• ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : manif retraité du 15 mars
      <b>DSC01511</b> <br />
    • Album : manif 16 novembre
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />
    • Album : Nos retraités cgt en manif
      <b>SONY DSC</b> <br />
    • Album : solidarité Arjo Wizernes 13 fevrier
      <b>IMG_0804</b> <br />

1983-2013 un combat victorieux

Posté par cgtchapelledarblayupm le 27 septembre 2013

1983-2013     un combat victorieux dans CGT UPM Chapelle Darblay 1173814_521652661237509_1422833712_n

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Intervention du secrétaire CGT de la Chapelle Darblay.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 27 septembre 2013


Intervention du secrétaire CGT de la Chapelle Darblay. dans CGT UPM Chapelle Darblay drapeau-grand-134x150Par ce 30 ème anniversaire Nous voulons rendre hommage une fois encore à toutes celles et tous ceux qui ont rendu la victoire possible.

senecal_peyr-29a8d-150x150 dans CGT UPM Chapelle Darblay Tous ces salariés, tous ces citoyens qui ont cru en la lutte, qui sous un gouvernement de gauche voulait la victoire tant ils en avaient marre de tous ces gouvernements qui se disent de gauche et font une politique de droite.

La victoire nous la voulions aussi car il fallait stopper la casse de l’industrie papetière.

Malheureusement avec la majorité socialiste et Mr Fabius qui était ministre de l’industrie en 1983, puis 1er ministre, et qu’on retrouve encore aujourd’hui ministre des affaires étrangères… ce ne fut pas simple du tout, loin de là, car cette majorité politique n’étant pas  très copine avec la Cgt et je me demande si aujourd’hui ce n’est pas pire encore.

Cette lutte, ce combat qui paraissait impossible car cela a duré quand même longtemps, plus de 100 jours, avec d’énormes difficultés financières, pas de salaires, pas de quoi payer les traites, les crédits, on le doit à des femmes et à des hommes ordinaires, à des gens convaincus, qui croient en ce qu’ils font, ultra majoritairement des syndiqués Cgt, des salariés en perpétuelle résistance, car empli d’une éducation et d’un idéal issu sans aucun doute du CNR, à savoir améliorer sans cesse notre vie ordinaire, nos conditions de travailleurs pour nous et nos familles, défendre sans cesse l’emploi et combattre toutes les injustices. C’est grâce à leurs valeurs ordinaires, leurs valeurs humaines, de fraternité, de solidarité que la VICTOIRE a été possible.

On le doit évidemment à toutes les organisations de la CGT, de la confédération dirigé à l’époque par Henri Krasuki, aux plus petits syndicats Cgt qui ont apporté leur solidarité jusqu’à’ à l’autre bout de la France, aux papetiers, aux ouvriers du livre et leur soutien logistique. C’est grâce à l’Implication individuel de chacun et la confiance totale envers la CGT, que le combat a été possible et bien sûr comme aboutissement le maintien en activité des usines de Grand-Couronne et de St Etienne.

Car nous avons quand même tous ensemble sauvé 2 sites papetiers et  plus de 1000 emplois, sans compter les emplois induits, qui représentent environ 4 fois plus de travailleurs.

La lutte, le combat des Chapelle Darblay, on en a déjà beaucoup parlé, ça fait trente ans que ça dure et ça va durer encore, Christian Stephan l’a très bien illustré dans son livre que beaucoup ont lu, on ne va pas continuer à faire de grands discours, encore moins essayé de raconter dans tous les détails  cette épopée, plusieurs intervenants sauront mieux que moi en parler.

Je voudrais simplement passer un message et dire aux générations qui nous suivent, à nos jeunes syndiqués ici présents, qui ont peut-être un peu moins d’expérience dans la lutte, peut-être moins de convictions, moins de connaissances de toutes ces pages d’histoire sociales écrites par les travailleurs et leur Cgt :

La victoire de 1983 est un socle solide pour construire l’avenir, à condition bien sûr que chacun soit convaincu de la nécessité absolue que garantir l’emploi est la seule priorité qui vaille.

