• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2376_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4754</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4011</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3915</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels d e la santé
      <b>1</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05659</b> <br />
    • Album : Manif au havre le 24 janvier
      <b>20200124_095506</b> <br />
    • Album : Manif 15 janvier
      <b>DSC_3525</b> <br />

Et si on démarrait l’année ?

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 janvier 2021

*

Et si on démarrait l’année ?Dessin affiche chapelle darblay 001[6562]

 

Dès le 4 Janvier, une première visite du site : Baudelet environnement !!!

Et ça continue le lendemain avec un groupe d’investisseurs, très marqué par l’intérêt écologique et économie circulaire de notre belle chapelle.

Et jamais deux sans trois : IPP, voisin de Double A est venu mercredi 6 Janvier à son tour pour connaitre davantage les atouts du site.

Mais pas le temps de s’ennuyer, car vendredi 15 Janvier nous faisons découvrir notre site au nouveau délégué interministériel Mr Cadiou et quelques membres de son équipe, accompagné d’une mission ministérielle en charge d’une enquête sur l’avenir de la filière papier-carton.

Parler de la Chapelle Darblay c’est bien mais rien ne vaut un petit tour sur place pour vraiment

prendre la mesure et l’importance de notre usine.

Nous sommes convoqués le 19 et le 20 janvier à la Direccte pour le recours hiérarchique d’UPM concernant le refus de nos licenciements … à suivre !!!

Nous rencontrerons aussi Mr Edouard Phillipe le 21 Janvier pour évoquer le dossier « Chapelle » et son implication dans les flux portuaire et nous sommes sûr qu’il en a déjà eu connaissance pendant son précédent mandat.

Bien sûr, le comité technique se réunira le 20 janvier et la commission industrielle le 29 janvier.

Nous continuons aussi nos échanges très réguliers avec les services de l’état et autres sur les différentes solutions pour tenter de sauver notre site.

Vos élus vous adressent bien évidement leurs meilleurs vœux de santé pour cette année 2021 et s’occupent encore et toujours de garder le site, et d’une reprise industrielle dans le même objectif que 2019 et 2020 :

*

Sauver la Chapelle Darblay !!!

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Vœux de l’UD CGT 76

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 décembre 2020

*cgt

Capture d’écran 2020-12-21 182917

Capture d’écran 2020-12-21 183023

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | 1 Commentaire »

Bonnes fêtes de fin d’année

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 décembre 2020

*

De la part des Pap-Chap, à l’heure où il est d’usage de se souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année, on tient à respecter cette tradition

en vous souhaitant à toutes et tous ainsi qu’à vos proches de profiter des fêtes dans les meilleures conditions possibles en ces temps troublés.f

Nous exprimons surtout un vœu commun à porter pour l’année 2021, celui de redémarrer notre usine Chapelle Darblay !  

Bonnes fêtes de fin d’année. 

Salutations syndicales et fraternelles 

Cyril, Julien et Arnaud.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | 2 Commentaires »

Rendez-vous en 2021 pour une année qui s’annonce déjà combative.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 décembre 2020

5fdc9918ae25463d8533666b

 


 

 

 

Se donner les moyens de rebondir
*
Noël est habituellement un moment de répit pour se retrouver en famille ou entre amis. Mais du répit, ils ne nous en laissent aucun.
*
Après ces longs mois de confinement, la lassitude est là et l’ampleur de la crise, l’accélération des attaques contre nos droits nous poussent, parfois, au pessimisme.
*
Pourtant, il suffit d’ouvrir l’œil pour apercevoir, sur la carte de France, les points lumineux qui s’allument comme autant de mobilisations qui déchirent la croûte médiatique grisâtre du pouvoir.
*
Et si la question à laquelle nous devions répondre était de relier ces points pour dessiner ce monde solidaire, juste et durable auquel nous aspirons ?
*
Malgré la crise sanitaire qui freine les rencontres et les échanges, nous sommes nombreux sur le terrain de l’urgence sociale, nombreux à créer des ponts entre ceux qui allument ces points d’espoir.
*
C’est le moyen de construire le monde d’après libéré de la finance en répondant aux enjeux sociaux et climatiques.
*
Emprunter ce chemin pour mettre largement en débat les propositions de la CGT et aussi ouvrir des perspectives et construire la mobilisation.
*
La première initiative militante que nous vous invitons à faire est d’inviter vos proches, vos amis : tous ceux qui militent ou non avec vous à s’abonner cette newsletter.
*
En la leur transférant par mail pour qu’ils s’abonnent, vous leur offrirez non seulement un condensé d’actualité hebdomadaire, mais aussi un outil qui leur permettra de structurer leur militantisme et leurs combats à venir.
*
Nous vous souhaitons de passer d’excellentes fêtes de fin d’année et nous vous donnons rendez-vous en 2021 pour une année qui s’annonce déjà combative.
*
 

