. En jeu, le sauvetage de la dernière usine à fabriquer du papier journal 100 % recyclé en France.

En cours de finalisation pour une sortie prévue « courant 2023 », ce film intitulé Chapelle Darblay, ils l’ont fait ! s’annonce comme une plongée dans les coulisses de cette aventure pleine de rebondissements, jusqu’à la reprise du site par le consortium Veolia/Fibre excellence, officialisée fin mai 2022. Entretien avec sa réalisatrice.

« Ils n’appartenaient pas au même monde »DSC_7926

Actu : Comment vous est venue l’idée de réaliser un documentaire sur le combat des salariés de Chapelle Darblay ?

Marianne Lère : Après mon film « Vive le travail » (2021), une enquête de plus de deux ans sur le monde du travail en Europe, j’avais à l’esprit d’approcher la question syndicale : quel est le rôle d’un syndicat dans la société d’aujourd’hui et comment peut-il évoluer ? Très vite s’est posée la question du tournant écologique, la question environnementale liée à la question sociale.

C’est mon complice Thomas Coutrot, économiste, avec qui je réfléchissais à un projet de film, qui m’a parlé de Chapelle Darblay. Il m’a dit qu’il se passait quelque chose de très intéressant là-bas. C’est un site que je ne connaissais absolument pas. J’y ai rencontré les trois représentants du personnel : deux ouvriers syndiqués à la CGT [Cyril Briffault et Julien Sénécal, Ndlr] et le troisième, un cadre sans étiquette [Arnaud Dauxerre].

Pouvez-vous nous présenter ces trois hommes qui sont les protagonistes majeurs du documentaire ?

ML : Quand je les ai rencontrés, ils étaient déjà dans la lutte depuis un peu plus d’un an. J’ai senti tout de suite qu’un lien fort les unissait alors qu’au départ, ils ne se connaissaient que de vue et n’appartenaient pas au même monde. Au sein de l’entreprise, il n’y avait aucun échange entre eux. Le site de Chapelle Darblay est divisé en deux espaces : « Versailles », comme ils l’appellent, ce sont les bureaux où évoluaient les cadres, le monde auquel appartenait Arnaud avant la lutte ; et le « Kremlin », le comité d’entreprise sur le parking de Chapelle Darblay, où se réunissaient les ouvriers, où ils pouvaient faire appel à leurs collègues syndiqués en cas de problème.

On voit bien parfois qu’ils sont vraiment très différents : ils n’ont pas la même culture, ils n’ont pas reçu la même éducation, ils n’ont pas eu le même parcours professionnel et de vie. Et en même temps, ils sont tous les trois tendus vers le même but. Cela montre que même dans la différence, on peut trouver des points d’accroche pour des projets qui ont du sens.

« Je ne voulais pas montrer une nouvelle fois des cégétistes qui brûlent des pneus »

Vous avez commencé à les filmer en mai 2021. L’avenir de l’usine est encore incertain à ce moment-là. Son ancien propriétaire UPM a fermé le site et quelque 230 salariés ont été licenciés. Partiez-vous dans l’idée de documenter un énième drame social ou aviez-vous la conviction que l’issue pouvait être différente, cette fois ?

ML : Je ne voulais pas montrer une nouvelle fois des cégétistes en colère qui brûlent des pneus. Ce n’est pas ça du tout. Je sentais qu’il y avait une histoire forte. À travers ces trois personnes, il y avait dès le départ quelque chose d’assez incroyable. Grâce à leur pugnacité, au réseau d’Arnaud – il dispose d’un réseau très important de politiques, d’entrepreneurs… –, ils ont pu tous les trois s’inscrire dans une dynamique tout à fait inédite.

Quels ont été les moments forts du tournage ?

ML : Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, ce que va montrer le film : comment nos trois héros ont réussi à manœuvrer dans ces montagnes russes émotionnelles. Je me souviens d’un moment de grande fébrilité, fin 2021, où les garçons se disaient que c’était gagné mais juste avant les Fêtes, le projet s’est tout d’un coup effondré. UPM souhaitait vendre Chapelle Darblay à un industriel ayant pour projet de raser le site afin d’en faire une unité de production d’hydrogène.

Il a fallu remonter la pente. Les garçons se sont battus, ont entrepris énormément de démarches pour se faire conseiller au mieux et amener Veolia et Fibre excellence à sauver Chapelle Darblay.

« Ce film va être nerveux »

Avez-vous pu filmer les négociations avec les industriels ?

ML : Pas directement chez Veolia, mais j’étais présente à la plupart des rendez-vous importants. Je pense notamment à cette réunion à la CGT, où Philippe Martinez [le secrétaire général du syndicat, Ndlr] a réuni autour de la table des industriels, le président de la Métropole [Nicolas Mayer-Rossignol] et toute une équipe juridique.

Les acteurs du combat m’ont complètement adoubé et ont accepté que je filme ces entretiens. Tous m’ont dit : « Vous avez raison de documenter cette action parce qu’il faut qu’il y ait une trace, que le public puisse voir qu’il existe d’autres issues possibles que le démantèlement d’une usine et la délocalisation de son activité. » C’est ce que le film va raconter.

Par Valentin Lebossé  Publié le 30 Oct 22 

 

Une Réponse à “Marianne Lère a filmé la « lutte victorieuse » des salariés de Chapelle Darblay”

  1. Patrick Le Bonniec dit :

    Bonjour,
    je suis actuellement, avec d’autres camardes, en train de réfléchir à la création d’un festival annuel de cinéma sur les luttes à Rouen.
    La première édition pourrait voir le jour en décembre prochain.
    Aussi, le film de Marianne Lère, sur votre lutte victorieuse aux papChap, pourrait y avoir toute sa place.
    Auriez vous son mail?

    Merci,
    Fraternellement,

    Patrick Le Bonniec
    07 86 01 62 30

Laisser un commentaire

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...