Se battre pour des indemnités n’évite pas la voie conduisant au chômage, se battre pour son emploi rapporte bien plus, y compris que le salaire, il y aussi les liens humains qui se tissent par le travail.

Je dis cela parce que nous entrons dans une énième tempête, qui commence par des suppressions de postes, des modifications de contrats, et encore des licenciements, qui peuvent engendrer une crise beaucoup plus grave.

Nos remerciements et félicitations encore, à toutes celles et tous ceux qui ont vécus cette lutte, qui ont combattus, qui nous ont soutenues sans relâche, une pensée particulière aux femmes des salariés et des élus des deux usines de la chapelle Darblay, à nos meneurs syndicaux Pierre Nouzarède, Philippe Belloncle et Christian Stephan.

On ne trouvera jamais assez de mots et on n’aura surtout jamais assez de temps pour relater tout ce que l’on a vécu, tous les détails de la lutte, mais aussi tous ces moments de vie, car ce fut long, plus de 3 mois.

Il y en a eu des hauts et des bas, tous les jours n’ont pas été roses, des déceptions et des trahisons,  mais surtout des grandes satisfactions et pour celles et ceux nombreux, très nombreux qui se sont battus jusqu’au bout, qui nous ont soutenus jusqu’au bout, merci à toutes et tous, pour tous  ces moments de vie, ces moments de fraternité, de confiance, de solidarité humaine, cette victoire est la vôtre et la nôtre, à tout jamais pour ce que j’ai vécu, ce qu’on a vécu, nous vous en sommes reconnaissant à tout jamais.

Juste avant de passer aux festivités et pot de l’amitié, c’est avec une vive émotion que je vous invite à rendre hommage à nos disparus, que nous avons tant appréciés ……….

LISTE  SOUVENIRS : MICHEL JAMAIN, JEAN MARIE LEGUEN DIT « MILORD », JEAN LEROUX, JACQUES RECHET, JEAN FERET, PHILIPPE LEFEBVRE, LUCIEN CADOT, ALAIN CORBINEAU, GASTON MANCHE, PAUL DAGUENET, MICHEL THONNEL, EDOUARD HEUDE dit DOUDOU, JEAN TREFOUEL, Odile et GABY HOUEL  et Tous les syndiqués aujourd’hui disparus.

Pour ceux qui n’étaient pas là en 1983, et parce qu’on entend trop souvent,  par rapport aux mauvais coups portés aujourd’hui, on y arrivera pas, si mon voisin y va pas j’y vais pas, ça sert à rien, etc. etc.  

 Regardez et écoutez ceux qui sont ici, identifiable par leur âge un peu plus prononcé, les vieux comme on les appelle, ces hommes et ces femmes ordinaires fait que de chair et d’os, rassemblés derrière le syndicat Cgt, ils se sont battus et ils ont gagnés, parce jour après jour ils se battent pour une société plus juste, plus équitable, plus solidaire, une société en paix, ces hommes et ces femmes ne vivent que pour leurs convictions et revendications et je pense que c’est cela le vrai chemin de notre vie , dire ce que l’on pense, croire en ce que l’on fait et surtout faire ce que l’on dit.

 On dit toujours celui qui se bat peut gagner, celui qui ne se bat pas a déjà perdu

 Merci à vous. Et je vous invite à lever le verre de l’amitié.

 Vive la Cgt, vive la Filpac

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Intervention de Pierre NOUZAREDE secrétaire général de la FTIP en 1983.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 27 septembre 2013

Intervention de Pierre NOUZAREDE secrétaire général de la FTIP en 1983. dans CGT UPM Chapelle Darblay siteon0c707dIntervention de Pierre NOUZAREDE secrétaire général de la FTIP

(fédération des travailleurs des  industries papetières) en 1983.nouzarede-a768c-150x143 dans CGT UPM Chapelle Darblay

Chers camarades, chers amis, Mesdames, Messieurs,

3 semaines après Saint Etienne du Rouvray, nous voici à nouveau réunis avec les travailleurs de Grand-Couronne, et à côté d’eux un bon nombre de militants de Saint-Etienne pour marquer le 30e anniversaire de la formidable lutte menée par les Chapelle Darblay, particulièrement sur ses deux sites normands.