 

 

 


Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | 2 Commentaires »

Des salariés tentent de sauver l’usine de recyclage de papier Chapelle Darblay

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 décembre 2020

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La CGT se mobilise pour mieux défendre nos libertés !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 18 décembre 2020

*

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA CGT

Décrets du 2 décembre 2020 portant extension du fichage des données personnelles Silence, on fiche !

La CGT se mobilise pour mieux défendre nos libertés ! Alors même que, depuis plusieurs semaines, syndicats, associations et des dizaines de milliers de manifestants dénoncent la loi Sécurité globale et ses mesures liberticides, le gouvernement poursuit sa dérive autoritaire. En catimini, le ministère de l’Intérieur a signé 3 décrets modifiant le code de la sécurité intérieure, élargissant ainsi les critères de fichage des citoyens par la police. Les 2 fichiers relatifs à la prévention des atteintes à la sécurité publique (police et gendarmerie) et le fichier qui sert de base aux enquêtes administratives (ex accès à certaines professions) sont donc modifiés en profondeur.liberte

Ces décrets permettent aux autorités de collecter, conserver et traiter les données non plus seulement en fonction de « l’activité » mais, désormais, aussi en raison de « l’opinion politique », de « l’appartenance syndicale » ou bien encore des « convictions philosophiques ou religieuses ». On saisit donc rapidement la dangerosité de ce glissement.

De même, si, au départ, ces fichiers concernaient les personnes susceptibles de « prendre part à des activités terroristes », désormais, ces décrets visent aussi les atteintes à « l’intégrité du territoire ou des institutions de la République ainsi qu’à la sureté de l’État ». Autant dire que ces notions peuvent être sujettes à des interprétations très différentes et que nombres de militants, de manifestants, pourraient se retrouver fichés à leur tour. La CNIL a, elle-même, alerté sur certains points ; elle avait, par exemple, recommandé d’exclure explicitement la possibilité de collecte automatique de données pour alimenter ce fichage mais sans être écoutée par le gouvernement. Sur le contenu des fichiers, voici quelques exemples « d’évolutions » :

 désormais, les personnes morales et les « groupements » pourront être fichés. Ainsi, pourront être concernés un syndicat, une association ou même des manifestations, par exemple ;

 vos habitudes de vie (l’orientation sexuelle est-elle une habitude de vie ?) ou activité en ligne, notamment l’activité sur les réseaux sociaux, peuvent être collectées ;

 le contenu des fichiers est étendu à certaines données de santé et aux photos (ce qui entraine une inquiétude sur le développement massif de la reconnaissance faciale).

On le voit donc : il s’agit d’une nouvelle attaque en règle contre les libertés publiques notamment une atteinte à la liberté d’opinion et au droit au respect de la vie privée et, tout particulièrement, contre les libertés syndicales. Elle est aggravée par le flou latent de certains termes volontairement vagues.

Plus largement, il est possible de faire le lien avec la loi Sécurité globale. En effet, alors que cette loi va autoriser des techniques de captation d’informations en masse (drones et caméras piétons), ces trois nouveaux décrets concernent la façon dont ces informations pourront être exploitées et conservées, pendant 10 ans, sans que cette surveillance ne soit autorisée ni même contrôlée par un juge.

L’élargissement des techniques de captation des données et des informations concernées par le fichage, leur centralisation, leur exploitation et la possibilité d’identifier, par reconnaissance faciale, les manifestants traduit la volonté du gouvernement de mettre en place un système autoritaire de surveillance policière.

Dans la continuité de son combat pour la défense des libertés, la CGT a donc décidé de déposer, avec d’autres organisations, un recours devant le Conseil d’État afin d’obtenir l’annulation de ces décrets symboles d’un autoritarisme en marche.

