• ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : manif retraité du 15 mars
      <b>DSC01511</b> <br />
    • Album : manif 16 novembre
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />
    • Album : Nos retraités cgt en manif
      <b>SONY DSC</b> <br />
    • Album : solidarité Arjo Wizernes 13 fevrier
      <b>IMG_0804</b> <br />

Une fée se serait-elle penchée sur notre usine?

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 janvier 2018

.

Une fée se serait-elle penchée sur notre usine ?

 

sorcieremouchelweb

Nous avons fini 2017 avec beaucoup d’éléments positifs qui font oublier les piètres résultats de l’usine qui sontplus le fruit des erreurs de stratégie de la Direction que de la mauvaise volonté du personnel, et de loin !

 Résumons ; installations des caméras de casse à la PM6, améliorations sur les quais, entretien, maintenance, arrivée des CDD, formation appuyée de ceux-ci et des Remplaçants de Ligne, arrivée de l’assistante RH, arrivée sous peu d’un préventeur Sécurité ? (que nous voulons être un support, un médiateur, un référent et non un gendarme !), fiabilisation des matériels à travers le pôle Fiabilisation, embauche de deux électriciens, etc.

 Nombre d’éléments qui doivent « rassurer » si les moyens sont donnés à ces ambitions, à savoir, passer aux actes ! Ce que nous n’avons pas manqué de rappeler à notre nouveau DRH Division Papiers news, le 21 décembre dernier !!!

 Ajoutons à cela nos nombreuses interventions en haut lieu, Finlande, courriers à Anu Ahola, Daniel Schwab, rencontre au ministère du Travail, dont nous voulons croire la portée !

 Le droit de retrait du personnel de nuit, le 24 novembre a peut-être été le déclencheur d’une prise de conscience de nos Dirigeant-e-s ? Nous voulons le croire aussi !

 Nous croyons toujours, comme de nombreuses personnes, en notre usine et espérons l’amélioration des conditions de travail avec la nouvelle organisation, même si toutes nos remarques ne sont pas prises en compte ! Nous rappelons encore ici que ce n’est pas la CGT qui commande, c’est l’employeur, la fée Carabosse ?

 Rencontre avec Karsten Peitmann, le 21 décembre 2017.

Présents : A. Dauxerre, N. Binet, M. De Barros, J-F Gabala

 L’occasion pour nous de retracer le parcours de l’usine depuis 2013 avec les nombreux PSE amenant à une organisation « Lean » créatrice de nos tourments et des mauvais résultats.

Quelle sera la portée de cette première rencontre ? lui seul le sait, mais comme les autres, il ne pourra pas dire : Je ne savais pas !

 Semaine 52 ; la pire depuis bien des années avec un arrêt de Noël (sur du Brite) mal géré, la chaudière qui crève et la pilule des 120 000 € des habillages machine neufs qui partent à la poubelle. Dur, mais comme dit le patron, il faut regarder devant, malgré les vicisssssssssitudes !

 Il serait temps que les cadres se réveillent, pour faire front commun avec l’ensemble du personnel, comme pour faire valoir leurs conditions de travail. Ah, ce rapport de force …

 Options, notre journal, qui leur est destiné, rappelle les revendications de notre CGT, comme le respect du temps de travail légal, le droit à la déconnexion, la régulation des charges de travail, le droit d’intervenir sur les choix stratégiques ou encore l’égalité professionnelle femme/homme.

 Comité d’Etablissement du 23 janvier 2018.jenedisrien

 L’année commence salement avec la chaudière qui crève !

 Le personnel ne tient pas à revivre 2017, une année pourrie, et le fait savoir à l’occasion de ce premier C.E de l’année. Une quarantaine de personnes présente devant la salle de conférence selon les forces de police, beaucoup plus selon la CGT, à l’appel de leurs représentants, est reçue par le Directeur, en ouverture de la séance.

Les représentants des Cadres sont également présents.

De manière claire, très claire, et responsable, le personnel envoie en pleine figure ce qui plombe l’usine depuis des mois :

 Le manque de travail commun, pour le bien de l’usine, de l’équipe d’encadrement !

Le torchon brûle !!!

 Pendant deux heures, feuille coupée, tout un symbole pour la Responsable, les salariés (sans « e », c’est dommage) ont confié au Directeur et au contrôleur de gestion, leurs soucis, leurs craintes, leurs mauvaises conditions de travail, le manque d’entretien, le manque de moyens humains et financiers, la fuite des cerveaux…et l’absence de leader dans ce foutu bordel !

 Des propos que nous avons repris lors de la séance plénière pour étayer nos commentaires sur la marche et les résultats de l’usine.

 Marche de l’usine en décembre.

 Un mois difficile en raison de défaillances importantes (Machine, Centrale, toiles neuves jetées). Sur l’année, tous les indicateurs sont moins bons que 2016.

