• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : manif 5 fevrier
      <b>DSC03238</b> <br />
    • Album : Table ronde 90 ans Chapelle
      <b>b1</b> <br />
    • Album : manif retraité du 15 mars
      <b>DSC01511</b> <br />
    • Album : manif 16 novembre
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />

Imprimerie la Galiote, la lutte continue !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 17 juin 2019

*

filpac-sglce-cgt-300x203SGLCE

LES SALARIÉS DE LA GALIOTE PRENANT DE

VITRY-SUR-SEINE ONT DÉCIDÉ

UNANIMEMENT DE SUSPENDRE LE MOUVEMENT DE GRÈVE

17 juin 2019

Le 6 mai 2019, les salariés de l’impression de La Galiote Prenant exerçaient leur droit de grève pour s’opposer à la décision unilatérale de la direction qui consistait à supprimer la 6semaine de congés dite « parisienne ». De plus, un certain nombre de revendications étaient posées :
  • dénoncer le management à la dure qui sévit dans l’entreprise ;
  • gagner l’égalité salariale.

Dès lors, le mutisme de la direction est étonnant et méprisant pour les salariés et leur organisation syndicale. Les salaries n’ont eu d’autre choix que de se mettre en grève pour tenter de conserver leur droit acquis (6esemaine) en 1970.

En plus, la direction a décidé de licencier arbitrairement 6 salariés parmi tous les grévistes, dont le délégué syndical étiqueté SGLCE-CGT.

Cela faisait donc 6 semaines que les salariés de l’impression à La Galiote Prenant étaient en grève. 6 semaines qu’ils ne percevaient plus aucun salaire. Ils ont tenu humainement et financièrement grâce à leur syndicat, et à tous ceux ─ structures syndicales, politiques et associatives ─ qui ont contribué à la solidarité humaine et financière. Le SGLCE et les salariés grévistes les en remercient tous très chaleureusement.

Au bout de 6 semaines de grève, les grévistes, réunis en assemblée générale, ont décidé unanimement de suspendre leur mouvement de grève.

Pour autant, ils continuent la lutte pour que les licenciements soient annulés ; pour que les revendications posées demeurent le sujet dans les prochaines réunions internes à l’entreprise.

Ils se tiennent disponibles à tout mot d’ordre de leur syndicat.

Il va falloir maintenant convaincre les autres salariés non-grévistes des entreprises de La Galiote Prenant de se mobiliser tous ensemble pour gagner.

Les grévistes peuvent reprendre la tête haute, avec le courage qu’ils ont eu dans cette lutte exemplaire qui en amène d’autres. Leur combat a permis de créer une solidarité interne encore plus importante.

Ils forcent le respect de ceux qui agissent et qui font qui la grève.

Ils savent pouvoir compter sur le soutien indéfectible du SGLCE, présent dès le premier jour à leurs côtés.

La lutte continue, on ne lâche rien !

Paris, le 17 juin 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Courber l’échine ? Bien sûr que non !!!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 14 juin 2019

*

Courber l’échine ?*

Bien sûr que non !!!

 

Compte-rendu de l’entrevue à la Direccte, Rouen-Saint-Sever, le 7 juin 2019.

Délégation CGT : J-F Gabala, C Briffault, J Senecal, N Binet

Représentant Cadre : A Dauxerre

Sujet : Renouvellement du contrat CRE 1. 

réflexion À la suite des premières discussions avec notre direction sur le sujet, tout le monde sait aujourd’hui qu’UPM ne s’est pas inscrit dans le CRE 5, significatif de gros investissements.

 Le groupe compte sur la bonne volonté de l’état d’une part, pour continuer à acheter notre électricité produite avec les deux turbines et la bonne volonté du personnel (et de leurs représentants !) d’autre part, en lâchant quelques acquis par exemple.

 Pour en avoir le cœur net, nous avons sollicité la Direccte de Rouen ; nos interlocuteurs du service des mutations économiques sont autant surpris que nous sur la tournure des événements !

 En effet, le discours tenu par notre direction ne correspond pas aux informations données par les personnes rencontrées ! Pas de négo à leur niveau, langue de bois…A quoi joue UPM ?