La CGT appelle tous ses syndicats déjà largement impliqués dans la lutte contre la loi Sécurité globale à se mobiliser autour de cette question centrale des libertés syndicales. Montreuil, le 16 décembre 2020

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Courrier de la cgt Normandie au président de la region Mr Hervé Morin.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 17 décembre 2020

*Capture d’écran 2020-12-17 093930Capture d’écran 2020-12-17 093915

*

 

*

*

*

*

Caen, le 04 décembre 2020

 *

Monsieur le Président de région,

La crise sanitaire liée à la pandémie de la covid 19 continue de sévir avec ses conséquences humaines, sociales et économiques.

Les premières victimes en sont les populations avec le creusement des inégalités et une précarité grandissante et de plus en plus nombreux sont les citoyens qui doutent de la capacité de la Nation et des politiques publiques à les protéger.

Pour ce qui concerne la CGT la chose est claire : La santé doit primer « quoi qu’il en coûte » !

Ce rappel étant fait, nous nous permettons de vous interpeler sur les dispositions et mesures qu’en qualité de Président de Région vous avez décidé de prendre pour faire face à cette crise majeure.

Ainsi, parallèlement au plan de relance gouvernemental, vous avez mis en place pour la Normandie un plan de relance de 515 millions d’euros comprenant 39 actions pour « une relance économique rapide et durable ».

Une fois n’est pas coutume, ce plan n’a fait l’objet d’aucune présentation au CESER. Nous le déplorons car ce procédé met en danger la démocratie sociale.

Dans le préambule de ce plan il est indiqué : « la relance doit être à la fois économique et sociale, industrielle et durable. Après avoir considéré les besoins d’aujourd’hui et agi sur le court et moyen terme, il est aujourd’hui essentiel d’intégrer les enjeux de demain en jetant les bases d’un autre modèle, plus inclusif, plus conscient des défis environnementaux et énergétiques. »

Nous partageons ce propos liminaire car, comme nous l’avions écrit dans notre courrier à votre intention en avril dernier, il est indispensable de repenser notre modèle productif, en particulier notre souveraineté nationale. Nous insistons également pour que l’argent public soit au service de l’intérêt général.

Or, une fois encore nous constatons que les aides allouées aux entreprises dans ce plan ne sont assorties d’aucune conditionnalité et contrôle en matière sociale et environnementale.

Aussi, nous réitérons la demande de la mise en place d’un dispositif régional, dans lequel siègerait les organisations syndicales représentatives, pour que l’ensemble des aides publiques soient connues, justifiées, évaluées, accordées sur la base d’objectifs et critères précis en fonction d’un intérêt collectif établi.

Monsieur Hervé MORIN Président de la Région Normandie Abbaye aux Dames Place Reine Mathilde 14000 CAEN Par ailleurs, nous notons dans votre plan de relance l’absence d’un engagement de financement pour l’usine papetière Chapelle Darblay, acteur majeur de la filière du recyclage et de l’économie circulaire en Normandie et en France, dont l’utilité industrielle, sociale et environnementale est connue de tous.

Comment expliquer ce choix alors même que, malgré leurs licenciements, les salariés, avec la CGT, continuent de porter plusieurs projets de réindustrialisation, tous réalisables et prospectent à la recherche de repreneurs potentiels ?

Comment imaginer que la région Normandie puisse laisser tomber un tel outil industriel, emblème normand de l’économie circulaire, alors même que dans toutes ses communications la Région déclare avoir pris en considération « les enjeux nationaux et régionaux liés à la protection de l’environnement, à la transition énergétique et au développement durable… ».

Le CESER, saisi de cette situation, s’est exprimé solennellement à différentes occasions sur la situation de l’usine Chapelle Darblay (notamment lors de sa séance plénière du 18 juin 2020).

Pour mémoire, nous nous permettons de citer les propos du Président de cette assemblée représentant les « forces vives » de la région : « Chapelle Darblay est un test. Soit les pouvoirs publics (Etat, Région, intercommunalités) se mobilisent pour trouver un repreneur dans les semaines à venir et sauvent cet outil industriel de première importance, soit ils ne font rien et ceci démontrera le peu d’ambition à sauver l’ensemble du tissu économique de la Normandie, et singulièrement son industrie ».

Au-delà de cet engagement de la société civile représentée au CESER, je sais que vous avez échangé dernièrement sur ce dossier avec Philippe Martinez, Secrétaire Général de la CGT, aussi je souhaiterais poursuivre cette discussion avec vous. Il est évident que cette démarche est complémentaire à votre rencontre avec les élus CGT de Chapelle Darblay et le Secrétaire Général de l’union départementale CGT de Seine-Maritime.