Efficacité des ateliers, rendement, capabilité, casses, vitesse…un seul est en hausse, celui des heures supplémentaires ! (le DRH va apprécier !).

Il manque un mois de production, environ 20 000 tonnes pour être au budget 2017, 240 000 tonnes !!!

 Les coûts de production sont donc plus élevés et ce n’est pas la protection sociale française, comme on l’a entendu, qui est en cause, mais les choix d’UPM de réduire tous les coûts de fonctionnements et le développement, garant des résultats !!!

 Ventes.(tonnage expédié 17983 t))

France : 36%, Europe : 42%, Gd Export : 23%

Un mois marqué par le tonnage expédié vers l’Allemagne, par exemple, avec l’arrêt de machines dans cette partie de l’Europe, également en Belgique, en Espagne pour les mêmes raisons ; de nouveaux débouchés pour nous.

 Brite : Production 2017, 35000 tonnes. (17% de la prod.)

Une production qui reste coûteuse, en raison des prix des papiers et de la chimie.

2018 voit les prix baisser dans ce domaine, une autre bonne nouvelle.

robotiser-le-futur-700x588 Les coûts variables et les frais fixes sont au budget !

Décembre restera marqué par un coût « d’habillages machine » exorbitant : 280 000 €, dont 120 000 partis à la poubelle !

 Rappel budget Maintenance.

2015 : 10 millions d’euros

2016 : 8 millions

2017 : 6 millions

2018 : ???

 L’épanouissement dans le travail se fait grâce à des moyens, pas en tirant vers le bas. (CQFD)

 

Résultats 2017.deligne_epiphanie

 Il paraît que nous finissons avec un petit résultat positif !?!?

 Et les 6 millions de frais de siège, qui se gave avec ?

L’argent coule à flot pour certaines sociétés (que nous respectons) comme Ortec, Trans FL, qui se gave avec ?

D’autres attendent à la porte pour croquer dans la galette ! Ras le bol

 

La Direction annonce des hausses de prix de vente de nos papiers d’une trentaine d’euros à la tonne, ce qui est énorme, est-ce viable ?

Si nous produisons « normalement » 240 000 tonnes, c’est environ 7 millions d’euros, supplémentaire, dans la poche…d’UPM !

 Déchets/revalorisation.

1.2 million, c’est le coût de nos déchets pour 2017. (dont l’épandage ou l’enfouissement de nos cendres.)

 Stock. Logistique.

 On dira ce qu’on voudra mais le travail des membres du CHSCT a encore payé.

 Suite à notre alerte concernant les 27 000 tonnes de MPR , standard et blanc, dépassant nos capacités et les difficultés pour les opérateurs de les manipuler (imaginer un éléphant dans votre salon), un plan d’action d’envergure se met en place, qui doit déboucher sur une meilleure gestion de nos besoins et la disparition du stock extérieur fin avril. Nous prenons date !

La situation actuelle est incohérente avec la vétusté de nos engins, les plans d’actions sécurité et les consignes devant être appliquées par les Superviseurs.

 Effectifs.

Effectif Chapelle : 200, Fonctions : 15, Autres : 39. Total : 254

Embauches en cours : Préventeur-e, électriciens, Ingénieur papetier (homme ou femme).

Embauche Responsable Maintenance : Comme l’a rappelé la délégation du personnel le matin, tout le monde attend la nomination, légitime, d’une personne Chapelle. Nous avons en interne les compétences et la connaissance des matériels, tout le monde attend…qu’attend le Directeur…que dit le CODIR ? Nous demandons cette nomination !

Intérim : proche du million d’euros pour 2017.

Absentéisme toujours élevé.

jebossecgtSanté/Sécurité.

Une année noire, les membres du CHSCT le disent. Nous avons une vue globale de la situation de l’usine, ce que n’a pas forcément l’opérateur à son poste.

Mauvaise marche = Stress = incidents, Accidents = Absentéisme = Usure = Mauvaise marche = ….

 Très mauvais résultats pour la Santé et la Sécurité du personnel.

L’Encadrement prie pour que la nouvelle organisation améliore la marche de l’usine et stabilise enfin le process pour le bien de tout le monde !

Dommage, elle ne s’en donne pas les moyens ! (Formations au rabais, etc…).

 Rien ne justifie d’oublier la sécurité, d’oublier de porter son harnais, de respecter les consignations, de traverser des zones balisées, RIEN ! Nos vies en dépendent !

 A chaque accident nous avons de la chance, jusqu’à quand ?

 Investissements.

Nouvelle politique UPM, le retour sur investissements se ferait à trois ans, une opportunité pour Chapelle, encore faut-il trouver les personnes et le temps pour monter les projets, comme la tour de blanchiment, promise en 2015…

 Arrêt de mars : UPM met un million dans les travaux de la chaudière.

