• ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 4 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />
    • Album : Nos retraités cgt en manif
      <b>SONY DSC</b> <br />
    • Album : solidarité Arjo Wizernes 13 fevrier
      <b>IMG_0804</b> <br />
    • Album : manif 23 et 28 juin
      <b>SONY DSC</b> <br />
    • Album : Manif 9 juin
      <b>SONY DSC</b> <br />

Loi Travail

Posté par cgtchapelledarblayupm le 18 juillet 2017

Loi Travail

Dérèglementation, flexibilité et précarité à tous les étages

mardi 18 juillet 2017

Logo-cgt.svg

Le cycle des 6 rencontres bilatérales d’une heure entre la Cgt et le ministère du travail est terminé.

Le gouvernement siffle la fin du premier acte  en ayant dévoilé  son projet à  dose homéopathique et sans préciser si les organisations syndicales seront associées à la suite.

A nous de nous imposer dans le débat !

Les mesures envisagées sont toutes régressives et taillées sur mesure pour satisfaire aux exigences patronales : plus de flexibilité, plus de précarité, moins de salaire…
Il s’agit aussi de brouiller les repères collectifs, jusque-là communs à tous et consignés dans le code du travail et les conventions collectives, et   instituer un contrat de travail, avec des règles différentes dans chaque profession.

Ainsi, tous les CDD, les contrats d’intérim, seraient règlementés au niveau de la branche voire dans certains secteurs par accord d’entreprise. Si on y ajoute le contrat de chantier, élargi à toutes les professions sous le nom de « contrat d’opération », c’est la précarité additionnée à la précarité, la précarité à vie.

Un accord de branche pourrait, par exemple, décider de  maintenir les 10% de prime de précarité  en vigueur aujourd’hui dans la Loi, pour un salarié en CDD  à condition d’accepter plus de 2 renouvellements de ce type de contrat.
Plus de précarité et pour plus longtemps en échange du maintien de droits déjà acquis, quelle belle contrepartie !

En cas de licenciement, le salarié (comme son employeur) pourrait être exonéré fiscalement sur ses indemnités de départ s’il accepte une rupture conventionnelle mais pénalisé fortement s’il va aux Prud’hommes.

Quand on sait que 92% des contentieux aux prud’hommes concernent des licenciements abusifs, on comprend aisément que le patronat vient d’obtenir le droit de licencier sans  contrainte.

Le gouvernement envisage également de déréglementer le travail de nuit, de remettre en cause les primes d’habillage/déshabillage, le passage de consignes prévus dans le temps  de travail effectif pour certaines conventions collectives …

Payer moins cher le quart d’heure supplémentaire effectué par une hôtesse de caisse dans une enseigne d’alimentation, chacun comprendra que c’est une mesure cruciale pour lutter contre le chômage de masse !

Ce projet de loi est nuisible pour le monde du travail, il doit être combattu ! La CGT propose de faire du 12 septembre une grande journée de grève  interprofessionnelle pour imposer un code du travail de progrès social.

Montreuil, le 18 juillet 2017

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La Direccte 92 homologue le PSE UPM France.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 17 juillet 2017

*

La Direccte 92 homologue le PSE UPM France.

7 juillet 2017, encore une date à retenir pour le personnel partant ou restant !

Il fallait s’en douter, l’organisme de contrôle n’a pu que constater le respect de la réglementation du PSE déclenché en mars 2017 par UPM, touchant ses bureaux de vente en supprimant 108 emplois à travers l’Europe.

Pour sa part, le personnel d’UPM France, Levallois et Chapelle-Darblay, voit disparaître 8 postes au siège de Levallois, 3 postes modifiés, et deux embauches de caristes à Chapelle-Darblay. (Embauche résultant de l’activité de rechargement de Papiers Recyclés vers l’Allemagne !).

S’appuyant sur les expertises Economique et CHSCT du Cabinet Secafi, démontrant d’un côté des bénéfices record pour le Groupe et une situation catastrophique pour les conditions de travail, de l’autre, nous avons rendu deux avis défavorables, rejetant toute suppression de poste à Chapelle comme à Levallois, qui n’ont de valeur que par l’alerte qu’ils représentent !Profits-prix-salaires2-copie

En effet, lors du PSE de fin 2014, le bureau de vente de Levallois, siège d’UPM France, comme les sites a été durement touché avec la suppression d’une vingtaine de postes créant des conditions de travail indignes d’un Groupe qui prône des valeurs humaines.

Depuis cette date, le personnel se plaint de ne pouvoir passer le temps nécessaire avec nos clients, pour traiter convenablement les dossiers, clients qui nous font vivre !

À quoi bon fabriquer du papier de qualité si nous le vendons mal ou pas, faute de vendeurs ou de temps à les chercher ou les récupérer, ces clients. Rien n’y fait et il semble qu’il n’y ait plus de capitaine ou de commandement dans cette galère.