De même, je souhaiterais que nous abordions l’ensemble des situations de travail, notamment au regard des PSE engagés dans notre région (au nombre de 36 au 30 septembre 2020) et ceux éventuellement à venir.

Les enjeux économiques, sociaux et environnement que révèle cette crise sanitaire nécessitent à n’en pas douter un véritable échange. C’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Président de Région, de recevoir une délégation du Comité Régional CGT le plus rapidement possible.

Dans l’attente d’une réponse positive, veuillez agréer, Monsieur le Président de Région, mes salutations distinguées.

Le Secrétaire Régional, Lionel LEROGERON

Comité Régional CGT de Normandie – 8, avenue Colonel Rémy 14000 Caen.

Tél : 02.31.83.34.19 – e-mail : normandie@cgt.fr – site : https://normandie.cgt.fr

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Quel repreneur pour l’outil industriel à la Chapelle Darblay ?

Posté par cgtchapelledarblayupm le 12 décembre 2020

Près de Rouen.

Quel repreneur pour l’outil industriel à la Chapelle Darblay ?

Les rendez-vous se multiplient pour rechercher un repreneur pour l’outil industriel de la Chapelle Darblay, à Grand-Couronne. Le temps presse et l’ancien propriétaire, UPM, met la pression.

Quel repreneur pour l'outil industriel à la Chapelle Darblay ?

L’outil industriel reste sur place jusqu’au mois de juin, au-delà de cette date, les machines seront démantelées.

Publié le 11 décembre 2020 à 15h22    Par Amaury Tremblay
 Rien n’est encore concrétisé mais les élus locaux ont bon espoir de trouver un repreneur pour l’outil industriel
au sein de la Chapelle Darblay, à Grand-Couronne.

Deux pistes à l’étude

Les délégués syndicaux poursuivent les rendez-vous avec une crainte, que le groupe finlandais UPM ne veuille plus étudier de dossiers au-delà du 15 janvier, alors que l’outil industriel reste sur place jusqu’en juin. « Je ne désespère pas, nous avons deux pistes actuellement à l’étude », confie le président de la Région Normandie, Hervé Morin. L’un de ses acteurs se serait d’ailleurs rendu sur place récemment.

Si la piste d’un grand groupe étranger comme VPK n’est pas exclue, celle d’une entreprise de taille intermédiaire française aurait la faveur de certains élus.

« L’État sera à nos côtés s’il y a une solution et le gouvernement est attentif pour sauver l’entreprise », ajoute Hervé Morin qui a multiplié les contacts avec des chefs d’entreprise pour tenter de trouver un repreneur. Plusieurs rendez-vous vont arriver d’ici la fin de l’année pour les délégués syndicaux dont une rencontre avec le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, et avec le ministère de l’industrie.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Un peu de présence.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 10 décembre 2020

*

Un peu de présence.

 

Après divers rendez-vous téléphoniques, en visioconférences et autre moyen a la mode dans ce temps de confinement vos élus ont enfin eu un échange en direct !!!

 Il faut bien s’avouer que certains échanges ne sont pas tellement constructifs… voir même démoralisant comme par exemple un RDV avec un des Monsieur Industrie du Cabinet de la Ministre de l’Industrie qui ne nous a rien apporté de concret, sinon de n’envisager l’avenir du site qu’avec la chaudière (en chauffage urbain ?) et en nous demandant cependant ce que nous pourrions faire de la vapeur l’été ?!?!…

Avec tous les rdvs en Visio ou bien en « call », on en avait presque oublié qu’on pouvait encore se voir !

Voilà donc vos élus à l’hôtel de Région pour une rencontre avec Mr Morin, Président de Région, le Patron comme il dit.

Nous sommes venus lui demander deux ou trois petites choses… rien de bien méchant :

  1. Une implication de la Région, au même niveau que la métropole sur les enjeux de reprise. f
  1. Une aide de la Région sur les éventuels Appel à Projet Européen sur lesquels vos élus pourraient inscrire Chapelle.
  1. Une prise de position forte sur l’avenir de notre site et les différentes échéances, notamment le mois de juin.

Ce rendez-vous ne se passe pas sans mal, ni sans quelques frictions bien entendu mais bon…. L’avantage de se voir, c’est que même à travers des échanges musclés on peut travailler et avancer.

Pourquoi vos élus demandent ce genre de chose ? et bien tout simplement parce qu’on a toujours les oreilles qui trainent

et que ce qui se dit derrière notre dos est de mauvaise augure… encore !!!

