• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05659</b> <br />
    • Album : Manif au havre le 24 janvier
      <b>20200124_095506</b> <br />
    • Album : Manif 15 janvier
      <b>DSC_3525</b> <br />
    • Album : actions du 14 janvier
      <b>DSC05505</b> <br />
    • Album : Manif 28 decembre
      <b>20191228_145507</b> <br />
    • Album : 20 decembre la metropole
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 17 decembre
      <b>DSC05326</b> <br />
    • Album : manif du 12 decembre
      <b>DSC05236</b> <br />

« Il n’y a pas de compromis possible sur les droits des salariés « 

Posté par cgtchapelledarblayupm le 14 avril 2020


Coronavirus :

« Il n’y a pas de compromis possible sur les droits des salariés « ,

selon la CGT en Normandie.

Le secrétaire régional de la CGT, Lionel Lerogeron, réagit sur l’antenne de France Bleu, à l’allocution d’Emmanuel Macron ce lundi soir sur la crise du coronavirus

Face à la crise du coronavirus, les Français ont désormais une date, le 11 mai, pour un déconfinement progressif avec une réouverture progressif des établissements scolaires de l’école aux lycées. Et le 11 mai devrait aussi marquer une reprise des activités dans les entreprises.860_img_3327

Qu’en pense la CGT en Normandie ? 

« Pour pouvoir redémarrer il faudrait des mesures de sécurité valables, et aujourd’hui on est loin de pouvoir protéger les salariés, rappelle Lionel Lerogeron, secrétaire régional du syndicat. Il faudrait avoir accès à un certain nombre de choses comme les masques, sauf que nous n’avons pas les équipements minimum. On en est loin.  »


Comment voulez vous mobiliser pour redémarrer les activités non essentielles alors qu’on n’a pas même dans les activités majeures, comme pour les soignants, les équipements de sécurité ? 

La CGT qui ne décolère pas sur les propos du MEDEF

Certaines personnalités du syndicat patronal appellent à remettre en cause les 35 h ou certaines jours fériés.  » Il n’y a pas de compromis possibles sur les droits des salariés, dit encore Lionel Lerogeron. 

Dès qu’on a une crise, ce sont les salariés qui trinquent. On ne peut pas plutôt faire des efforts sur le reversement des dividendes ? «  

*

« Ce n’est pas négociable de rogner sur les droits des salariés » 

télécharger

 Mardi 14 avril 2020 à 8:44 - 

Par France Bleu CotentinFrance Bleu Normandie (Calvados – Orne)France Bleu Normandie (Seine-Maritime – Eure)

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Allocution d’Emmanuel Macron :

Posté par cgtchapelledarblayupm le 14 avril 2020

20571343Allocution d’Emmanuel Macron :

« On veut des actes concrets »,

réclame le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

Philippe Martinez demande notamment l’augmentation du SMIC et « ne voit pas pourquoi certains retourneraient bosser sans respecter les barrières de protection » dès le 11 mai.

Au lendemain de l’allocution d’Emmanuel Macron expliquant les conditions d’un déconfinement progressif de la France à partir du 11 mai, Philippe Martinez a insisté mardi 14 avril sur ce qu’attend la CGT : « On veut des actes concrets, car les paroles peuvent s’envoler ». Le secrétaire général de la CGT demande notamment « rapidement l’augmentation du Smic ».

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

« Il y a des gens mal payés dans ce pays (…), la CGT demande rapidement l’augmentation du Smic », a demandé le leader syndical. La CGT demande des mesures concrètes pour les précaires : « Il va falloir prolonger la période des allocations pour les privés d’emploi, et ne pas mettre en place la réforme de l’allocation chômage, je pense aux intermittents du spectacle », a développé Philippe Martinez, faisant référence aux annulations de festivals en cascade. « Cette prime pour les plus démunis, il faut qu’elle vienne rapidement. Il faut des actes », a-t-il martelé.  