D’autres camarades dont Marc Peyrade, SG de la Filpac CGT, Gérard Sénécal, secrétaire du syndicat, vont situer dans le contexte d’aujourd’hui les enseignements de cette lutte. Je m’en tiendrai donc à quelques traits, qui ont fortement enrichi mon expérience militante.

Comme beaucoup de militants ici présents, j’ai vécu jour après jour cette lutte épique.

En fait cette période du début des années 80, marquée par l’arrivée de la gauche au pouvoir après plus de 20 ans d’abstinence, nous promettait beaucoup. En vérité, des avancées ont pu être enregistrées tant sur le plan social que démocratique : droits nouveaux, nationalisations, retraite, réduction du temps de travail…

Une aube nouvelle, certes nous le croyions à l’époque, vite obscurcie par les premiers renoncements face à l’offensive du patronat, au pouvoir de l’argent et toute son emprise internationale.

Le début des années 80 marque également la fin, ou à tout le moins une pause dans le cycle de recul et de casse de l’industrie papetière. De grandes luttes avaient marqué la période précédente, comme la cartonnerie La Rochette Cenpa, près de Nancy, La Roche Joubert en Charente, La Cellulose de Strasbourg, et bien d’autres encore que je ne saurais citer ici.

C’était l’époque où dans les cercles du pouvoir, chez les patrons papetiers démissionnaires, on s’accordait à proclamer que la « France n’avait pas de vocation papetière ». C’est également l’époque des attaques qui se soldèrent par sa liquidation du système d’approvisionnement en papier journal de la presse française, avec la Société professionnelle des Papiers de Presse

Ces enjeux de production et d’approvisionnement en papiers de presse entraient dans les motifs des luttes qui se déroulèrent avant même 1983 à Saint-Etienne et Grand-Couronne. Ce sont toutes ces pesanteurs, aggravées par la soif d’en découdre avec un bastion de la CGT dans les industries papetières comme dans l’agglomération rouennaise, qui constituèrent autant de facteurs de promotion du plan Kyla, fortement appuyée par le ministre de l’Industrie de l’époque, Laurent Fabius : suppression de plus de 1500 emplois, avec la liquidation à court terme de Grand-Couronne.

Face à la mobilisation de masse des personnels de Saint-Etienne-du-Rouvray et de Grand-Couronne, mobilisation dont le poids fut décuplé par’ la conjonction d’un très large soutien des populations, de leurs élus, en particulier communistes, poids également décuplé par l’intervention solidaire des professions des papiers et du Livre, cette dernière ayant beaucoup investi avec ses militants présents sur place, tout cet amalgame de forces d’initiatives les plus audacieuses a fini par imposer une issue bien différente de celle décrétée au départ.

L’engagement très fort de la Confédération sous l’impulsion d’Henri Krasucki étant venu donner une dimension politique au sens noble du terme, qui permit de dépasser les blocages les plus persistants.

Je reviendrai donc pas sur ces jours de cent jours de lutte qui permirent que les travailleurs adoptent un accord de fin de conflit présentant les avancées obtenues et les conditions pour les mettre en œuvre. Mais je crois aussi nécessaire de souligner les semaines d’âpres discussions, pour finaliser l’accord officiel, régler la réintégration des militants et des élus CGT, les seuls faisant l’objet d’un ostracisme acharné de la part de Kyla et de ses successeurs, tel François Pinault avec Pierre Lebrun… J’ai le souvenir de discussions interminables à propos de Christian Stephan, dont Kyla était persuadé que sa non-réintégration marquerait la fin du syndicat CGT de Grand-Couronne.

J’ai également les souvenir de moments d’intense humanité. De ce camarade élu du personnel venu dire qu’il acceptait son licenciement pour être conforme à l’accord sur le nombre d’élus Cgt maintenus et qui très symboliquement me remis sa veste de travail imprimée du sceau de la lutte.