 Bonus 2017 : La Direction prépare une information.

 Conséquences du PSE 2017.

Les conditions de travail sont toujours dégradées pour le personnel de Levallois, très touché par la baisse d’effectif. Absentéisme important, stress. (On connaît !)

Une intervenante UPM est détachée pour identifier et régler les problèmes de fonctionnement des logiciels qui remplacent l’humain. Elle arrive après la bataille, on connaît aussi !

Rappelons que le bureau de ventes est chargé de…vendre notre papier.

a807 CHSCT.

 De nouveaux dossiers laissés en attente avec les différents PSE que nous subissons, devraient revenir à la surface rapidement :

  • Etat du réseau incendie.
  • Réserve d’eau (appelée la piscine).
  • Toitures.

L’addition s’alourdit de mois en mois. Quand nous réclamons un million d’euros pour remettre l’usine en état, nous sommes en dessous de la vérité !!!

(courrier Mme Ahola : « il nous manque 300 000 euros sur 4 ans ! »)

 

Présentation NAO.

 A notre demande, la réunion de présentation a été avancée au 25 janvier, 14h.

Rappel de nos demandes :

 AGS : 2% . (Indice INSEE 2017 : 1.2%)

PMC : 460 (430 actuellement)

P. Vac : 2200. (2100 actuellement.)

Négociation sur les congés d’ancienneté.

 Points clés :

 Rattrapage 2017 : 0.25% (AGS 2017 : 0.95. INSEE : 1.2%)

Tenir compte de l’augmentation des prix qui repart.

Tenir compte de la prime de 150 € versée en 2017 pour les efforts consentis en 2016. (2017 encore plus compliquée que 2016)

Tenir compte des résultats historiques de notre Groupe !

Nous insistons sur la volonté de repartir avec une NAO 2018 conséquente.

 Conditions de travail :

 Suite à la rencontre entre le Directeur et la délégation du personnel, le 23 janvier, en ouverture du C.E, celui-ci annonce un plan d’actions, remettant l’Encadrement au centre du management.

                       De notre côté, le but est atteint,

4

dans le respect du rôle de chacun.

Témoignages : « Nous avons plus besoin d’air frais que de sang neuf ! »

« Brite toujours à l’arrache »

« On sature »

« Dossier qui traîne : Consignations »

« on doit ralentir la machine à cause de la DIP »

« Santé/cadences »…

Grand-Couronne, le 26 janvier 2018

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

L’entreprise ne doit pas être le lieu du bruit des machines et du silence des hommes

Posté par cgtchapelledarblayupm le 25 janvier 2018

 

« L’Entreprise ne doit pas être le lieu du bruit des machines et du silence des Hommes »*

 

 

Plus UPM engrange des résultats, plus ses usines souffrent.3

C’est dans ce contexte que va s’ouvrir la Négociation Annuelle Obligatoire 2018, des résultats moyens pour notre site en raison d’une organisation ne correspondant pas à nos besoins et des résultats mirobolants pour le groupe !

 Des économies de personnel compensées par des surcharges de travail, de la fatigue engendrant de l’absentéisme et donc un manque de productivité !

 Nous avons prévenu, l’embauche à venir de deux électriciens supplémentaires ne doit pas aboutir à des AGS au rabais.

Disons le encore, les améliorations apportées ces dernières semaines ne font que corriger les erreurs de 2015, malgré nos recommandations et celles des experts, le patron à toujours raison, article 1er !

 Nous n’avons pas à payer les différends, les errements et les choix discutables de notre Direction, de nos Dirigeants ou ce qu’il en reste, comme l’arrêt repoussé de la chaudière, le manque d’entretien général, le manque de coordination entre les Services, le manque de développement…

 Errements qui se traduisent par un gaspillage énorme, comme un puits sans fond, 120 000 € par ci ( toiles machine), 100 000€ par là (transferts de papiers, location pelle), défaillances à répétition, ainsi de suite.

 Nous sommes prêts à contrecarrer les arguments de la Direction, toujours les mêmes, les temps sont durs mon brave monsieur !a

 

Les exemples ne manquent pas !

 *Jean Auroux, ancien ministre chargé du travail entre mai 1981 et mars 1983. Il est entre autres à l’origine des lois dites « Auroux » qui ont modifié de façon substantielle le droit du travail, à travers notamment la création des CHSCT, l’instauration de la négociation annuelle obligatoire, le financement des comités d’entreprise. CQFD.

8

Nos demandes, qui seront remises

 à la Direction le 25 janvier prochain, pour une négociation  dont la date

 reste à déterminer.

Proposition:

A.G.S : 2% au 01/01/2018. (Indice INSEE : 1.2 % pour 2017) . Clause de sauvegarde.