La réforme de l’allocation chômage, tout comme celle des retraites, pourraient être abandonnées, ont laissé entendre ces derniers jours certains membres de la majorité. « Tout ce qui vient renforcer le modèle social français, tant décrié par Monsieur Macron et sa majorité » sera bon à prendre, selon Philippe Martinez. « C’est ce modèle social qu’il faut renforcer, et non pas casser comme cela a été le cas depuis trois ans », dénonce le syndicaliste.

Une reprise le 11 mai semble prématurée pour Philippe Martinez

La reprise progressive de certains pans de l’économie, dès le 11 mai, semble prématurée pour le secrétaire général de la CGT. « La meilleure solution, et tous les scientifiques et les médecins le disent, c’est rester chez soi. Il faut que tous ceux dont les activités ne sont pas essentielles, que tout le monde reste chez soi. Je ne vois pas pourquoi certains retourneraient bosser sans respecter les barrières de protection », a ajouté le secrétaire général de la CGT. 

Quand le temps sera venu, on reprendra le boulot, mais pas la peur au ventre. 

« Pourquoi il serait trop tard ?, demande Philippe Martinez. Pourquoi on ferait des voitures alors que, évidemment, personne n’a envie d’aller acheter une voiture ? Le temps viendra où on sera protégés pour aller bosser ». 

La question du « travailler plus », distillée par le Medef, a fait bondir le leader de la CGT, tout comme Laurent Berger, son homologue de la CFDT. « On n’est pas en vacances, les gens sont confinés chez eux, fait remarquer Philippe Martinez. Le moment venu, on retournera bosser, mais on bosse déjà beaucoup. Il faudra peut-être demander à ceux qui ont beaucoup d’argent, les banques, les assurances de faire ces mêmes efforts de solidarité pour aider à relancer la machine économique, et par exemple payer à 100% ceux qui sont au chômage partiel. Le Medef demande toujours des efforts aux mêmes personnes mais jamais à eux. C’est ça qu’il faut corriger ». 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

MERCI D’ÊTRE À NOS CÔTÉS

Posté par cgtchapelledarblayupm le 10 avril 2020

le papier besoin essentiel

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Un peu de temps ?!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 9 avril 2020

Annotation 2020-03-28 200251

 

Un peu de temps ?!

*

Le soleil revient et le confinement prend pour beaucoup des allures de vacances forcées…

Mais l’actualité et les démarches du PSE ne s’arrêtent pas pour autant.

Vos élus sur place négocient depuis un moment un délai, une suspension, un allongement… qu’importe le nom mais un moyen de retrouver du temps pour travailler sur notre dossier :

*

Sauver Chapelle !!!

*

Les élus du CSE avaient fait une demande officielle de temps supplémentaire le 18 mars et depuis, nous sommes en discussion avec la direction et les services de l’état sur les moyens et les possibilités d’un allongement de la procédure.

C’est Chose faite avec un accord de méthode signé, après approbation de l’ensemble des élus du site et acceptation de la direction de nos différentes demandes de garantie autour du texte, suite à la situation de notre pays en confinement … et toutes les restrictions qui vont avec (réunions en Skype et autres, pas de possibilité de se voir à plusieurs, personnes à risques donc à domicile, garde d’enfant, etc…) !!!

Nous ne pouvions ni comprendre ni entendre que le PSE finirait le 14 mai alors qu’aucune consultation avec les salariés n’est possible.

Cet accord nous permet d’avoir un peu plus de temps et nous prolonge à une date minimum du 15 juin. Donc grâce cet accord, les réunions, les discussions du PSE continuent et si d’ici là arrivait enfin une éventuelle offre de reprise, nous aurions deux mois supplémentaires pour discuter cette offre, qui à ce jour est peut-être rendue encore plus difficile par les soucis économiques liés au confinement.

Soyez assuré que vos élus sur place ne prennent pas cette situation à la légère et « bosse dur » pour trouver toutes les solutions possibles aux dangers qui menacent les Pap-Chap !!!

La direction avec toute son équipe de cadres travaille à la réparation du 225 kV dans le but de redémarrer l’usine à la fin du mois d’Avril, un point sera fait avec le CSSCT sur les conditions de marche du site en sécurité.