Alors trente ans après, quel est le bilan que je conserve de cette tranche de vie particulièrement intense ?

D’abord qu’elle a permis de bousculer l’ordre préétabli.

Que ce faisant elle donnait la possibilité dont ne voulaient pas les patrons, voire certains politiques de préserver des forces pour que le résultat obtenu soit préservé au-delà même de ce que comportait l’accord lui-même.

Le cas le plus flagrant fut celui des machines 3 et 4 de Saint Etienne du Rouvray dont il était dit qu’elles devraient arrêter dans les 4 ans et qui continuèrent de fabriquer du papier plus de 20 ans durant.

Je ne perds pas de vue les coups durs vécus par tous les travailleurs en lutte.

Je ne mésestime pas non plus l’amertume laissée par le résultat chez certains camarades qui considéraient non sans raison, qu’il n’était à la hauteur de leur engagement.

Autant l’agression fomentée par l’encadrement à Grand Couronne avec le concours massif des CRS et la réquisition forcée des travailleurs de cette usine fut préjudiciable.

Autant par la suite la division organisée à St Etienne du Rouvray aura empêché dans le rapport de force quotidien de mieux consolider les acquis de la lutte.

Malgré tout, malgré les réunions de militants qu’il fallait tenir en dehors de murs des usines au siège de l’Union Départementale à cause de la répression qui se poursuivait, les militants ont tenu, la C.G.T. a reconquis à St Etienne comme à Grand Couronne sa place de première organisation syndicale.

A Grand Couronne Kyla et tous les autres, en ont été pour leur frais puisqu’au jour hui  s’y déploie un des plus dynamiques syndicats des industries papetières.

Et enfin par cette lutte menée par les Chapelle Darblay, les solidarités notamment professionnelles qu’elle a suscitées ont contribué de façon décisive à la création de la FILPAC CGT.

Alors sans triomphalisme aucun, je dis aujourd’hui que ceux qui ont fait cette épopée peuvent en être fier et qu’elle suscite des enseignements pour aujourd’hui et demain.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

compte rendu CE de Septembre

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 septembre 2013

Compte-rendu du Comité d’Etablissement du 24 septembre 2013.

Le petit monde merveilleux de Chapelle…suite…

 En préambule de cette réunion nous avons dénoncé la méthode employée par certains qui ont les dents longues, d’autres cyniques, qui mettent déjà en place (déménagement standard, information de poste supprimé, etc.) ce qui n’est qu’un projet, aujourd’hui, de restructuration et en appelons au Directeur pour stopper immédiatement ces procédés indignes. Si cela devait durer, la CGT alerterait les autorités pour « délit d’entrave » !!!

Marche de l’usine : Santé/Sécurité

Encore un accident mortel en papeterie, chez Stora, concernant un conducteur d’engin. Nous venons de connaître chez nouscompte rendu CE de Septembre dans CGT UPM Chapelle Darblay tout-va-bien-300x264 un accident avec deux chariots.

Essais industriels : faites ce que je dis….consignations mal faites sur l’essai des boues, conditions de travail avec l’essai du compacteur à déchets au Désencrage, passages piétons coupés un peu partout, CHSCT pas informé évidemment. Il semble que le respect des règles ne soit imposé qu’aux ouvriers !

Très peu d’incidents, de soins, d’accidents, en apparence tout va bien…La réalité est toute autre comme a pu le constater notre Directeur, jeudi dernier lors de la visite de ces chantiers.

Productions :

Il sera difficile de retrouver des clients pour la « couleur » en 2013 car il n’y aura pas de négociations de prix avant l’année prochaine. Il faudrait absolument accepter une baisse si on veut revoir des clients espagnols et italiens, par exemple.

En parallèle, la Direction cherche à développer le segment du « Brite » en récupérant des papiers blancs dans la zone ouest de la France. (Gisement estimé à 27000 tonnes).