 Prime mensuelle complémentaire :  460€ (430 aujourd’hui)

 Prime de Vacances portée à 2200€ (2100€ aujourd’hui)

 Négociation sur le barème des journées d’ancienneté

La Direction doit tenir compte de l’augmentation du coût de la vie, nouveaux impôts, nouvelles taxes, d’une part et de la prime de 150€ attribuée l’année dernière, d’autre part.

 

Il n’est pas question de rentrer bredouille ou avec des broutilles de cette négociation 2018.

Personne ne comprendrait !

 

Comme de coutume, au soir de cette négo, nous consulterons le personnel pour signature…ou pas !

 

Négociation le 21 février, à partir de 9h.

 

Rappelons-le, c’est le rapport de force qui fait la différence,2

 

Ensemble

 

et solidaires !

 

Grand-Couronne, le 22 janvier 2018.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Enième PSE à L’Equipe
 Non à l’acharnement actionnarial

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 janvier 2018

-

SNJ-CGT

Enième PSE à L’Equipe
 Non à l’acharnement actionnarial

20 janvier 2018

Brutalement, la direction de la SAS L’Équipe, qui édite le quotidien, le magazine et les sites du même nom mais aussi France football et Vélo mag, a annoncé la semaine dernière sa volonté de supprimer plus de vingt-cinq emplois à travers un mal nommé « plan de sauvegarde de l’emploi » (PSE), le quatrième en cinq ans.equipesnj19janv18

Ce nouveau dégraissage se double d’une mutualisation tous azimuts de la réalisation des titres papier édités par la société, dans une sorte de pôle fourre-tout dont on a bien du mal à imaginer comment il pourra fonctionner. A titre d’exemple, il n’est prévu de garder que sept postes de correcteurs, hiérarchie comprise, pour l’ensemble des titres, dont la réalisation s’étale sur l’ensemble de la semaine, le plus souvent du matin jusqu’à tard le soir. On aura compris que l’idée est à court terme de liquider ce service, comme il est déjà prévu de le faire pour la documentation, dont les deux derniers rescapés se voient invités à quitter l’entreprise sans ménagement.

Tant de sacrifices pour quelles perspectives ? On a du mal à les cerner dans le discours du directeur général, Cyril Linette, qui évoque un marché en « attrition » et affiche comme seule ambition pour les titres papier de « résister autant qu’il est possible », sous-entendu jusqu’à la disparition y compris du quotidien.

Il est vrai qu’on imagine mal les titres de la SAS L’Équipe se relancer dans de telles conditions de réalisation, qui ne cessent de se dégrader depuis des années, notamment à France football, à la rédaction amputée de moitié en cinq ans et dont la direction a beau jeu aujourd’hui de souligner les résultats en baisse pour justifier une nouvelle coupe dans les effectifs.

Cette spirale sans fin trouve son origine dans l’acharnement de l’actionnaire, le Groupe Amaury, à ce que son média redevienne au plus vite rentable, via une suite sans fin de décisions à court terme, le plus souvent malheureuses, comme l’externalisation express de la régie publicitaire ou du service diffusion, réinternalisés depuis mais après une hémorragie de salariés dévastatrice.

Pourtant, le Groupe Amaury sait très bien quelle a été et quelle est encore aujourd’hui la contribution de L’Équipe à sa force de frappe dans le monde du sport et donc indirectement à sa plantureuse trésorerie. « Le groupe a une force, c’est de reposer à la fois sur un pilier médias et sur un pilier hors médias », expliquait encore récemment le directeur financier du groupe. Qui devrait veiller à ce que le premier ne soit pas sapé au point de mettre en péril l’ensemble de l’édifice.

Pour toutes ces raisons, le SNJ-CGT apporte son soutien à l’appel à la grève des syndicats de journalistes de l’intersyndicale de l’UES L’Équipe ce vendredi 19 janvier.

Montreuil, le 19 janvier 2018 SNJ-CGT

Enième PSE à L’Equipe
 Non à l’acharnement actionnarial dans CGT UPM Chapelle Darblay snjcgt19janv18-250x355

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le Crédit Mutuel doit assumer ses responsabilités

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 janvier 2018

*

Intersyndicale du Républicain Lorrain

59 emplois supprimés au Républicain Lorrain Le Crédit Mutuel doit assumer ses responsabilités

19 janvier 2018repuEnlutte

 La direction du quotidien régional Le Républicain Lorrain a décidé une restructuration impliquant, dans un premier temps, 59 suppressions d’emploi. Ce plan, actuellement négocié avec les organisations syndicales de l’entreprise, consiste à fermer le site d’impression du journal à Woippy (Moselle) à la fin du mois de mars. L’impression du Républicain Lorrain, qui passera alors au format « tabloïd », sera confiée à L’Est Républicain, à Houdemont (Meurthe-et-Moselle). Les 59 salariés de l’imprimerie seront licenciés ou, en partie, reclassés dans les entreprises de presse contrôlées par le Crédit Mutuel, actionnaire de ces deux journaux.