Ils nous mènent en bateau !!!

Ou, les négociations se passent à l’étage du dessus et alors il sera difficile de se faire entendre comme nous le souhaitons.

 Car nous sommes venus avec nos/vos revendications, UPM en contrepartie du nouveau contrat d’électricité devra pérenniser des emplois supplémentaires, emplois venant des investissements prévus, comme le parc à copeaux.

 Notre argumentaire porte sur l’investissement des gens de Chapelle, connu pour leur savoir-faire et leur implication. L’arrêt de la PM3, le manque de moyens, de formations et de renforts auraient pu sonner la fin de l’usine, grâce au personnel il n’en est rien.

 UPM aura du mal à faire valoir une situation difficile, le rôle sociétal du site, des coûts fixes importants, etc., au vu des résultats du Groupe qui1    multiplie les records, qui donne toujours plus aux actionnaires et qui augmente même le prix de l’action depuis 5 ans malgré un marché en déclin ! (chiffres disponibles au local CGT)

 *Courber l’échine est une expression signifiant qu’une personne se résigne à reconnaître sa défaite ou accepte de s’effacer face à un adversaire ou un concurrent, sans contrepartie, presque contraint et forcé.

 Nous avons évoqué les différentes expertises Sécafi, nos courriers, notre Table Ronde pour étayer nos paroles, que ce soit sur la politique sociale et les conditions de travail ou les orientations stratégiques, l’argent coule à flot…les effectifs baissent !

 2En conclusion, nous rappelons à nos hôtes qu’effectivement, le bassin d’emplois de Rouen est déjà très touché car industriel, notre pyramide des âges élevée, que notre usine n’est pas jeune d’où des coûts fixes élevés et qu’elle doit continuer à produire du papier journal de qualité, continuer à former des jeunes, continuer à recycler et aller encore plus loin dans le développement durable, l’avenir !!!

 Le personnel ne sera pas une monnaie d’échange mais au milieu de la table de jeu, c’est sûr ! » 

D’un commun accord, nous restons en contact avec les personnes rencontrées… 

Maintenant que les choses sont claires, nous allons reprendre la main (et surtout reprendre en main) les discussions autour du rachat de l’énergie via la centrale.

Comme nous l’avons toujours dit : les salarié-e-s ne sont pas une monnaie d’échange.

Pas plus que nos acquis, comme par exemple nos congés, nos rtt, le maintien de ressource, la prime de chauffage, la mutuelle, le 13e mois etc…

La liste est longue de nos combats pour une reconnaissance plus que méritée de notre travail et notre expertise.

Les pap-chap ont largement assez payé leur tribut pour le profit d’UPM.

Petit rappel, 480 salarié-e-s en 2001…. 216 en 2019 (et après de sacrées négos pour gagner 15 postes).

Alors maintenant stop à la casse de la chapelle !

 

Bossez vos dossiers au lieu de venir toujours taper sur le personnel et allez chercher un vrai investissement et une vraie volonté de faire vivre chapelle plutôt que cette vieille stratégie d’économie sur les salaires.

 Il est bon de rappeler les résultats records du groupe :

Résultat Opérationnel du Groupe : En M€

2016 : 1143  2017 : 1292  2018 : 1513 !3

 Ces millions d’euros ont servi à :

Investir : 303 M€

Verser des dividendes (actionnaires) : 613 m€. Le dividende par action a plus que doublé en 5 ans !!!

Désendetter le groupe : 485 M€. L’endettement est aujourd’hui de 0 !!! dans quel but ?

Cette stratégie a du sens si les investissements reprennent, sinon …

 

Concernant Chapelle, le rapport sécafi indique : 

« La quasi absence d’investissements et la mise sous contrainte des dépenses de maintenance depuis l’arrêt de la PM3 apparaissent comme une des raisons de cette médiocre performance » CQFD. 

 

Compte rendu CSE du 3 juin 2019 

La première réunion de la nouvelle instance CSE (comité social et économique) a eu lieu pour élire le bureau, à l’unanimité moins une voix.