Prenez soin de vous, et de vos proches.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Plus jamais ça ! Construisons ensemble le Jour d’Après

Posté par cgtchapelledarblayupm le 7 avril 2020

Annotation 2020-04-07 090035

Plus jamais ça ! Construisons ensemble le Jour d’Après

Ensemble, préparons le Jour d’Après, avec un même mot d’ordre  :
« plus jamais ça ! ».
Logo-cgt
*
*

Avec les organisations signataires, nous appelons chaque citoyen-ne-s – vous ! – à faire entendre sa voix pour défendre des mesures sociales, environnementales et féministes et construire, ensemble, le monde d’après. 

La crise sanitaire actuelle a mis le monde à l’arrêt tout en le précipitant dans l’urgence, celle de sauver des vies. Celle, aussi, de repenser et reconstruire un système qui, la preuve vient d’en être dramatiquement donnée, ne mène qu’à l’impasse.

Une impasse sanitaire, mais aussi sociale et climatique, pour laquelle nous sonnons l’alarme depuis des années.  

Aujourd’hui, une opportunité historique nous est donnée :

  • Celle d’une remise à plat d’un système injuste, climaticide et sexiste.
  • Celle de réaliser les changements politiques nécessaires, les plus importants de ces dernières décennies.
  • Celle d’un progrès collectif, jamais réalisé depuis des générations, pour un monde juste et durable.
  • Celle de construire un monde « d’après » qui profite à toutes et tous et non plus à une minorité privilégiée, et préserve notre avenir et celui de la planète. 

 

Dans ses dernières déclarations, Emmanuel Macron a appelé à des « décisions de rupture » et à placer « des services publics en dehors des lois du marché ». Au-delà de grands discours, l’heure est aux actes. 

En tant que citoyen-ne-s, nous avons toutes et tous le pouvoir de nous faire entendre pour prendre part à ces décisions qui impacteront durablement nos vies et celles des générations futures. Aujourd’hui, ensemble, défendons les mesures sociales, écologiques, féministes, qui s’imposent. 

Défendons ensemble des mesures urgentes et de long terme pour la justice sociale et climatique

Tirons les leçons de la crise actuelle et pallions aux dysfonctionnements générés par les politiques menées depuis des années. 
La protection et la promotion des services publics doit être une priorité, dès aujourd’hui et pour demain. Ils sont les garants de notre santé, de notre éducation, de notre avenir. Ils sont les meilleures armes face à des inégalités croissantes et les garants du respect des droits fondamentaux. Les protéger, c’est investir dedans. C’est aussi revaloriser les personnes qui y travaillent et leur donner les moyens d’agir. 

 

La crise sanitaire actuelle est une loupe grossissante d’inégalités criantes. Nous ne pourrons accepter que les choix politiques qui seront faits viennent les accentuer. Ils devront au contraire les réduire, en priorité pour les femmes, aujourd’hui en première ligne de la crise, et pour les plus vulnérables, en France et dans le monde. 

Enfin, nous voyons aujourd’hui toute la violence humaine et sociale d’une crise qui a pris nos sociétés de cours. Ne faisons pas la même erreur face à la crise climatique, dont les effets se font déjà sentir fortement et qui seront encore plus dévastateurs à l’avenir. Les choix faits pour demain ne doivent en aucun cas privilégier le court terme, et sacrifier la planète à une croissance « coûte que coûte ». Une autre voie est possible, et ensemble, nous pouvons la défendre. 

Aujourd’hui, nous avons le pouvoir de construire le monde de demain, pour qu’il soit  le reflet de nos aspirations :

un monde plus juste, durable et solidaire.  

Ne laissons pas les décisions se prendre sans nous et contre nous. 

Nous avons le pouvoir citoyen. 

*

*

*

#PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

Face à l’urgence sanitaire, des mesures de rupture sont nécessaires. A la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », les signataires de cette pétition demandent au gouvernement de prendre immédiatement 4 mesures :

  1. L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
  2. Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
  3. La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
  4. La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Il ne s’agit pas ensuite de relancer une économie profondément insoutenable écologiquement et socialement ! Nous demandons que s’engagent sans plus attendre des politiques publiques de long terme pour ne plus jamais revivre ça :

  1. Un plan de développement de tous les services publics   
  2. Une fiscalité bien plus juste et redistributive, un impôt sur les grandes fortunes, une taxe sur les transactions financières et une véritable lutte contre l’évasion fiscale. 
  3. Un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations, de répondre à la crise écologique.