L’actionnaire justifie sa décision par l’ampleur des pertes du pôle Presse du Crédit Mutuel. L’intersyndicale du Républicain Lorrain (CFDT, CGT, CGC, SNJ, FO) dénonce l’absence de stratégie éditoriale et industrielle depuis la prise de contrôle de l’entreprise par le groupe bancaire, il y a dix ans. Cette politique de l’autruche a considérablement aggravé les effets de la crise économique et financière de 2008, et a conduit l’ensemble des journaux du groupe à une situation catastrophique. Après avoir refusé durant des années d’anticiper les difficultés, le Crédit Mutuel fait aujourd’hui payer ses erreurs par les salariés. A Mulhouse également, la banque a décidé de fermer l’imprimerie du journal L’Alsace, où 70 emplois doivent disparaître.

L’intersyndicale du Républicain Lorrain exige que le Crédit Mutuel assume toutes ses responsabilités sociales et financières pour, dans l’immédiat, accorder un traitement décent aux salariés privés d’emploi, et pour garantir l’avenir de ses entreprises de presse.

Woippy, le 17 janvier 2018.

 Le Crédit Mutuel doit assumer ses responsabilités dans CGT UPM Chapelle Darblay RepuLorrain17janv18-250x353

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Lâchez-vous !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 16 janvier 2018

FILPAC CGT Chapelle Darblay Grand-Couronne

 

Lâchez-vous ! dans CGT UPM Chapelle Darblay lutteLivreKerleroux-250x177Lâchez-vous !

Depuis des mois, nous alertons le Directeur et son Encadrement sur la dérive de l’usine, les défaillances, les conditions de travail dégradées et les absences qui en découlent.

La marche de l’usine du mois de décembre atteint des sommets dans le gaspillage, les choix et les errements de la Direction.

Pour appuyer nos interventions, remarques et commentaires, nous vous invitons à un rassemblement le 23 janvier lors du premier Comité d’Etablissement de l’année 2018.

Pour marquer les esprits, pour démarrer du bon pied.

Des discours ne suffisent plus.

Le premier point à l’ordre du jour de cette réunion sera la marche de l’usine où nous demanderons qu’une délégation soit reçue pour débattre de cette question !

Les efforts consentis par le personnel depuis 2015 pour faire face à une organisation indigne d’une papeterie, en général et de Chapelle, en particulier, doivent être récompensés, en 2018, trois ans après, par des actes concrets de la part de la Direction.

Nous rappelons ici quelques-unes de nos nombreuses interventions depuis lors :

Disparition d’un vrai service RH :

Qui s’occupe des besoins, des soucis du personnel ?

Qui s’occupe des besoins de formation pour assurer les compétences à travers les remplacements ?

Qui s’occupe de la GPEC (Gestion prévisionnel de l’Emploi et des Compétences) pour assurer l’avenir, en embauchant aujourd’hui, dès que nécessaire ?

Absence d’un vrai Service Sécurité ou Prévention :

Qui s’occupe de la Santé du personnel à travers les pathologies inhérentes au travail posté, aux postures, etc ?

Qui s’occupe des conditions de travail inhérentes à l’industrie lourde ?

Qui s’occupe de dossiers qui trainent, comme les consignations électriques, fluides ?

Travail collectif du Comité de Direction ?

Entretien des installations, investissements ?

*

solidariteCgt-250x406 dans CGT UPM Chapelle DarblayNous proposons de nous retrouver le : 23 janvier à 9h

devant la salle de conférence.

Début de la séance du Comité d’Etablissement à 9h30.

Selon le nombre de personnes, constitution d’une délégation qui prendra la parole devant la Direction, avec les représentants du personnel CGT.

A l’issue de cette entrevue, nous demanderons une suspension de séance pour rendre compte, avec la délégation, des échanges.

C’est le moment de sortir de cette situation, d’être acteur de vos conditions de vie au travail.

C’est le moment de montrer que ce sont les salarié-e-s qui créent la richesse dont bénéficient les autres !

Que ces salarié-e-s sont maîtres de leur outil de travail !!!

 

Rendez-vous le 23 janvier à 9h* !cocoUnis-250x248

Ensemble et solidaires !

*Heures syndicales payées.