 Secrétaire CSE : Senecal julien

Secrétaire adjoint CSE : Lebreton Arnaud 

Trésorier CSE : Lefebvre patrice

Trésorier adjoint CSE : Brindel Antoine 

Un projet de règlement intérieur du CSE est en cours de rédaction pour notre fonctionnement.

La désignation des membres de la Commission Santé, Sécurité et Conditions de Travail ( CSSCT ) a eu lieu. Celle-ci se réunira, avec les représentants de la Direction, au moins six fois.

N’hésitez pas à aller les rencontrer pour toute observation sur ce sujet si important, Nicolas Binet agit en tant que secrétaire de la CSSCT, il est accompagné dans cette mission de :

Patrice Lefebvre, Arnaud Lebreton, sylvain petit, Cyril Després et Antoine Brindel.

 

Pour que la commission santé et sécurité et conditions de travail puisse peser, les représentants du personnel ont besoin plus que jamais des salariés pour remonter les dysfonctionnements, les manquements, les entorses aux règles.

Après le vote sur l’absorption du CE par le CSE, nous avons fait part à la direction d’un message clair et précis.

 « MR Kubiak, MR Fagon soyez certains de notre motivation, une fois de plus les salariés de Chapelle Darblay ont montré lors des élections professionnelles le soutien à l’équipe syndicale.

Conscients de l’enjeu qui se profile nous serons vigilants aux démarches d’UPM notamment sur le dossier du renouvellement du CRE.

Conscients de l’héritage que nous laissent les équipes syndicales précédentes , des luttes qui ont été menées , nous aurons et nous avons déjà la même ligne de conduite, les mêmes valeurs CGT , nous sommes prêts à défendre notre statut PAP CHAP. »

 

Compte rendu CSEC du 4 juin 2019 

le CSEC (comité social et économique central) qui regroupe le site de chapelle et le site de levallois a procédé de la même façon pour élire, à l’unanimité, le bureau qui est composé :

 du Secrétaire du CSEC : julien Sénécal, suppléant Nicolas Binet5

du Secrétaire adjoint du CSEC : Arnaud Lebreton, suppléant patrice Lefebvre

du Représentant syndical CGT au CSEC : Cyril Briffault

du Représentant 3eme collège : Arnaud Dauxerre, Jean-Pierre Holenka

du Représentant Syndical FO : Albéric Deplanque

Conseil de surveillance : julien Senecal et arnaud Dauxerre

KEF (kymene european forum) : arnaud Dauxerre. (désigné par la CGT)

 

Dernière minute : la réception des matières premières est à l’arrêt dans l’urgence, plus de place dans l’usine… malgré les alertes du service, il a fallu 6attendre que les opérateurs sur le terrain cessent le travail pour rester en sécurité pour qu’enfin un plan d’urgence soit trouvé           

Rien n’a bougé depuis nos alertes et demandes datant de…2017 ! (Organisation, Responsables…)

 

Un peu d’actualité : 

Comme certains d’entre vous ont pu le lire sur notre blog, vos élus ont déposé une gerbe de fleurs en notre nom à tous sur la plaque commémorative.

4Pour ne pas les oublier, pour ne pas oublier !!! 

 

La commission maintien dans l’emploi change de nom pour :

« réunion de maintien dans l’emploi »

Cela ne nous empêchera pas de continuer à la faire vivre, pour aider les copains sur un retour au travail dans les meilleures conditions, trouver des solutions pour des postes aménagés, etc.

( A noter le retour de la médecine du travail dans cette réunion)

 

 Mardi 11 juin , c’était 100 services des urgences qui étaient en grève ,

 Dont le CHU de Rouen et l’hôpital de Saint Julien , qui militent contre le manque de lits, le manque de moyens, d’effectifs ,de sécurité et de reconnaissance financière.

Déjà le 6 juin, 700 hospitaliers ont manifesté à Paris pour dénoncer le manque de volonté de la ministre de la santé sur ces sujets.

 

7Qualité de vie au travail !

Vous ne le savez peut-être pas mais c’est normal, elle n’est pas dans les standards UPM ! 

De toute façon, il n’y a plus de place sur les murs, entre les panneaux de nettoyage indécents et tout le reste… 

Voir le site dédié par l’ANACT.