Le Président d’UPM France, aussi Directeur de Chapelle semble impuissant, Le DRH applique de manière simpliste le PSE et le troisième larron, le Responsable de Levallois, est aux abonnés absents.

Plus que jamais l’avenir est entre les mains expertes du personnel, seul capable de maintenir à flot le bateau de par sa conscience professionnelle et…conscient qu’un statut comme celui des « Pap-Chap » ne court pas les rues !!!

A nous, donc, de continuer la lutte pour des conditions de travail décentes, une qualité de vie au travail acceptable et pouvoir s’épanouir à travers le travail d’équipe, le partage et la solidarité.

A nous d’aller chercher d’autres embauches, comme nous le faisons depuis toujours,

A nous de dénoncer toute forme d’injustice,

A nous de mettre en place la manière de travailler, comme nous la souhaitons !

Pour info. Extraits de l’analyse de la situation économique et financière.

Résultat opérationnel courant du Groupe en 2016 atteint 1 143 millions d’euros, soit une hausse de 25% par rapport à 2015. La plus élevé depuis 10 ans.

Résultat net (après impôts) atteint 916 M€ (880 m€ en 2015) et procure un ROCE (rentabilité) de 10.5%, au-dessus de la cible fixée à 10%.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La précarité comme modèle social !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 29 juin 2017

*

LOI D’HABILITATIONLogo-cgt.svg

La précarité comme modèle social !

mercredi 28 juin 2017

Début juin, la presse publiait un avant-projet de loi que la CGT se refusait à commenter. Le gouvernement assurait qu’il n’émanait pas de lui et démentait son contenu… il est aujourd’hui confirmé ! Le « Projet de loi d’habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social » en est la copie conforme !

La conférence de presse de la ministre du Travail, en ce début d’après-midi, confirme ce que la CGT craint depuis le début du mois de juin : des attaques qui, comme la loi El Khomri, sont des attaques portées au monde du travail d’une importance jamais égalée, participant d’une généralisation de la précarité.
En plus d’utiliser les rencontres avec les organisations syndicales comme faire-valoir alors que le bilan était écrit d’avance, le changement promis par le Président Macron n’est pas au rendez-vous ! Tant sur le manque de sincérité dans ladite « concertation » que sur les contenus, le gouvernement du « changement » est dans la continuité de ce que le précédent avait entrepris.

*
Pour la CGT, ce procédé jette le discrédit sur la « concertation » tant vantée par le gouvernement.

*
Un projet de loi dans lequel « liberté juridique » des employeurs rimerait avec « sécurité juridique » des salariés est, en réalité, une remise en cause profonde des valeurs et du fondement de notre système social.

*
Le quotidien des salariés dans le monde du travail serait profondément bouleversé ; de la précarisation des emplois aux atteintes aux droits à la représentation collective des salariés.

*
Le texte apporte davantage de précarité : -  pour ceux qui sont en situation d’emploi avec l’assouplissement du licenciement, le plafonnement des indemnités prud’homales ; -  pour ceux qui doivent y accéder, jeunes et privés d’emploi, avec le Contrat de Projet, instaurant le CDD « à vie » ; -  pour tous, avec le contrat de travail, qui ne pourra être opposable à toute modification régressive induite par un accord d’entreprise (par exemple mobilité professionnelle ou baisse des salaires, augmentation de la durée du temps de travail). 

*
La CGT dénonce fermement cette conception du « dialogue social ». Elle créera toutes les conditions pour que s’ouvre une véritable négociation à partir de ses propositions d’un Code du Travail du 21ème siècle et de celles remises à la ministre du Travail le 3 juin, résolument tournées vers l’avenir pour les salariés.
Dès aujourd’hui, la CGT invite tous les salariés à se mobiliser, le 12 septembre, dans l’action et la grève.

*

Montreuil, le 28 juin 2017

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

loi travail

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 juin 2017

*

Rendez vous à Rouen le 27 juin à 11h45

on lache rien

 

 

 

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

non-assistance à personnes en danger.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 19 juin 2017

*

Compte-rendu des dernières réunions.

 72149924_p

fichier doc Organisation usine 10 juin et PSE 2017.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

NON à la loi travail XXL !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 15 juin 2017

*

les ordonnances de macron veulent tuer le Code du Travail

                                                     NON à la loi travail XXL !

*

MOBILISONS-NOUS MASSIVEMENTcc

Le 27 juin

 

Chaque jour qui passe permet de mieux comprendre les dangers des ordonnances MACRON en préparation. Après les révélations du Parisien, le journal Libération produit une partie des documents de travail du Ministère du Travail. 

 c’est une Nouvelle offensive contre le Code du travail. visant à en finir avec la hiérarchie des normes.