 

 

Grand-Couronne, 16 janvier 2018.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

la lettre fédérale

Posté par cgtchapelledarblayupm le 12 janvier 2018

1

fichier pdf lettrefederale20

2

 

 

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Voeux de la CGT

Posté par cgtchapelledarblayupm le 4 janvier 2018

Philippe Martinez, secrétaire général, vous présente les voeux

de la CGT pour 2018

lien vidéo youtube:https://youtu.be/lcFEQ-2t4t8

2

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Meilleurs voeux 2018.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 2 janvier 2018

 

11

FILPAC CGT

CHAPELLE DARBLAY

 

 

 

 

 

 

 

Que les idées d’aujourd’hui 2

Fassent Les Succès de demain

 

 

Meilleurs vœux 2018.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

UPM: Une rentabilité record!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 21 décembre 2017

.

Compte-rendu des réunions de CCE, DP, CHSCT et CE.

 UPM : Une rentabilité record !

 

Compte-rendu du Comité Central d’Entreprise du 06 décembre 2017. Paris-Levallois

 Ordre du jour : Stratégie et politique sociale.

Extraits de l’expertise du Cabinet Sécafi.

 La rentabilité atteint un niveau record en 2017, par rapport aux dix dernières années.

(Paper ENA dépasse largement ses objectifs financiers)

Chiffres d’affaires 2016 : 9 812 Millions d’€.

2017 : 7 436 M€ (arrêté au 30 sept.)

 Résultat Opérationnel Courant :

2016 : 1 143 M€

Septembre 2016 : 859 M€, sept 2017 : 926 M€ !

 Dans ce contexte de baisse de consommation de papier journal en Europe (5.7% par an entre 2007 et 2016), division qui constitue plus de 50% de son chiffre d’affaires, le groupe a mené une stratégie de recomposition de son portefeuille en investissant dans les activités de croissance et en exigeant de Paper ENA de générer du cash pour financer la croissance de ses autres activités.

Le taux d’endettement du Groupe passe de 48% en 2011 à 7% en 2016. ( De quoi préparer un investissement majeur ou un achat).

 Malgré la baisse des volumes, la profitabilité d’UPM est plutôt plus élevée que celle de ses concurrents. Ces très bons résultats lui permettent d’augmenter ses dividendes et se reflètent dans le cours de l’action, en forte hausse.jebossecgt

 Stratégie UPM France.

 *Optimisation de l’offre produit, notamment sur le Brite.

*Amélioration de l’accompagnement client pour les clients les plus importants.

*Optimisation de la gestion de l’énergie du site Chapelle, en améliorant l’efficacité de la chaudière.

*Etude d’opportunités pour le site de Chapelle : Valorisation du Centre d’Affinage, valorisation des cendres de chaudière.

 Notre commentaire : Encore faudrait-il s’en donner les moyens, humains et financiers ! La situation sociale est extrêmement dégradée à Levallois, suite au PSE de mars 2017, comme à Chapelle avec celui de 2015.

 Stratégie Chapelle.

La stratégie sur le Brite est une « optimisation » et non un développement.Celui-ci constitue une opportunité pour le site car ce papier résiste mieux que le standard à la baisse de la demande. Mais la production est en baisse et l’opportunité de produire du Brite à forte blancheur (76) reste à démontrer. ( !?)

Malheureusement le Groupe n’a pas présenté de comparatif entre les sites sur ces productions !!!

 Livraisons : Trop de Grande Exportation, au-delà du budget de 30% et défavorable surtout à la livraison européenne budgétée à 25% et réellement à 15 !

 Formation : Des métiers clés sont définis mais les plans d’actions pour développer les compétences requises ne sont pas mentionnés dans la note. (CQFD)

    jenedisrienNotre commentaire : la Direction ne semble pas comprendre la lassitude, voire le désarroi du personnel face à un effectif vieillissant où les remplacements ne sont pas envisagés.

D’où le « On partira tous ensemble ! »

 Conclusion des experts : les évolutions d’organisation du travail sont également évoquées avec pour but de relier les connaissances et d’améliorer le collectif de travail. Mais la situation dégradée du site ne peut être redressée qu’au travers d’un véritable projet industriel, porteur de sens et d’engagements pour les salarié-e-s

 Le Groupe n’a pas répondu à certaines demandes d’informations pour affiner l’expertise. (Volumes de production Brite, Coûts brut de l’énergie par site, Produits de revente d’électricité, par exemple.)

 A notre demande, l’expertise sur la politique sociale portait sur l’organisation du travail à Chapelle-Darblay. (Extraits.)

 Le contexte global de l’entreprise (organisation du travail, résultats industriels et situation psychosociale) est présenté par l’ensemble des acteurs comme dégradé.

Pour y faire face, la direction a présenté un projet d’organisation 2017 intégrant notamment le recrutement d’un opérateur par faction et la création d’une cellule fiabilité.

Les représentants du personnel ont une perception plutôt positive de ce projet, notamment en raison de son impact sur l’emploi.

Ils s’interrogent néanmoins sur sa capacité à améliorer durablement la situation du site.

 Un fonctionnement industriel globalement dégradé, ayant des répercussions sur les conditions de travail des salariés.