 

Lors du premier CSE le 26 juin , d’importantes questions seront à l’ordres du jour suite à la marche plus que dégradé de notre usine (comme d’habitude : le brite, le stockage, l’arrêt technique…) 

 

Info confidentielle :

nous organisons un pot de départ pour notre ami et camarade Jean François Gabala, un peu en avance, le 28 juin à 17h au CE, sont les bienvenues toutes les personnes qui apprécieront de partager un verre de l’amitié avec lui, avec nous et les camarades de longue date mais chut, pas un mot a jef !!! 

Gd Couronne le 14 juin 2019.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le spectacle continue !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 13 juin 2019

DISCOURS DE POLITIQUE GÉNÉRALE

Le spectacle continue !

Le Premier ministre, Édouard Philippe, vient de prononcer sa deuxième déclaration de politique générale devant l’Assemblée Nationale. Cet acte politique s’est révélé être, aussi et surtout, un acte de communication, une tentative désuète de pédagogie pour tenter de faire comprendre à celles et ceux qui ne l’auraient toujours pas compris en quoi la politique gouvernementale et les objectifs définis par le président de la République seraient bons et n’appelleraient à aucune réorientation ou inflexion…
*macron-philippe-paris-a46e5d-0@1x

Le Premier ministre, Édouard Philippe, vient de prononcer sa deuxième déclaration de politique générale devant l’Assemblée Nationale.

*
Cet acte politique s’est révélé être, aussi et surtout, un acte de communication, une tentative désuète de pédagogie pour tenter de faire comprendre à celles et ceux qui ne l’auraient toujours pas compris en quoi la politique gouvernementale et les objectifs définis par le président de la République seraient bons et n’appelleraient à aucune réorientation ou inflexion.

*
Un acte de communication car annoncé depuis plusieurs semaines comme le point de départ souhaité d’un « acte II » du quinquennat, après plus de sept mois de fracture avec le mouvement social, les organisations syndicales et le monde associatif.

*
Les annonces s’inscrivent dans la pleine et entière continuité des politiques menées : aucune prise en compte réelle des aspirations à plus de justice sociale, plus de justice fiscale, plus de démocratie et d’actes forts sur les enjeux environnementaux et de la biodiversité.

*
Le triptyque présidentiel fixé au Premier ministre, mardi, en marge de la Conférence de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), à savoir « Pas de réduction de notre ambition économique, une accélération de notre ambition environnementale et de notre préoccupation sociale », vient de se traduire par une séries de mesures qui, toutes, s’inscrivent dans l’écriture d’un deuxième acte d’une même pièce de théâtre… le spectacle continue !

*
Alors qu’une des premières préoccupations des travailleurs est l’augmentation des salaires, aucune mesure n’est annoncée sur l’augmentation du Smic. Afin de tenter de faire diversion, seule une baisse des impôts sur le revenu pour les premières tranches est annoncée, ce qui n’est pas sans poser question quant au financement de l’État et des services publics.

*
De plus, il faut mettre cette annonce de baisse des impôts (environ 5 milliards d’euros) en perspective avec le cadeau fait au patronat par le biais du CICE qui coûte à l’État 20 milliards d’euros par an et qui n’a pas eu d’effet sur l’emploi en France !

*
L’emploi, lui aussi, est le grand absent du discours du Premier ministre. Rien sur la lutte contre le chômage, rien sur le besoin d’embauches massives dans les services publics, par exemple à l’hôpital, dans les urgences, dans les prisons… comme l’actualité et les luttes sociales en cours le démontrent.

*
L’industrie est ignorée alors même que des grands dossiers font l’actualité, tels Ascoval, Ford, Renault, PSA, Whirpool, Arjowiggins, etc.

*
Les services publics sont relayés comme des préoccupations de seconde zone. Pire, l’annonce de mise en place de maisons de service au public avec des salariés dessine les contours d’un projet où le statut des fonctionnaires serait absent et où les missions de service public confiées à des opérateurs privés.