En août, pour la PM3 : 28% de vente en couleur, 21% en journal et 51% en Brite. Répartition des ventes, nous attendons la réponse.

Pour la PM6 : 30% de vente en France, 9% en Europe et 61% en outre-mer. Total : 31000 tonnes

Prix des fibres : 20% plus cher, avec 30% d’achat sur le marché. Nous n’avons pas le détail prix collecte/prix marché.

Chimie usine : coût en augmentation, dû en grande partie au traitement des boues. Résultat d’une mauvaise marche de l’usine vers les effluents et soucis de process DIP.

Couverture Machines : Pas de soucis…sauf si l’Allemagne nous jouait des tours.

Bois broyés : Pas de tension sur ce marché en ce moment.

Effectifs : 403 personnes. (Chapelle 337, Fonctions 38, Apprentis et malades 28)

Intérimaires : 500 jours au mois d’août. La Direction a bien manœuvré pendant deux ans pour proposer aujourd’hui de remettre en cause le système qu’elle a elle-même imposée.

Projet de planification des congés acquis : Volée de commentaires, de l’ensemble des élus, à l’annonce de la modification, pour aider certains gestionnaires dans leurs tâches. La responsable RH propose une planification très rigoureuse des CP et RTT acquis. (Fin janvier, toutes les demandes doivent être enregistrées pour clôturer l’ensemble au 31/05. Et les managers vous répondront favorablement ou pas).

« Il peut arriver que le souhait du salarié ne puisse être satisfait » dixit le projet !

Les salariés, eux, demandent simplement plus de justice et pour tous. La RH doit revenir très vite à la réalité du terrain, avant que les travailleurs perdent leur sang froid.

Le petit monde merveilleux de Chapelle…suite…

 ISO 50001 : Energie.

En pleine restructuration, licenciements, remise en cause de nos acquis, Upm va obtenir une énième certification qui déclenchera des aides à l’investissement avec de l’argent frais français (nos impôts)…avec au bout, des suppressions de postes. C’est beau la politique. Nous alerterons les autorités sur ces agissements moraux douteux.

ils-sont-fous-300x261 dans CGT UPM Chapelle Darblay Persiflages : Vu sur chap-échos : Economie de gobelets; nous proposons de conserver aussi les gobelets dans lesquels on « pisse », ce qui facilitera le travail de l’infirmerie, réduite à peau de c—–n !

Avis aux photographes amateurs ; La direction va bientôt organiser un concours photos, thème « le cendrier », le cendrier station d’accueil (pour la cigarette électronique), le cendrier pot de chambre, le cendrier bassine (pour les pieds fumants), le cendrier japonais (toujours vide pour avoir un œil sur la geisha, etc.…

Pour ceux qui sont soucieux de leur avenir et n’ont peut être plus confiance en UPM,  surtout inscrivez vous sur le site « cadre emploi » et sachez vous vendre au mieux.

P.S.E : plan de sauvegarde de l’emploi !

Prochaines dates de CCE et CE

C.C.E : 09 et 10/10.   23 et 24/10

C.E exceptionnel le 30/09 pour la fin de la présentation…

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

30ème anniversaire de la lutte des Chapelle Darblay

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 septembre 2013


 30ème anniversaire de la lutte des Chapelle Darblay 
 EXPOSITION OUVERTE DU 16 SEPTEMBRE AU 14 OCTOBRE 2013
 AU LOCAL DU COMITÉ D’ÉTABLISSEMENT
 DE 9H00 À 11H30 ET DE 14H00 À 16H00

30ème anniversaire de la lutte des Chapelle Darblay dans CGT UPM Chapelle Darblay 30eme

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Les Petroplus en Lutte

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 septembre 2013

          Les Petroplus en Lutte      dans CGT UPM Chapelle Darblay siteon0c707d.vignette                 Les Petroplus en Lutte                           

Raffinerie Pétroplus Petit Couronne

                                                                            Petit Couronne le Lundi 23 Septembre 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE

A QUAND UNE REPONSE POUR SAUVER LE SITE ?