Le diagnostic sur les origines de la situation industrielle ne semble pas, aujourd’hui, partagé dans l’organisation.

Parmi les pistes évoquées au cours de nos entretiens, nous citerons : les difficultés à bien identifier les causes racines des dysfonctionnements industriels, le manque de moyens humain et financier pour entretenir les installations ; la maintenance préventive étant jugée comme insuffisante.

 Quoi qu’il en soit, la volonté de la direction de fiabiliser le fonctionnement industriel, nous semble être une priorité tant sur le plan économique que des conditions de travail.

 Points de tension identifiés lors des entretiens:

 Vacances intempestives de postes.

Effritement des bonnes pratiques industrielles.

Perte de maîtrise du process industriel.

Manque de soutien de l’encadrement.

 (Ceci n’est qu’un aperçu des nombreux échanges de cette réunion.)verberésister

 Le président d’UPM France, J. Kubiak est informé par les représentants du personnel, du contexte psychosocial encore très marqué par l’histoire récente et le manque de perspective d’avenir, aussi bien à Chapelle qu’à Levallois.

Il doit, de son poste et de sa responsabilité intervenir en haut lieu pour permettre à tout un chacun de travailler dans la sérénité.

Trouver l’équilibre entre effectif et productivité ! (Les 2 étant liés mon capitaine !)

 Réunion des Délégués du Personnel du 12 décembre 2017. (Résumé)

 Médecine du travail : Il est plus difficile de réhabiliter l’audiomètre de l’infirmerie (pour le bien de vos oreilles) que d’acheter deux micro-ondes à 18 000 € pour les essais des plaquettes de bois ! (Enfin, c’est ce qu’on veut nous faire croire.) Et dangereux, en plus !

Embauche Prod.Chimiq/Matières Emb. Non, tout va bien !

Embauche Resp.Maint : En cours, plusieurs personnes en interne et une personne extérieure reçue.

Reconnaissance d’un deuxième poste de préparateur maintenance : Oui. (mais quand ?)

Compo 6ème équipe : En cours.

Respect des protocoles : nous rappelons que l’actuel fait foi en terme de postes, nombre d’habilitations des postes clés et que celles-ci se font par le haut !

(inutile de jouer sur la corde sensible du « bien de l’équipe »)          

 Il semble que l’accord sur les 3 heures payées pour la visite médicale des postés ne soit pas respecté. Surveillez vos bulletins de salaire !

 Départ 20 heures, les 24 et 31 décembre, sans perte de salaire : Ok.

 CHSCT « Usine » du 14 décembre.

 Dossier mises en demeure « Bois » et « C.Affinage » : Toujours des travaux en cours et beaucoup à faire pour le stockage aussi bien du papier que des plaquettes de bois. (Le premier exercice P.O.I « incendie MPR » en témoigne !)

Stockage Boues : difficile sans investissement, faut se débrouiller !!! (Rappel, le silo 2000 est plein depuis l’arrêt de septembre.)

Stockage balles et vrac : Etude avec le nouveau Responsable du secteur et Marita Pertu. (Rappel, toujours pas de stratégie sur le Brite (quels besoins, quelles productions ?), celui-ci engendrant des soucis de stockage, toujours la nécessité du grappin en location.)

médecinedutravailDossier travailleur Isolé : Attente du nouveau matériel (talkies) pour certains et surtout, recréer des collectifs de travail !

Santé au travail : Pénibilité, RPS, etc…des plans d’actions sont à mettre en place.

  Profitons du matériel de l’infirmerie, et de notre infirmière, que de nombreux sites nous envient, en prévention de certaines pathologies (Yeux, oreilles) !

 Certains incidents sont le résultat de l’organisation en place, tel celui de la Centrale, dernièrement avec l’ouverture de trappes, sans en informer le service ou celui de la PM6 portant sur l’absence de harnais de sécurité et les heures de travail ! (L’in-conscience professionnelle ?)

 Secteurs : La Direction paie cash la suppression des CHSCT de secteurs que nous tentons de remettre en place, lentement…

Consignations : Un superviseur détaché, et renfort, pour avancer « rapidement » à la DIP. Consignations Centrale… ?

 Nouvelles questions : Accueil chauffeurs, distributeur casse-croûtes. Bonbonnes d’eau, entrée usine suite aux nombreux accidents (courriers envoyés à la Métropole)…

 L’embauche au service électrique démontre l’intérêt des CHSCT, par leur expérience, leurs moyens, leurs témoignages…qui viennent du terrain.  à Et l’intérêt de se battre pour des causes justes !!!

Comité d’Etablissement du 19 décembre.pèrenoëlcerfs

 Aller, c’est cadeau, pour Noël : Coût total du cabinet IECI depuis 2016 (qui a participé au projet de réorganisation 2017) : 600 000 € …ça en fait des emplois !