*
Ce sont donc un discours et des orientations politiques qui, non seulement, ne marquent pas d’inflexions mais qui, de plus, ne prennent pas en compte l’urgence environnementale et font apparaitre de nouvelles porosités avec l’extrême droite, notamment en traitant dans un même élan les questions de l’immigration, du droit d’asile, l’Islam de France et la lutte contre le trafic de drogue…

*
La CGT dénonce l’imposture sociale de la politique gouvernementale qui ne répond en rien aux aspirations des travailleurs, des privés d’emplois et des retraités, qui continue à mettre toujours plus sous pression le monde du travail, qui crée une société où l’injustice sociale n’a d’égal que l’aspiration des travailleurs à mieux vivre !

*
Parce que rien ne changera sans la mobilisation du monde du travail, la CGT appelle l’ensemble des travailleurs, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse à envisager la construction de mobilisations sociales pour imposer d’autres choix !

Montreuil, le 12 juin 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

LA SÉCURITÉ SOCIALE, Notre richesse collective …..

Posté par cgtchapelledarblayupm le 12 juin 2019

*

Logo-cgtLA SÉCURITÉ SOCIALE

                                     Notre richesse collective, sécu-1024x680

                                       pas une ligne comptable déficitaire !

Le gouvernement s’est assigné l’objectif dogmatique d’un « retour à l’équilibre » des comptes de la « sécu » prévu pour 2019. Pour cela, d’importantes économies ont été faites au prix de nombreux sacrifices : restriction des moyens de l’hôpital public, baisse du pouvoir d’achat des pensions de retraite et des minima sociaux. . . Malgré ces mesures mortifères pour le service public et l’ensemble des champs de notre sécurité sociale, cet objectif financier d’équilibre n’aura pas lieu…
*

Le gouvernement s’est assigné l’objectif dogmatique d’un « retour à l’équilibre » des comptes de la « sécu » prévu pour 2019. Pour cela, d’importantes économies ont été faites au prix de nombreux sacrifices : restriction des moyens de l’hôpital public, baisse du pouvoir d’achat des pensions de retraite et des minima sociaux.

*
Malgré ces mesures mortifères pour le service public et l’ensemble des champs de notre sécurité sociale, cet objectif financier d’équilibre n’aura pas lieu.
C’est la conséquence de la politique de baisse de cotisations sociales !

*
De plus, la « prime d’activité » n’est pas financée par les employeurs mais par la CAF qui compense partiellement ainsi une politique de bas salaires…
La « prime Macron » (exonérée de cotisations sociales) et la défiscalisation des heures supplémentaires affaiblissent les recettes de la « sécu », mettant à mal son mode de financement en épargnant à nouveau les plus riches et le grand patronat.

*
La CGT revendique un meilleur financement de notre sécurité sociale :

  • par l’augmentation des salaires ; ce qui rapporterait 13 milliards d’euros ;
  • par l’égalité salariale entre les femmes et les hommes ; ce qui rapporterait 5,5 milliards d’euros ;
  • par une politique de développement de l’emploi stable et de qualité ; ce qui rapporterait au moins 10 milliards d’euros ;
  • par la soumission de tous les éléments de rémunération à cotisation et la suppression des exonérations ; ce qui rapporterait environ 36 milliards d’euros 
  • par la modernisation de la fiscalité du capital, notamment via la mise en place d’une contribution sociale sur les revenus financiers distribués par les entreprises, à un taux équivalent aux cotisations employeurs sur les salaires ; ce qui rapporterait 30 milliards d’euros ;
  • par la taxation des GAFA et la lutte contre l’évasion fiscale ; ce qui rapporterait au bas mot 20 milliards d’euros.

Soit une estimation totale de plus de 114 milliards d’euros !

*
L’argent existe et la CGT refuse que les citoyens, les salariés, les retraités ou les privés d’emploi fassent encore les frais d’une politique pour les riches.
Redonner du souffle à la « sécu » et lui permettre de répondre aux besoins de tous, c’est nécessaire et possible, en augmentant son financement, pas en économisant sur les prestations !

*

Montreuil, le 11 juin 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

4 pages de l’IHS CGT Normandie

Posté par cgtchapelledarblayupm le 11 juin 2019

4 pages de l’IHS CGT Normandie

L’engagement du monde ouvrier pour la libération de la France. Pour la paix et le progrès social.  

75ème anniversaire du débarquement en Normandie. La CGT dans la Résistance. 