Mobilisons-nous dès maintenant et donnons-nous rendez-vous le « jour d’après » pour réinvestir les lieux publics pour reconstruire ensemble un futur, écologique, social et démocratique, en rupture avec les politiques menées.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Message des élus du CSE, uniquement pour les salariés de Chapelle Darblay.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 3 avril 2020

*

Comme vous le savez, mi mars le cabinet de reclassement a été choisi par vos élus, malgré cette période difficile 

un numéro vert est ouvert aux seuls salariés de Chapelle Darblay, toutes  celles et tous ceux

qui le souhaitent, n’hésitez pas à vous renseigner.

*

*   ci après les deux pdf :

 fichier pdf Courrier PIC UPM 2020

fichier pdf Livret d’accueil UPM Chapelle Darblay

*

                                                                                                                           Rouen, le 27 mars 2020 

Le Point Information Conseil à votre écoute ! 

«civilite»,

 

Notre cabinet a été mandaté par votre entreprise pour vous accompagner dans le cadre de votre repositionnement professionnel. 

Dès le lundi 30 mars 2020, vous pourrez nous contacter au 02 35 89 00 79 afin de pouvoir programmer un rendez-vous téléphonique avec un Consultant, et ce en toute confidentialité. Le dispositif de Point Information Conseil (PIC) a pour objectifs de répondre à vos interrogations, de vous conseiller sur vos éventuelles démarches, mais surtout de vous apporter toute l’écoute nécessaire en cette période particulièrement difficile.

 Le livret ci-joint vous permettra de noter vos rendez-vous avec votre Consultant ; n’hésitez pas lors de votre appel à préciser si vous avez d’ores et déjà un projet professionnel ou un sujet particulier à aborder afin que notre assistante puisse vous orienter vers la personne la plus à même de vous répondre. 

C’est votre Consultant qui se chargera de vous contacter lors du créneau validé conjointement avec vous. 

Nous nous tenons à votre entière disposition et vous encourageons à nous contacter afin de pouvoir initier avec vous un premier contact et vous aider dans la mise en place de vos actions. 

Dans cette attente, nous vous souhaitons à tous une belle journée. Prenez soin de vous et de vos proches. 

L’équipe BPI

 *

BPI group et l’ensemble de ses collaborateurs appliquent scrupuleusement les consignes du Gouvernement et des autorités sanitaires. Pour les salariés que nous accompagnons et nos collaborateurs, nous avons mis en place des dispositifs adaptés et pouvons ainsi garantir une continuité d’activité et de service tout en préservant la santé et la sécurité de chacune et chacun.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Information des élus du CSE pour les salariés es de Chapelle Darblay.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 2 avril 2020

*

Bonjour à toutes et tous, 

Dans cette période difficile de crise sanitaire lié au Covid19, nous espérons dans un premier temps que vous et vos proches vous portez bien, dans un second temps vos représentants du personnel souhaitent vous apporter des solutions pour vous et vos familles durant cette période de confinement. 

Avec Skilleos et votre CSE, profitez gratuitement et en illimité de tous les cours en ligne Skilleos pour les deux prochains mois. C’est plus de 1000 cours 100% en ligne pour vous et votre famille à suivre de chez vous. 

 Il y a des cours pour tous les goûts et dans tous les domaines : 

  • Jeunesse :  Donnez à vos enfants toutes les chances de réussir avec du soutien scolaire en ligne du CE1 au Bac, du Code de la route, des langues, des loisirs… 
  • Loisirs : Initiez-vous à la Photo, à la Gastronomie, aux Loisirs créatifs, à la Musique, au Dessin… 
  • Bien être : Mettez-vous au Sport, Yoga, Sophrologie, Fitness, Danse, Développement personnel, Environnement, Zéro Déchet… 
  • Pro : Maîtrisez des logiciels comme Excel, Powerpoint, Photoshop, Illustrator… Apprenez à parler en public, animer des réunions, gérer votre temps… 
  • Langues : Apprenez plus de 40 langues : Anglais, Allemand, Espagnol, Italien, Japonais, Arabe… (tous niveaux) mais aussi la Langue des Signes…

Comment en profiter ? 