Depuis des mois, certains que l’on pourrait classer comme vautours passent leur temps à dire qu’il n’y a pas de candidats à la reprise du site Petroplus de Petit-Couronne et qu’il faut valider le fait que les emplois sont perdus et qu’il faut passer à autre chose.

Pour eux, il est plus facile de parler de fermeture, de plan social, de licenciements et enterrer le tout sous un pseudo plan d’avenir pour le site en tant que quoi ????

Nous, nous avons toujours dit qu’il faut se poser les vraies questions :

1 « Est-on en surcapacité de raffinage en France » Réponse NON

2 « La fermeture du site met elle d’autres emplois en jeu » Réponse OUI C’est plus de 4000 emplois qui disparaîtraient dans la région

3 « La fermeture de raffineries en France toucherait aussi d’autres types de sociétés » OUI, cela nous ferait connaître le même choc sur l’emploi que la fermeture de la sidérurgie. Moins de raffineries c’est voir les entreprises de Petrochimie, de Plasturgie etc. fermer aussi

4 « Cela coûterait moins cher de sauver le site que de le fermer » OUI et largement puisque cela coûterait très peu à aider à la sauvegarde et maintiendrait les emplois alors que la fermeture coûterait déjà 200 Millions pour dépolluer et cela aux frais des contribuables, même si personne ne vous le dira

Maintenant, nous le répétons, il y a des candidats à la reprise et qui non seulement ont la technique, les fonds et l’accès au brut mais aussi proposent un projet industriel et l’ouverture vers des pays émergents.

Le candidat libyen, MURZUQ OIL, a déposé un dossier complémentaire le 18 Septembre en demandant un accord de principe sur la « recevabilité » de celui-ci avant d’aller plus loin.

Nous savons que notre pire ennemi est le temps. Alors, pourquoi personne n’a encore répondu à cette demande ? Le dossier a été envoyé aux personnes concernées : Ministère, Liquidateur, Président du Tribunal de Commerce, Préfet, Chargé de mission…

Pourquoi, alors que les emplois peuvent être sauvés et que le dossier est recevable, avons-nous cette impression de silence radio et de non volonté de certains responsables de voir enfin une victoire dans la relance industrielle de la France.

Nous allons très rapidement organiser une conférence de presse sur le sujet en espérant avoir AVANT une réponse qui nous permettra de regarder l’avenir avec sérénité

Nous ne nous sommes pas battus pour un plan social mais pour l’avenir de notre site

La reprise du site est et restera notre priorité

Pour les Petroplus en lutte

Yvon SCORNET  06.08.18.39.49 ou scornet.yvon@free.fr ou tresorier@cerpc.fr

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Ils font la guerre au coût du Travail…

Posté par cgtchapelledarblayupm le 22 septembre 2013

7 jours Filpac CGT

Ils font la guerre au coût du Travail…

Soyons déterminés à défendre toutes nos revendications

Il paraît que les mesures Hollande contre les retraites, ça fait même pas mal, même qu’il y aurait du bon dedans… D’ailleurs le Berger de la CFDT en a assez de la désespérance. Du coup il repeint en rose cette « réforme » des retraites qu’il pare de toutes les (petites) vertus. La Filpac CGT y voit la continuation de la guerre contre le coût du travail. Etre lucide, exposer la vérité, ce serait désespérer Billancourt ? C’est à l’inverse la seule façon de sortir de la tactique paralysante pour se fixer le seul but possible : la transformation sociale !

 

 

Ils font la guerre au coût du Travail… dans CGT UPM Chapelle Darblay cavalerie-300x165

                                fichier pdf 7 Jours 50                                                                        

 

Voilà pourquoi la Filpac CGT revendique :

La retraite à 60 ans pour toutes et tous à taux plein.

La revalorisation générale des salaires, pensions et prestations.

L’application immédiate de l’égalité homme-femme.

Le droit à un emploi pour toutes et tous.

La fin des exonérations et des niches fiscales octroyées au capital.