« y a pas de sous qui disent, ah les menteux ! »

 Une fois n’est pas coutume, les échanges ont duré jusqu’à 15h et les oreilles de certaines personnes du CODIR ont dû siffler !

 En effet, lors des commentaires sur « la politique sociale » de l’entreprise, les débats ont été houleux en demandant au Directeur d’intervenir pour que ces personnes travaillent en équipe, pour le bien de tous, en mettant leur ego de côté !

Ça suffit !!!

 Même s’il faut les obliger à s’asseoir autour d’une table

 pour prendre connaissance de l’expertise Sécafi.

(Avant que l’usine s’arrête à nouveau !)

 Suivi des nombreux PSE.

Postes de Préventeur et Responsable Maintenance : En cours

Postes d’électriciens : Recherche lancée.

 Nouvelle organisation : Actuellement le personnel constate qu’il n’y a plus d’organisation du tout !

Conséquences du PSE 2017 à Levallois : Nous alertons une fois encore le DRH et le Directeur sur les conditions de travail et l’attitude, inqualifiable, du Responsable du bureau de ventes.

Marche de l’usine.

 Vivement 2018 ! La Direction parle d’une augmentation du prix de vente de 30€/t !

Production : 19700 tonnes. (il manquera un mois de production pour être au budget, 230 000 t !!!)

 Ventes : 36% en France, 22 en Europe et 42 en Grande Export.

Nous finissons l’année avec des objectifs en deçà du budget en Europe et au-dessus en Grande Export.

 Stratégie pour la production de Brite (32700t en 2017) : La présentation de notre contrôleur de gestion fait état d’économies substantielles possibles (papiers, chimie) ! (CQFD). Ok, on commence quand ?

Effectifs.

Absentéisme important (6%, nouveau record), par conséquent l’intérim grimpe, 204 jours en novembre, coût 770 000 € à ce jour.

Les 5 CDD sont en faction et entreront en formation en janvier, comme les RDL au Désencrage.

 Gros programme de formations présenté le 20/12, lors de la réunion mensuelle « orga.2017 ». Nous feraient-ils sortir de l’ornière qu’ils ont creusée, on veut le croire ! A eux d’y mettre les moyens !

chutepèrenoëlProchains rendez-vous :

Le 21/12/17 : Rencontre avec le nouveau DRH de la Division.

Le 22/12/17 : ADC Consignation Dip.

Le 09/01/18 : Conseil Syndical de rentrée

le 10/01/18 : Orga.2017  et enquête chsct « elec ».

Le 17/01/18 : D.P

Le 23/01/18 : C.E

 Tous les Représentants du Personnel CGT,

C.E, D.P et CHSCT vous souhaitent de

bonnes fêtes de fin d’année, ainsi qu’à vos familles.

Encore plus solidaires et revendicatifs en 2018 !

Grand-Couronne, le 20 décembre 2017.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le groupe papetier Norske Skog

Posté par cgtchapelledarblayupm le 20 décembre 2017

Le groupe papetier Norske Skog, implanté dans les Vosges, dépose son bilan

Après des mois de travail pour tenter de recapitaliser l’actionnariat du groupe Norske Skog, le géant mondial du papier a décidé ce mardi matin de déposer son bilan. Toutefois, cette opération n’a aucune incidence sur la poursuite des activités des 7 papeteries du groupe norvégien et notamment sur celle de l’unité de Golbey qui compte encore 325 salariés.

La papeterie de Golbey a une capacité de production de 600 000 tonnes. Photo Vosges Matin/Jean-Charles Olé     la-papet

Face à la chute des ventes de papier journal, (-35% entre 2011 et 2017), la dette du groupe norvégien Norske Skogindustrier ASA s’était fortement dégradée. Les dirigeants norvégiens travaillaient depuis des mois afin de se recapitaliser « afin de réduire la dette et d’assurer la poursuite et le développement de ses activités » selon les termes d’un communiqué publié ce mardi matin.

Toutefois cette opération de recapitalisation n’a pas pu aboutir. Le fonds d’investissement Oceanwood Capital Management, détenteur majoritaire de la dette, a actionné sa garantie ce qui a entrainé la mise en vente de Norske Skog AS, filiale de Norske Skogindustrier ASA et qui détient les unités de production dont celle de Golbey.

Oceanwood s’est associé avec le groupe industriel norvégien Aker pour se porter acquéreur de la structure. Yves Bailly, le PDG de l’usine de Golbey, assure « que l’avenir du site vosgien n’est pas en péril » et devrait apporter plus d’explications au cours d’une conférence de presse en fin d’après-midi. La papeterie de Golbey, d’une capacité de production de 600000 tonnes de papier, emploie actuellement 325 personnes.

Philippe NICOLLE

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

12345...113
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...