Cliquer sur le lien suivant : https://moncompte.skilleos.com/lp/cse-chapelle-darbaly

  1. Ajouter un mail de connexion de votre choix 
  2. Entrer le code d’activation : …………
  3.  Créer votre mot de passe pour votre prochaine connexion ! 

Vous comprendrez que cette offre est à destination des salarié-e-s de Chapelle Darblay et leur famille et ne doit pas être mis à disposition d’autres personnes.

 Cette communication s’adresse à toutes celles et tous ceux qui n’ont pas pu recevoir ce message par la boite de messagerie professionnelle. En passant par le blog, nous espérons joindre un maximum de salarié-e-s, et il vous est proposé de contacter le secrétaire du CSE par message au numéro 07.61.27.86.69  qui se fera un plaisir de vous donner les codes d’accès, très cordialement à toutes et tous.

 Vous souhaitant une bonne utilisation de cette offre, prenez soin de vous et de vos proches. 

A bientôt  

Julien SENECAL     Secrétaire CSE Chapelle Darblay 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Une crise sanitaire reflet d’une guerre sociale mondiale

Posté par cgtchapelledarblayupm le 1 avril 2020

Annotation 2020-03-31 082326

Annotation 2020-03-31 082444

 

Voilà maintenant une semaine que les mesures de confinement sont appliquées sans que leur portée contre la pandémie du Covid 19 ne soit encore visible.

La crise sanitaire majeure que nous vivons symbolise l’incapacité des gouvernants à y faire face, tant leur raisonnement est conditionné par leur doctrine ultralibérale du monde.

Oui, rien ne sera plus comme avant, mais le sens de la sortie de cette crise qui va en entraîner une autre, dépendra de la mobilisation des travailleurs et des citoyens, et de leur capacité à imposer un autre choix de société et de civilisation que celui qui nous a conduits à cette catastrophe humanitaire.

Il ne s’agit que d’un énième avertissement, dont l’importance ne cesse d’augmenter à mesure que notre monde sombre dans le tourbillon libéral planétaire.

I – Une pandémie évitableLETTRE-FEDERALE-no26-2-250x233

Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, tente en vain de se dédouaner de sa responsabilité pour ne pas être associée à celle du gouvernement Philippe dans cette crise qui a déjà fait plusieurs centaines de victimes dans notre pays, et infecté des dizaines de milliers de personnes.

Il est exact que dès le début de la crise en Chine, des spécialistes du monde entier alertaient des risques d’une pandémie planétaire, alors que les gouvernements étaient concentrés sur leur politique libérale de fuite en avant.

En France, il s’est agi de faire passer coûte que coûte le projet de destruction de notre système de protection sociale, par la fin de notre régime de retraite solidaire. Dans le même temps, le budget de la sécurité sociale, en particulier celui dédié à notre système de santé, était une fois de plus raboté sévèrement au profit de celui des armées et de la police.

La propagation du virus est proportionnelle à la dégradation du tissu industriel productif et à celle de nos services hospitaliers, par la fermeture de milliers de lits et d’hôpitaux de proximité.

Les masques, les tests, les médicaments antiviraux, les appareils respiratoires ne sont plus produits sur notre territoire. La dernière entreprise de fabrication de bouteilles d’oxygène pour les hôpitaux, Luxfer, unique en Europe et située en France, est menacée de fermeture sans que le gouvernement Philippe, dans une telle période ne la nationalise, ni impose à l’actionnaire le maintien de l’activité.

Le stock du milliard de masques constitué en 2010 après la dernière épidémie, jugé trop coûteux par la Cour des comptes, par la ministre de la Santé de l’époque, Marissol Touraine, et par le conseiller spécial à l’Économie de François Hollande, un certain Emmanuel Macron, n’a jamais été renouvelé, tout comme les moyens de la recherche antivirale.