Le versement des capitaux de l’évasion fiscale aux caisses sociales.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Santé, l’alerte des mutuelles.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 21 septembre 2013

Santé, l’alerte des mutuelles. La Fédération des mutuelles de France a lancé hier une campagne d’information dénonçant la « casse » du système mutualiste par la loi de sécurisation de l’emploi.

vendredi 20 septembre 2013

La loi de sécurisation de l’emploi, votée en juin dernier, ne traite pas uniquement de flexibilité, elle fragilise aussi les solidarités dans le domaine de la santé.

Le texte rend les couvertures complémentaires d’entreprises obligatoires pour tous les salariés du privé. Le but affiché par le gouvernement est d’atteindre les 400 000 salariés qui ne bénéficient d’aucune couverture.

- Mais le dispositif oblige aussi 4 millions de personnes à passer d’un contrat individuel à un contrat collectif avant le 1er janvier 2016.

La loi ne prévoit cependant rien pour les étudiants, les retraités, les chômeurs et les salariés précaires.

« En orientant les aides fiscales et sociales vers des couvertures collectives, le gouvernement pénalise tous les Français qui se payent une complémentaire santé individuelle  », alerte Jean-Paul Benoît, président de la Fédération des mutuelles de France, qui a lancé hier une campagne de sensibilisation du public et compte interpeller l’ensemble des élus (1).

Les aides fiscales et sociales aux contrats collectifs du secteur privé coûtent actuellement 4,3 milliards d’euros par an à l’état.

L’application de la nouvelle loi devrait engendrer un coût supplémentaire de 2,5 milliards d’euros annuel.

« Cette somme pourrait être utilisée pour arrêter les transferts de charge qui vident la Sécu de son sens », explique Jean-Paul Benoît.

Pour la Fédération des mutuelles de France, la somme de 2,5 milliards d’euros est largement suffisante pour aider les 4 millions de Français encore sans couverture complémentaire santé à se couvrir tout en sauvegardant les prérogatives de la Sécu.

« Les aides existantes, mieux réparties, pourraient permettre l’accès de tous à une complémentaire santé sans distinction de branche ou de secteur », affirme son président. Elles pourraient, par exemple, être attribuées, non plus sur le critère de la nature du contrat collectif ou individuel , mais suivant le niveau des ressources.

Rappelons que 16,2 % des Français, selon l’Insee, renoncent à des soins faute de moyens suffisants.

(1) Voir le site unemutuellepourtous. com ■ par Yoann Boffo

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Stora Enso Corbehem : des réponses « dans quelques semaines » ?

Posté par cgtchapelledarblayupm le 19 septembre 2013

Stora Enso Corbehem : des réponses « dans quelques semaines » ?

« La direction locale ne sert à rien. Elle dit qu’elle ne sait pas. » L’intersyndicale de l’usine Stora Enso Corbehem relaie la détresse morale de salariés résignés, tenus dans le flou depuis onze mois par une direction muette quant à l’éventualité d’un repreneur.

Stora Enso Corbehem : des réponses « dans quelques semaines » ? dans CGT UPM Chapelle Darblay stora-300x163
L’intersyndicale attend également un éventuel rendez-vous des élus locaux et régionaux en Finlande.

 Le site produit du papier magazine haut de gamme à raison de 227 000 tonnes par an. « On sous-produit. Pour arriver à l’équilibre, on devrait produire 280 000tonnes. Fin août, on était à six millions d’euros de perte. On devrait finir l’année à moins dix ou moins douze. La capacité maximum de l’usine est de 330 000 tonnes. En Allemagne, à Kabel, le groupe emploie 620 salariés avec deux machines plus anciennes. Ils sont à moins cinq millions… », détaille Christophe Sauvage, secrétaire du CE. « Le groupe finlandais Stora Enso a dit qu’il voulait se dégager du papier magazine au niveau mondial. Ses deux autres usines sont promises à une mort certaine. Nous, nous ne savons pas s’il y a repreneur, ni dans quelles conditions », analyse son collègue Laurent Fauveaux. « Mais qu’il y ait repreneur ou pas, il y aura de la casse sociale, c’est partout comme ça… », déplore l’intersyndicale.