 La loi Valls-El Khomri a ouvert une large brèche en autorisant l’employeur à déroger au Code du travail et à l’accord de branche concernant notamment l’aménagement, la durée du travail et en facilitant les licenciements dits économiques. Ainsi l’employeur commence à faire sa loi au moyen d’un accord d’entreprise, même minoritaire.

 Dans cette voie, le Président Macron a inscrit dans son programme qu’il faut maintenant : « changer profondément la construction de notre droit du travail et permettre aux accords de branches et d’entreprise de déroger à la loi par accord majoritaire sur tous les sujets souhaités ». Les éléments produits par Libération montrent qu’il veut aller plus loin en recourant par exemple au référendum  même en absence d’accord minoritaire pour que les salariés renoncent aux droits issus de la loi et des conventions collectives.

 L’objectif est de déroger au code du travail pour les salariés, dans de nombreux domaines dont le contrat de travail, les salaires, les conditions de travail mais aussi, encore une nouveauté, le motif de licenciement, en utilisant la bonne vieille méthode du chantage à l’emploi…

          NON aux ordonnances MACRON

* Diminuer les droits syndicaux

 La loi Rebsamen a diminué les droits en autorisant le regroupement des Instances Représentatives du Personnel (Comité d’entreprise, Délégués du Personnel, CHSCT). Ceci est décidé par l’employeur dans les entreprises de moins de 300 salariés, et par accord au-dessus de ce seuil.

 Macron a prévu une fusion complète : « dans toutes les entreprises et tous les groupes sans limitation de plafond, sauf accord d’entreprise visant à maintenir les instances existantes ou à en créer de nouvelles ». Ainsi Macron éliminerait la nécessité d’un accord. Cela entraînerait moins de délégués, moins d’élus, moins d’heures, de droits syndicaux et la suppression des CHSCT tant souhaité par le MEDEF.

  Ü Faciliter les licenciements et précariser davantage les emplois

 Le Président Macron veut plafonner les indemnités obtenues devant les Prud’hommes par les salariés victimes de « licenciement sans cause réelle et sérieuse ».

Cette mesure faciliterait les licenciements en permettant aux employeurs de provisionner des sommes précises pour jeter les salariés hors de l’entreprise.

Il s’agit aussi d’assouplir, entreprise par entreprise, les règles concernant le recours aux CDD, qui finiront par devenir la norme en lieu et place du CDI.

 

Le document de travail du Ministère du Travail fait état de nouvelles attaques sur le licenciement économique dont la réduction du périmètre d’appréciation, un groupe faisant des milliards de bénéfice en Europe pourrait licencier pour motif éco en France et la hausse du seuil pour la mise en place d’un plan « social ». C’est la porte ouverte à l’explosion des licenciements.

 * D’autres conquêtes et garanties collectives dans le viseur de Macron : 

  • la Sécurité sociale
  • les retraites par répartition et      les régimes particuliersbb
  • le statut de la Fonction publique, 

Gattaz en a rêvé, Macron le fait 

Pour les salariés, et pour leurs familles ce seraient des régressions terribles. 

Contre le projet d’ordonnance,

préparons la mobilisation pour le 27 juin ! 

Le gouvernement a confirmé sa volonté d’adopter cette nouvelle LOI TRAVAIL en plein cœur de l’été, pour éviter une mobilisation massive des travailleurs, en ayant recours aux ordonnances.

 Le vote du parlement autorisant les ordonnances pourrait intervenir dès fin juin ou début juillet.

N’attendons pas la rentrée de septembre pour se mobiliser. Devant la gravité de la situation, l’UD CGT 76 a décidé d’appeler l’ensemble des salariés à discuter des revendications et de se mobiliser le 27 juin pour gagner sur nos revendications. 

ü  NON AUX ORDONNANCES MACRON DE CASSE DU CODE DU TRAVAIL

ü Abrogation des lois EL Khomri – Rebsamen – Macron et rétablissement complet du Code du travail et de la hiérarchie des normes.

ü Maintien de tous les droits syndicaux et des Institutions Représentatives du Personnel. Pas de fusion des instances représentatives.

ü Non au référendum d’entreprise

ü Non au plafonnement des indemnités de licenciement. 

 

Par ailleurs, nous revendiquons : 

  • Maintien de la Sécurité Sociale, basé sur la cotisation salariale.
  • Pas touche à nos retraites par répartition. Pas touche aux régimes spéciaux.
  • Maintien intégral du Statut de la Fonction publique et de l’unicité du Point indiciaire pour les 3 versants. Maintien de tous les postes
  • Pas d’augmentation de la CSG pour les salariés, les fonctionnaires et les retraités.
  • Augmentation générale des salaires et des pensions
  • L’interdiction des licenciements

Rouen le 13 juin

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Réforme du Code du Travail

Posté par cgtchapelledarblayupm le 7 juin 2017

*

declaration cgtRéforme du Code du Travail

Où est l’intérêt des salariés dans ces annonces ?

mardi 6 juin 2017

Le gouvernement a dévoilé ce mardi son programme de réformes à court et moyen terme concernant principalement le droit du travail, les moyens d’intervention des salariés, la formation professionnelle, l’apprentissage, l’assurance chômage et la retraite.