Ce qui ne rapporte pas à certains « amis » doit disparaître, tel est encore le dogme des gouvernants actuels.

Le confinement est la solution la moins bien adaptée pour lutter contre cette épidémie. C’est un danger pour la démocratie car souvent il s’accompagne d’un état d’urgence donnant les pleins pouvoirs à ceux qui nous ont menés à cette catastrophe humaine.

D’autres nations, comme la Corée du Sud, le Japon, voire l’Allemagne, tirant les enseignements des précédentes crises sanitaires (H1N1, SRAS) ont privilégié une protection active et préventive par la constitution de stocks de masques, de gants, de tests, évitant ainsi une mortalité que nous connaissons en Europe en particulier en Italie, Espagne et France.

Le gouvernement se mure dans un autoritarisme à la hauteur de sa surdité, niant l’existence de la pandémie par la sortie irresponsable de son ministre de la « Santé » malgré les cris d’alerte du corps médical, les centaines de morts, voir les milliers comme dans les Ehpad qui estiment le risque de 100 000 morts si le pouvoir ne réagit pas plus vite pour fournir au personnel les protections nécessaires, et les éléments de première urgence pour les malades.

L’essentiel pour ces dirigeants d’État est de continuer de produire afin que même dans les pires conditions pour les travailleurs, le profit puisse toujours couler à flots dans les poches des actionnaires.

LETTRE-FEDERALE-no26-4-250x303II – Un coup d’État antisocial

Les annonces peuvent paraître contradictoires entre un renforcement du confinement martelé par le Premier ministre et les propos de Bruno Lemaire et de Muriel Pénicaud, sur le fait que tout le monde doit aller au boulot et qu’aucune entreprise ne doit se mettre en chômage partiel.

Il n’y a rien de contradictoire, les seules injonctions qui comptent sont celles qui servent les intérêts des amis de Geoffroy Roux de Bézieux. Peu importe la santé des travailleurs et de leur famille, l’essentiel c’est de continuer à produire et à faire du commerce. Leur profit avant nos vies et notre santé, telle est la devise de Macron et de ses amis milliardaires.

Dans nos secteurs industriels, comme dans les autres, les droits légitimes de retrait exercés par les salariés et leurs syndicats sont systématiquement refusés. Dans nombre de cartonneries, d’imprimeries, de papeteries, les conditions de sécurité et de protection des travailleurs ne sont toujours pas mises en place.

Ni masques, ni gants, ni désinfection des pupitres ainsi que des commandes numériques et manuelles, ni gel hydroalcoolique ne sont disponibles, favorisant la propagation de l’épidémie et la mise en danger de la vie de celles et ceux qui y travaillent quotidiennement.

Le gouvernement et le patronat profitent de l’état d’urgence pour imposer des règles dérogeant au droit du travail, comme obliger les salariés à poser leurs congés payés, les RTT, durant les périodes de chômage partiel.

Il abuse des pleins pouvoirs qu’il s’est octroyés pour permettre aux employeurs de se soustraire à la durée légale du travail (hebdomadaire et quotidienne) en fonction de leur bon désir, jusqu’à 60 heures par semaine, et la fin du repos dominical ! Et pour couronner cette régression sociale digne des maîtres de forges du XIXe siècle, il prolonge ces dérogations jusqu’en décembre 2020, dans un premier temps !!

Dans la même veine, les CSE dont les droits étaient réduits au minimum se voient imposer des délais de consultation et d’information encore plus brefs, et la mise en place de la visioconférence comme mode de réunion normalisé.

L’union sacrée appelée par Macron, relayée par le patronat et certains syndicats, est de même nature que celle de Raymond Poincaré en 1914 pour envoyer les travailleurs dans la plus grande boucherie qu’ait connue notre humanité.

Au nom du dialogue social, jargon de la compromission, les conquis sociaux doivent s’effacer le temps de la crise sanitaire pour disparaître complètement lors de la crise économique majeure qui se profile dans les prochaines semaines, voire les prochains mois.