Il n’est pas question que les travaux de vos élus et les actions engagées prennent fin le 15 janvier prochain lors de la commission industrielle.

UPM, par la voix de son représentant Jean Kubiak, semblait vouloir nous rappeler lors du comité technique, qu’après le 15 janvier, le groupe UPM ne recevrait plus aucune marque d’intérêt au motif qu’ils n’auraient pas le temps de finaliser une éventuelle cession du site avant fin juin 2021, ce qui contrarierait alors le début des opérations de démantèlement/ferraillage, vente des machines et parcelles.

M. Morin a donc contacté le Préfet pour s’assurer que cette échéance n’en était pas une mais que les marques d’intérêts seraient bien recevables jusqu’à fin juin 2021.

On vous tiendra informer des prochains rendez-vous sur le blog mais déjà, à venir avant la fin décembre :

le nouveau conseiller interministériel Mr Cadiou,

notre secrétaire général Philippe Martinez ensuite

le ministère de l’industrie et bien entendu le comité technique Chapelle.

On vous l’a déjà dit, écrit et même crié dans la rue :

On ne lâche rien !

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Courrier de notre secrétaire général CGT a l’adresse des patrons UPM et leur réponse !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 décembre 2020

Capture d’écran 2020-12-08 191630

A l’attention de Mme Ahola Anu (Finlande) Senior vice president

Mr Schaur Winfried (Allemagne) Executive vice president

Mr Latva Sami (Finlande) Directeur Merchant Acquisition

 

 

 

Montreuil, le 16 novembre 2020

Madame, Messieurs, Le groupe UPM a décidé en juin dernier la fermeture de son établissement français de La Chapelle Darblay. Cette décision unilatérale s’est faite sans prendre en compte les propositions des salariés et de leur syndicat CGT autour d’un projet de diversification des activités.

Pourtant, ce site possède de nombreux atouts qui conjuguent de nombreuses activités industrielles autour de la fabrication du papier recyclé à partir de déchets, ce qui en fait un site unique dans notre pays et exemplaire en termes de préservation de l’environnement. 350 000 tonnes par an de vieux papiers sont traitées chaque année dans l’usine grâce notamment aux contrats passés avec plus 200 collectivités territoriales. La proximité du site avec Paris et sa région forte de plus de 12 millions d’habitants offrent des perspectives de croissance très importantes. Sa chaudière à biomasse, hautement rentable, et sa station d’épuration qui participe au processus de clarification de la Seine, viennent renforcer ses atouts et ses vertus écologiques. Sans compter la qualité et la haute technicité de son personnel comptant plus 40 métiers différents.

Il nous apparait donc que cette décision de fermeture est purement financière. Et ne correspond pas vraiment à la communication du groupe UPM d’un point de vue social et environnemental.

A cette décision de fermeture vient aujourd’hui s’ajouter votre refus de céder cette usine à un potentiel repreneur. Pourtant notre syndicat a travaillé sur un projet industriel qui est bâti sur 3 nouvelles propositions de fabrication qui ne sont aucunement concurrentielles avec les activités d’UPM : …/… …/…

1 – conversion de la MAP 6 pour produire du papier ondulé (papier pour cannelure de cartons d’emballage)

2 – production de pâte marchande recyclée

3 – production de papier pour ouate d’isolation

La lutte des salariés de La Chapelle rencontre beaucoup d’échos dans notre pays et au-delà. La CGT travaille avec des ONG internationales comme GREENPEACE ou OXFAM qui ont des relais partout dans le monde y compris en Finlande et qui communiquent sur les pratiques de votre groupe. Différents élus politiques, toutes tendances confondues, soutiennent également ces projets et une commission d’enquête vient de se constituer au parlement national.

Face à une telle mobilisation, l’entêtement d’UPM et de ses dirigeants est incompréhensible et ne peut que ternir l’image et la réputation de votre groupe.

Nous espérons que toutes les possibilités du site et ces nouveaux éléments vous permettront de réexaminer votre position. Restant à votre disposition et dans l’attente de réponses rapides de votre part, je vous prie de croire, messieurs, en l’expression de mes salutations distinguées.

Philippe MARTINEZ Secrétaire général de la CGT

*

*

*

*

*Logo_UPM

 

 

 

 

Le Cabinet de Philippe MARTINEZ

Secrétaire général de la CGT

263 rue de Paris, 93516 MONTREUIL Cedex

01 55 82 83 06cabsg@cgt.fr

 

 

Augsburg/Helsinki, 8. Décembre 2020 

 

 

Monsieur le Secrétaire général, 

Je tiens à vous remercier pour le courrier que vous m’avez adressé le 16 novembre 2020 dans lequel vous attirez mon attention sur la fermeture de l’usine de papier journal d’UPM Chapelle-Darblay et l’arrêt de ses activités. 