Pour la CGT, il n’y a pas de progrès social, sans paix ! Les femmes dans la résistance.

La presse syndicale : La Vie Ouvrière, dans la Résistance.

Annotation 2019-06-11 195657

Annotation 2019-06-11 195734Annotation 2019-06-11 195812Annotation 2019-06-11 195911

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La retraite ne doit pas redevenir l’antichambre de la mort

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 juin 2019

La retraite ne doit pas redevenir

l’antichambre de la mort

Les derniers arbitrages du projet Macron de retraite universelle par point se discutent apparemment en catimini dans les couloirs du palais présidentiel.

Alors que le Président de la République affirme ne pas vouloir toucher à l’âge légal à 62 ans il se prépare le recul des départs en retraite d’abord à 64 ans puis 65 ans.ma-retraite-cgt-mont-de-marsan

*
En effet, en faisant le choix du projet Delevoye du régime universel à point, l’âge légal devient secondaire, c’est l’âge pivot qui compte désormais et le Gouvernement veut le fixer à 64 ans.

*
Ainsi, une décote de 5% par an entre 62 et 64 ans serait appliquée quel que soit le nombre d’années passées à travailler. Un départ à la retraite avec une pension qui permet de vivre dignement deviendrait donc inaccessible.

*
Cela démontre que la réforme est avant tout financière afin de faire des économies sur le dos de tous les futurs retraités.

*
Cela démontre que cette réforme est faite pour faire travailler les salariés plus longtemps.

*
La dégradation des conditions de travail, les demandes de productivité exigées par les employeurs, la casse de l’emploi, amènent à ce que plus d’un salarié sur deux, aujourd’hui, ne soit plus en emploi à 62 ans. Cela démontre que tous les acquis en matière d’espérance de vie en bonne santé gagnés par la mise en place de notre système de retraite issu de la sécurité sociale volent en éclat.

*
L’équation est simple : partir à 62 ans avec une pension de misère ou tenter de travailler plus longtemps pour obtenir au moins 1000 euros si votre patron le veut bien!

*
En clair, pour Macron et le Patronat l’objectif est notamment de repousser l’âge de départ à la retraite pour ne pas avoir à la payer.
La solution coule de source, la mobilisation de tous s’impose contre le projet Macron et pour garantir, pérenniser et renforcer notre système de retraite solidaire par annuités et par répartition avec le retour d’un droit effectif de départ à 60 ans.

Montreuil, le 7 juin 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Assurance chômage :

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 juin 2019

Assurance chômage :

cover-r4x3w1000-5ba5fadf14f3d-2bcade37c1920b23817b86b14fa6ca8b05265d2e-jpgnouvelle attaque contre notre système de solidarité

Les principales mesures de la réforme de l’assurance chômage envisagées dévoilées dans la presse aujourd’hui, sont-elles un ballon d’essai lancé par le gouvernement ?

Au vu de son bilan anti-social, nul doute qu’il y ait volonté de sa part d’imposer une réforme régressive libérale portant atteinte aux droits de tous les demandeurs d’emploi.

Nul doute que la Ministre du Travail est aux ordres du MEDEF, dont l’objectif est de faire un maximum de profits et d’obtenir plus cadeaux financiers en imposant des reculs sociaux et en mettant la pression sur les privés d’emplois et les salariés.

*
Si ce projet se confirmait, ce sont les salariés précaires qui seraient, de fait, exclus de l’assurance chômage

*
En effet, en imposant d’avoir travaillé 6 mois sur les 24 derniers mois, c’est à dire en durcissant les conditions d’accès à l’assurance chômage, cette mesure exclurait entre 250 et 300 000 demandeurs d’emploi.

*
Elle toucherait encore plus durement les femmes et les jeunes, principales victimes du temps partiel subi et des contrats courts, à l’image des assistantes maternelles, par exemple.

*
Les privés d’emploi ne sont déjà que 43% à être indemnisés, le Gouvernement semble vouloir passer à 35% !

*
Les salariés cadres verraient aussi leur allocation diminuer les incitant de fait à se détourner de notre système solidaire d’assurance chômage au profit du secteur assurantiel privé.