III – D’une crise à l’autre

Il ne faut pas être dupe, les mesures du gouvernement sont prises à l’aune d’une crise économique planétaire majeure aux effets dévastateurs.

LETTRE-FEDERALE-no26-5-250x217Annoncée bien avant le Covid 19 par l’OCDE et diverses officines internationales, la crise qui prend forme sous nos yeux est celle d’une mondialisation à bout de souffle qui n’a jamais tiré les enseignements de celle de 2008 mais qui au contraire s’est précipitée dans la fuite en avant de l’ultralibéralisme.

Les banques centrales tentent de racheter les dettes privées des entreprises et des emprunts toxiques des banques par milliers de milliards, pour éviter la déflagration mondiale.

2000 milliards pour le gouvernement américain, 500 milliards pour l’Allemagne, 350 milliards pour la Grande-Bretagne, 300 milliards pour la France, mais la bulle spéculative et le ralentissement économique lié au Covid 19 sont si importants que leurs efforts risquent d’être vains, tant les gouvernants du G 20 ont favorisé ce système d’ultra-libéralisation de l’économie et de l’argent facile.

La guerre que mènent Macron et son gouvernement n’est pas contre le virus. Les manques de matériel médical en témoignent. Non, il s’agit de fourbir les armes d’une guerre économique qui n’a qu’un but, celui de conserver les marges des plus grosses entreprises et les milliards amassés par les plus grosses fortunes.

Rien n’est mis en place contre les restructurations en cours, ni contre les liquidations. Rien n’est mis en place pour les trésoreries des artisans et des TPE, pour les sous-traitants des grands groupes dont les factures ne sont pas réglées.

Les mesures antisociales sont les premières d’un état d’urgence injustifié qui prive de toute expression démocratique, qui spolie le Parlement si godillot soit-il, qui tente d’asphyxier toute capacité de résistance sociale.

L’ère de Macron est celle des autoritarismes. Passant en force ses contre-réformes, faisant preuve de violence extrême contre les mouvements sociaux, méprisant les institutions et les « corps intermédiaires », Jupiter se mue en chef de guerre, se donnant les pleins pouvoirs pour mener sa guerre de classe.

IV – Organiser la résistance sociale et construire l’alternativeLETTRE-FEDERALE-no26-3-250x193

Dans certaines de nos professions (industries papetières, cartonnage et labeur), au nom de l’effort de guerre contre le virus, le patronat a tenté – comme il l’a fait au niveau interprofessionnel – de nous faire avaler des textes validant le sacro-saint sacrifice du maintien des productions, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation.

En quoi le maintien de l’activité de packaging des produits de Luxe de LVMH est-il vital pour le pays ?

En quoi, le maintien des services commerciaux dans les industries est-il indispensable à la santé des citoyens ?

En quoi les produits de loisirs, d’électroménager, de confort individuel sont-ils indispensables au point que les salariés d’Amazon y risquent leur santé quotidiennement ?

Combien de morts parmi nos proches, combien de morts chez les travailleurs, faudra-t-il dans ce pays, pour qu’y cesse toute activité non indispensable à la santé et à la sécurité alimentaire de tous ?

Combien de bataillons de travailleurs devront partir au front la boule au ventre, la peur de rapporter chez eux le virus mortel sous prétexte de produire les biens de consommation de masse ?

Notre fédération lance un appel, rejoignant en cela celui de différents syndicats en Europe, pour voir arrêter toutes les activités non essentielles à la sécurité sanitaire, alimentaire et à l’expression démocratique des citoyens et des travailleurs, pour raison de confinement.

Elle réclame la fin de l’état d’urgence et le passage en crise sanitaire nationale remettant les institutions au cœur du processus de décisions démocratiques.

Pour les activités nécessaires et indispensables, toutes les mesures de prévention et de précaution sanitaires doivent être rendues obligatoires (port de gants, de masques avec changement toutes les trois heures, usage de gel hydroalcoolique, distance entre deux salariés d’1,50 m au minimum) avec un contrôle systématique des inspecteurs et contrôleurs du travail et le rétablissement des CHS-CT et de toutes leurs prérogatives.