En septembre 2019, UPM a effectivement annoncé son intention de vendre cette usine et, à défaut de repreneur crédible, d’envisager la cessation de ses activités. Cette décision est principalement motivée par la chute continue de la demande de papier journal sur le marché européen et la nécessité pour UPM d’adapter, en conséquence, ses capacités de production. Chapelle-Darblay était l’usine de papier journal la moins compétitive de l’empreinte industrielle d’UPM et celle enregistrant les coûts de production les plus élevés. La décision de vendre UPM Chapelle-Darblay reposait donc à la fois sur la situation du marché et sur des considérations économiques, l’objectif étant de sauvegarder la compétitivité globale de l’activité d’UPM Kymmene France et de la Division papier graphique d’UPM. 

La direction d’UPM a été informée de la proposition faite par certains salariés pour qu’UPM convertisse le site pour produire du carton, de la pâte recyclée ou des matériaux d’isolation. Cependant, comme nous l’avons souligné à de nombreuses reprises, aucun de ces produits ne fait partie du cœur d’activité stratégique d’UPM ou s’inscrivent dans le cadre du développement futur de l’entreprise. Ainsi, une reconversion de l’usine sur ces segments de marché est sujette à la recherche d’un repreneur.

 Nous avons mené une recherche approfondie de l’ensemble des acteurs qui auraient pu être intéressés par l’achat du site. Cette étude a été menée à l’initiative d’UPM entre septembre 2019 et février 2020, et s’est ensuite poursuivie dans le cadre de la loi Florange entre février 2020 et juin 2020. Pendant toute cette période, nous avons été en contact avec plus de 300 sociétés dans le monde entier par l’intermédiaire de notre partenaire EY France. Nous nous sommes adressés à des entreprises papetières ainsi qu’à des partenaires potentiels de l’industrie des papiers spéciaux, du carton et de la pâte à papier, ainsi qu’à d’autres industries potentiellement intéressées par la conversion d’un outil de production de papier journal.

Nous avons noué de nombreux contacts au cours de ces recherches. De nombreuses entreprises ont visité et inspecté le site et plusieurs d’entre elles ont étudié la possibilité d’une vente. Malheureusement, nous n’avons reçu aucune offre d’achat jusqu’à présent. Les autorités françaises, tant au niveau local que national, ainsi que les instances représentatives du personnel ont été impliquées tout au long de ce processus, comme l’exige la législation française, et nous avons également participé activement aux travaux des différentes commissions mises en place par les autorités locales. 

Les consultations sur le plan social ont abouti à la signature d’un accord avec l’ensemble des représentants des salariés, y compris le syndicat CGT. Cet accord a été validé par l’administration française du Travail le 15 juillet 2020. Une fois cette validation obtenue, UPM a pris la décision de fermer définitivement le site tout en acceptant de ne pas le démanteler avant juin 2021 et de soutenir une troisième recherche de repreneur avec Business France et l’Agence de développement pour la Normandie (AD Normandie). Cette troisième recherche d’un acquéreur potentiel se poursuivra jusqu’en janvier 2021, comme convenu avec les autorités et les deux agences concernées.

 Considérant l’ensemble de ces démarches, il est très surprenant de lire dans votre lettre que la direction d’UPM refuserait de vendre le site à tout acheteur potentiel. Cette interrogation a, par ailleurs, également été soulevée par les représentants du personnel au conseil d’administration d’UPM France SAS le 30 octobre 2020 et nous avons réaffirmé qu’UPM était et est toujours prêt à vendre cet actif industriel.

 Nous avons également insisté sur le fait que cette potentielle vente ne se ferait qu’à un acheteur sérieux, crédible, ayant un solide business case et à un prix juste tenant compte de la valeur des actifs et des machines existantes. Ceci demeure notre position aujourd’hui.

 Nous restons à votre disposition si vous désirez davantage de clarifications sur ces sujets.

 Je vous prie d’agréer, Monsieur le Secrétaire général, l’expression de mes sentiments distingués. 

UPM Communication Papers 

Winfried Schaur                                                                              Anu Ahola

Executive Vice Président                                                             Senior Vice Président, News & Retail

 

 

 

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

12345...174
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...