• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />

L’Usine, Le bon, la brute et le truand : La critique

Posté par cgtchapelledarblayupm le 2 janvier 2024

*

L’Usine, Le bon, la brute et le truand : La critique

L’Usine, Le bon, la brute et le truand : La critique dans CGT UPM Chapelle Darblay

Date : 30 / 12 / 2023 à 11h00
 
 l_usine_le_bon_la_brute_et_le_truand_affiche dans CGT UPM Chapelle Darblay
L’USINE, LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND

 

- Date de sortie : 03/01/2024
- Titre original : L’Usine, Le bon, la brute et le truand
- Durée du film : 1 h 15
- Réalisateur : Marianne Lère Laffitte
- Scénariste : Marianne Lère Laffitte

LA CRITIQUE

 

C’est en s’intéressant au combat mené autour de l’usine Chapelle-Darblay que la documentariste Marianne Lère Laffitte a décidé de tourner au fil de l’eau ce passionnant L’Usine, Le bon, la brute et le truand.

En effet, Chapelle-Darblay cesse son activité en 2020 et ses patrons Finlandais décident de revendre le site. Toutefois, trois délégués du personnel, deux syndicalistes CGT et un cadre hors affiliation, décident de lutter pour trouver une solution et permettre la reprise de l’usine par un groupe continuant de travailler dans le milieu du papier recyclé.

Car Chapelle-Darblay est la dernière usine de traitement de papier recyclé en France. Elle traitait les papiers triés par 24 millions de Français et permettait de fournir aux journaux français une bonne partie de leur papier dans le cadre d’une économie circulaire.

L’œuvre se laisse découvrir tel un thriller montrant chronologiquement les différents rendez-vous et les moments importants qui ont marqué ce combat de David contre Goliath. Une lutte avec des hauts et des bas montrant parfaitement des méandres administratifs parfois stupides et inappropriés, et les choix hors sols des décideurs.

Les trois personnages principaux sont particulièrement intéressants à suivre. Cette association semblant improbable entre des ouvriers et un cadre leur permet d’élaborer des stratégies constructives et de montrer qu’il est possible, tous ensemble, de bouger des montagnes.

Cette lutte, unique en son genre, montre qu’il est important de garder une activité à la fois écoresponsable et territoriale fournissant aussi bien du travail local que permettant un tri des déchets intelligent et une mise en valeur de ces derniers sur le sol français.

L’œuvre se laisse découvrir avec beaucoup d’intérêt et montre que la volonté, le travail et le soutien de tous permet d’humaniser un certain nombre de choses et de rappeler que des grands groupes étrangers qui décident de ne plus s’impliquer en France n’ont plus leur mot à dire sur la destinée de ce qu’ils abandonnent. A fortiori, lorsque les propositions qu’ils reçoivent sont d’un montant identique.

L’Usine, Le bon, la brute et le truand est un très bon documentaire présentant une lutte d’exception qui se fait dans le respect de tous. Avec des délégués sympathiques, des rebondissements dignes d’un roman et une véritable intelligence dans la mise en scène permettant de captiver encore plus le spectateur, ne passez pas à côté de cette œuvre sociale qui réchauffe le cœur.

Inspirant et touchant.

notation_logo_4_etoiles-15

SYNOPSIS

 

Chapelle-Darblay est la dernière et unique usine à fabriquer du papier journal 100% recyclé en France. Fermée depuis septembre 2019 sur décision de son propriétaire finlandais, la papeterie centenaire est désormais menacée de démantèlement. A sa place, un site de production d’hydrogène est prévu. Alors que les 217 salariés, les « pap-chap », ont perdu leur emploi, trois délégués du personnel, deux ouvriers syndiqués et un cadre sans étiquette, toujours présents sur le site, se battent pour sauver la papeterie de la fermeture. Vont-ils réussir à sauver leur usine ?

FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Pierre Warolin
- Montage : Steven Gaborieau
- Musique : Léon Rousseau
- Producteur : Anne Schuchman-Kune pour Schuch Productions Joparige Films, Steamboat Films
- Distributeur : Next Film Distribution

Laisser un commentaire

 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...