Lors du comité d’entreprise extraordinaire qui s’est tenu ce lundi matin, à la demande de l’intersyndicale, quatre questions – les mêmes qui sont restées jusqu’ici sans réponse – ont été posées à MM. Munoz, président de StoraEnso Corbehem, basé à Paris, et Korhonen, responsable du projet de cession pour le groupe Stora Enso. À la première : « Aujourd’hui le groupe a-t-il pris la décision de vendre le site, oui ou non ? », M.Munoz a répondu : « Non. Donnez-moi quelques semaines. » L’intersyndicale, qui s’attend à une annonce aux alentours de la mi-octobre (les salariés avaient été informés du démarrage de l’étude de faisabilité le 23 octobre 2012), demande également à savoir combien est évalué le passif de l’usine, quelles seraient les exigences d’un futur éventuel repreneur, et si le site de Corbehem serait rentable sur le marché du papier couché magazine (LWC). Dans un contexte tendu pour l’industrie papetière, Corbehem est le dernier site français à produire du LWC. « Si un repreneur est désigné, on ne saura pas quels sont ceux qui auront été évincés », ajoutait Laurent Fauveaux. Car si StoraEnso est prêt à vendre son usine à un concurrent, il se gardera bien de le choisir trop dangereux…

Les salariés sont à nouveau contraints d’attendre, mais cette fois, il semble que la réponse est proche. Une manœuvre que Bruno Mogis, élu au CE, analyse très clairement comme de la manipulation : « On est en train de détruire les gens psychologiquement, pour qu’à la fin, ils n’aient qu’une envie : partir. On leur annonce une étude de faisabilité pour quatre à six mois. Ça dure onze mois. Et on va les soulager en disant : « l’aventure est finie. » Un questionnaire a été distribué aux salariés pour évaluer les risques psychosociaux dans l’entreprise. L’intersyndicale espère qu’ils seront nombreux à répondre.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

International Paper (IP) va supprimer 1100 emplois.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 19 septembre 2013

Le fabricant américain de papier et carton International Paper (IP) a indiqué qu’il comptait fermer son usine de Courtland en Alabama (sud des États-Unis), où 1100 emplois seront supprimés d’ici la fin du premier trimestre de 2014.

Graphiline Hebdo du 19/09/2013Le 13-09-2013 par

Le gigantesque complexe, qui s’étend sur 2 200 hectares, se trouve au nord de la petite ville de Courtland, au sud de la rivièreInternational Paper (IP) va supprimer 1100 emplois. dans CGT UPM Chapelle Darblay ip Tennessee qui serpente à travers les forêts du nord-ouest de l’Alabama. Les grumes récoltées localement quittent l’usine sous forme de ramette ou de rouleaux de papier pour l’imprimerie.

La plus grande usine d’IP avec 4 machines à papier va fermer graduellement et devrait cesser toute activité au premier trimestre 2014. Cette fermeture va réduire la production nord-américaine de 950 000 tonnes de papier.

Les factures électroniques, l’e-mail et la dématérialisation sont cités  comme les coupables de la baisse, depuis la dernière décennie, de consommation de papier. « Cette décision de fermer de façon permanente cette usine est surtout due à une baisse de la demande pour les papiers non couchés aux États-Unis, baisse de 5 % rien qu’en 2012« , a commenté le PDG John Faraci dans un communiqué.

« Ce fut une décision très difficile à prendre« , a déclaré Tim Nicholls, vice-président senior, « Nous avons exploré de nombreuses options pour repositionner l’usine Courtland mais sa fermeture permanente est la meilleure alternative pour le groupe« , ajoute-t-il.

Les spécialistes prévoient que la fermeture va coûter au fabricant environ 675 millions de dollars.  IP a annoncé plus tôt cette semaine, qu’il a augmenté son dividende trimestriel de 17 cents. De plus, les administrateurs sont engagés dans un programme de rachat d’actions de 1,5 milliard de dollars.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

1...107108109110111...119
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...