Elle exige le rétablissement immédiat de la durée du travail à 35 heures, le maintien à 100 % des rémunérations pour les salariés et travailleurs mis en chômage partiel, assuré par un fonds de garantie des grands groupes d’assurances privés, l’indemnisation de tous les privés d’emplois à hauteur du Smic, l’indexation des pensions au même niveau.

Un plan d’urgence doit permettre d’investir plusieurs dizaines de milliards pour les Ehpad et les hôpitaux, leur permettant de faire face à la crise sanitaire actuelle mais surtout d’apporter des solutions pérennes aux défis médicaux du XXIe siècle et un système de soins de qualité.

Nos vies et notre santé valent plus que leur profit !

Une crise sanitaire reflet d'une guerre sociale mondiale dans CGT UPM Chapelle Darblay LETTRE-FEDERALE-no26-700x987

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

coup de colère d’un sénateur de gauche

Posté par cgtchapelledarblayupm le 31 mars 2020

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

« Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie… »

Posté par cgtchapelledarblayupm le 31 mars 2020

*« Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie… » : Annie Ernaux

 Annie Ernaux est écrivain. Elle vit à Cergy, en région parisienne. Son oeuvre oscille entre l’autobiographie et la sociologie, l’intime et le collectif. Dans cette lettre adressée à Emmanuel Macron, elle interroge la rhétorique martiale du Président.**

Cergy, le 30 mars 2020Annotation 2020-03-31 082705

Monsieur le Président,

« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ». À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose. C’est le début de la chanson de Boris Vian Le déserteur, écrite en 1954, entre la guerre d’Indochine et celle d’Algérie.

Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre. Les armes, puisque vous tenez à ce lexique guerrier, ce sont les lits d’hôpital, les respirateurs, les masques et les tests, c’est le nombre de médecins, de scientifiques, de soignants.

Or, depuis que vous dirigez la France, vous êtes resté sourd aux cris d’alarme du monde de la santé et  ce qu’on pouvait lire sur la  banderole  d’une manif  en novembre dernier -L’état compte ses sous, on comptera les morts - résonne tragiquement aujourd’hui.

Mais vous avez préféré écouter ceux qui prônent le désengagement de l’Etat, préconisant l’optimisation des ressources, la régulation des flux,  tout ce jargon technocratique dépourvu de  chair qui noie le poisson de la réalité. Mais regardez, ce sont les services publics qui, en ce moment, assurent majoritairement le fonctionnement du pays :  les hôpitaux, l’Education nationale et ses milliers de professeurs, d’instituteurs si mal payés, EDF, la Poste, le métro et la SNCF. Et ceux dont, naguère, vous avez dit qu’ils n’étaient rien, sont maintenant tout, eux qui continuent de vider les poubelles, de taper les produits aux caisses, de  livrer des pizzas, de garantir  cette vie aussi indispensable que l’intellectuelle,  la vie matérielle.  

Choix étrange que le mot « résilience », signifiant reconstruction après un traumatisme. Nous n’en sommes pas  là. Prenez garde, Monsieur le Président, aux effets de ce temps de confinement, de bouleversement du cours des choses. C’est un temps propice aux remises en cause. Un temps   pour désirer un nouveau monde. Pas le vôtre ! Pas celui où les décideurs et financiers reprennent  déjà  sans pudeur l’antienne du « travailler plus », jusqu’à 60 heures par semaine. Nous sommes nombreux à ne plus vouloir d’un monde  dont l’épidémie révèle les inégalités 

criantes, Nombreux à vouloir au contraire un monde  où les besoins essentiels, se nourrir sainement, se soigner, se loger, s’éduquer, se cultiver, soient garantis à tous, un monde dont les solidarités actuelles montrent, justement, la possibilité. Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie,  nous n’avons qu’elle, et  « rien ne vaut la vie » –  chanson, encore, d’Alain  Souchon. Ni bâillonner durablement nos libertés démocratiques, aujourd’hui restreintes, liberté qui  permet à ma lettre – contrairement à celle de Boris Vian, interdite de radio – d’être lue ce matin sur les ondes d’une radio nationale.

Annie Ernaux

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

123456...164
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...