La Cgt a pris connaissance en même temps que la presse du contenu précis de ces  propositions, ce qui nous laisse interrogatif sur la méthode de concertation envisagée.

Faisant référence à la mondialisation et à une mutation de l’économie,  le 1er Ministre a justifié ce besoin urgent de réforme, laissant à penser que les principales causes du chômage de masse résideraient dans la rémunération du travail, et les garanties collectives des salariés.

Sans surprise, le gouvernement propose des recettes  déjà utilisées depuis plusieurs décennies qui  n’ont jamais produit d’effets si ce n’est  détruire, les droits, les protections des salariés sans aucune répercussion  positive sur le niveau de l’emploi bien au contraire. L’idée selon laquelle l’accroissement de la flexibilité, l’augmentation du pouvoir des employeurs est source d’une meilleure compétitivité  et de création d’emplois, est très ancienne. Elle est aujourd’hui officiellement remise en cause : des études notamment de l’OCDE confirment qu’il n’y  a pas de relation entre le taux de chômage et le taux de protection de salariés. A l’inverse, cela a eu  un effet immédiat sur le niveau de rémunération du Capital.

L’option est donc de sécuriser les employeurs et de précariser les travailleurs.

Alors que le travail génère beaucoup de souffrance, et  les emplois durement attaqués sous pression d’une économie de plus en plus financiarisée. Le cadre de cette réforme risque de peser une nouvelle fois sur les conditions de vie et de travail des salariés. L’idée de décliner un code du travail entreprise par entreprise, affaiblir les branches ou barêmiser les indemnités prud’homales  induira du dumping social, alourdira le lien de subordination à l’entreprise déjà bien à l’avantage des employeurs.

Un code du travail et des garanties collectives d’avenir devraient apporter de nouveaux droits,  changer notre mode de développement, mieux répartir les richesses produites. Le gouvernement semble décider l’inverse,  il a choisi son camp. Nous partageons ni son diagnostic, et encore moins ses orientations et ses objectifs.  Il semble attendre le résultat des élections législatives pour affirmer d’une manière définitives ses intentions, tout en confirmant l’utilisation d’ordonnances dès cet été  pour accélérer un processus qui n’a pas lieu d’être.

La Cgt a porté de nombreuses propositions depuis l’an dernier  pour améliorer la situation économique et sociale du pays, elle continuera de s’inscrire dans un processus résolument offensif et progressiste. Elle  appelle l’ensemble des salariés  à se mobiliser pour peser dans les jours et les semaines à venir à partir de leurs revendications qui sont à l’opposé des intentions gouvernementales.

Montreuil, le 06 juin 2017

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Normandie Industrielle: vallée de seine, vallée du papier

Posté par cgtchapelledarblayupm le 7 juin 2017

Normandie Industrielle: vallée de seine, vallée du papier dans informations 4pagesnorman3749-b96c0

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

article dans paris normandie

Posté par cgtchapelledarblayupm le 4 juin 2017

*

Article dans paris Normandie de notre syndicat CGT

il y a récup et récup.a

 

les salariés de la papeterie Chapelle Darblay qui travaillent grâce à la récupération du papier détestent plus que tout être eux mêmes illégitimement récupérés. tout part d’un message de Julie Lesage, conseillère régionale socialiste à son candidat aux législatives, le député sortant Guillaume Bachelay, sur la 4 ème circonscription. Message posté sur un  réseau social le citant comme ayant participé activement au sauvetage de l’usine.

Ce qui déclenche l’ire du porte parole et secrétaire du CE Jean François Gabala :  » le député socialiste Bachelay s’est fendu de deux courriers pour vanter les qualités de l’entreprise à business France et c’est tout ! deuxième colère : j’ai répondu sur la page Facebook en question et une heure après, tout avait disparu.

Cette désinformation est une insulte à tous ceux qui se sont battus et se battent encore pour que notre usine vive ! «   le député PS n’est pas dans les petits papiers du syndicaliste.

Merci à Jeff et au syndicat CGT qui défendent en permanence et l’usine et l’honneur des pap chap.

samedi 3 juin.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

LA LETTRE FEDERALE Numéro 19

Posté par cgtchapelledarblayupm le 3 juin 2017

LA LETTRE FEDERALE Numéro 19

vendredi 2 juin 2017

LA LETTRE FEDERALE Numéro 19 dans CGT UPM Chapelle Darblay lettrefedera3eca-5dcb8

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

1...34567...109
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...