*
L’objectif est bien de faire des économies sur le dos des chômeurs mais aussi de les obliger à accepter n’importe quel emploi précaire, mal payé ou avec des conditions de travail pénibles…

*
La CGT refuse cette politique de destruction du système de protection sociale et rappelle l’urgence à s’unir et à organiser des mobilisations sociales tous ensemble, salariés, privés d’emploi ou retraités pour imposer un choix de société fondé sur la solidarité pour toutes et tous.

Montreuil, le 7 juin 2019

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Les dockers CGT refusent de charger des armes ….

Posté par cgtchapelledarblayupm le 6 juin 2019

*

Les dockers CGT

refusent de charger des armes pour l’Arabie saoudite

4 juin 2019  Par | Photo(s) : Gérard Julien/AFP6 06 2019

*

Les dockers de Fos-sur-Mer et du Havre ont choisi de bloquer la livraison d’armes à destination de l’Arabie Saoudite.

Les ventes d’armes françaises aux pays qui massacrent au Yémen scandalisent de plus en plus. Après les protestations exprimées par la CGT dans des entreprises comme Thalès, c’est maintenant par des actes de blocage que les dockers CGT ont décidé de passer à l’acte au Havre et à Fos-sur-Mer.
*
*

« Nous n’embarquerons jamais d’armes destinées à tuer des civils », prévient Laurent Pastor, secrétaire général CGT des dockers de Fos-sur-Mer. En effet, le 28 mai 2019, à la suite des révélations du média indépendant Disclose qui indiquait que le cargo saoudien Bahri Tabuk allait charger à Marseille-Fos des armes destinées à la guerre au Yémen, les dockers CGT de Fos-sur-Mer n’ont pas laissé passer.

Blocage des livraisons d’armes

En l’occurrence, il s’agissait de munitions pour les canons Caesar, armes elles aussi fabriquées et massivement livrées par la France à l’Arabie saoudite, et qui sont capables de détruire une cible distante de 40 kilomètres avec une précision redoutable. Alors que le Yémen subit une famine sans précédent liée au blocus organisé par les pays de la coalition menée par l’Arabie saoudite, la France enverrait donc des obus au lieu de pain ?

Ce blocage de livraison d’armes avait été précédé, le 10 mai 2019, d’une autre action, elle aussi permise par les informations délivrées par Disclose, cette fois au Havre, où une importante mobilisation à l’initiative des dockers CGT avait permis d’obtenir le renoncement d’un autre cargo, le Bahri Yanbu, à accoster au Havre.

Des révélations embarrassantes

Au lieu de faire amende honorable sur ses responsabilités non assumées, l’État français, qui ne brille décidément pas par la transparence dans ses pratiques en matière de ventes d’armes, a préféré continuer à jouer la carte de la répression sur les lanceurs d’alerte. Ainsi, le 14 mai 2019, les journalistes Mathias Destal, Geoffrey Livolsi et Benoît Collombat étaient-ils entendus par la Direction générale de la sécurité intérieure pour avoir informé le public que la France continue de vendre des armes à l’Arabie saoudite.

Lors de son 52e congrès confédéral réuni à Dijon, la CGT a adopté une motion de soutien à ces journalistes et a aussi demandé qu’on n’exige pas des syndicalistes qu’ils se taisent quand ils ont connaissance de risques de violation des traités. Pour la CGT, « la France doit sortir du déni et du double jeu. Elle doit décider et proposer à  l’ensemble de la communauté internationale l’interdiction de toute livraison d’armes dans le cadre du conflit au Yémen. Elle doit agir diplomatiquement pour la désescalade et une résolution négociée et pacifique du conflit ».

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

les élus CGT Chapelle Darblay ont rendu hommage

Posté par cgtchapelledarblayupm le 6 juin 2019

*

En ce 6 juin 2019.

les élus CGT Chapelle Darblay ont rendu hommage

aux salariés du site, victimes  lors de la seconde guerre mondiale. 

 

IMG_5217

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Chez Ondulys, un patron anti cgt,complètement ouf ….

Posté par cgtchapelledarblayupm le 5 juin 2019

Annotation 2019-06-05 072509

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

12345...135
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...