• Ils ne savaient pas que c’était imposible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : manif retraité du 15 mars
      <b>DSC01511</b> <br />
    • Album : manif 16 novembre
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 10 octobre
      <b>DSC00970</b> <br />
    • Album : Manif des retraités 28/09
      <b>50</b> <br />
    • Album : manif 12 septemebre
      <b>DSC00764</b> <br />
    • Album : manif 1er mai 2017
      <b>1</b> <br />
    • Album : Nos retraités cgt en manif
      <b>SONY DSC</b> <br />
    • Album : solidarité Arjo Wizernes 13 fevrier
      <b>IMG_0804</b> <br />

RETRAITES, ON VOUS DIT TOUT !!!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 14 octobre 2018

*

1€ cotisé = les mêmes droits à retraites. Oui, mais quels droits ?

Emmanuel Macron a annoncé qu’1€ cotisé ouvrirait à chaque salariée les mêmes droits. Derrière cette apparente équité se cachent trois problèmes.

  • D’abord le calcul de la retraite ne se ferait plus sur les meilleures années mais sur l’ensemble de la carrière. 
  • Ensuite, les mécanismes de solidarité qui neutralisent les aléas de carrière (chômage, maternité…) pourraient être plafonnés, voire totalement supprimés. 
  • Surtout, ce principe d’équité ne nous dit rien sur le contenu de nos droits à retraite. Que représentera le montant de la pension par rapport au salaire de fin carrière ? Quel montant de retraite ? Quel âge de départ ? ob_f9da4f_ob-f1854e-428054-523779607659779-21297

Ce sont les questions de base que nous nous posons toutes et tous. Et là-dessus aucune réponse. Et pour cause… 

 

Un régime par points, à cotisation définies, c’est quoi ?

Le gouvernement nous annonce un régime par points, à cotisations définies. Qu’est-ce que cela signifie ? Que chacun percevra en fonction de ce qu’il aura cotisé durant toute sa carrière, mais que le montant de la pension ne sera pas garanti et ne sera connu seulement qu’au moment du départ en retraite.

Ce qui est bloqué c’est le montant des cotisations, que le gouvernement ne veut pas augmenter. Si elles ne suffisent pas à financer les pensions, les retraites seront revues à la baisse.

Mais compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie, ce montant ne suffira pas : en conséquence, les retraites seront réduites, y compris celles déjà liquidées.  

La certitude que nous pouvons donc avoir, c’est que nous serons toutes et tous perdants.

 

 Pour les Ingés, Cadres et Techs : la capitalisation 

Le détail de la réforme n’a pas été dévoilé. Mais nous savons d’ores et déjà que 3 facteurs pénaliseront directement les ingés, cadres et tech.

  • Le montant des pensions sera calculé sur l’ensemble de la carrière, sur les 43 annuités cotisées, au lieu des 25 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public. Ceci pénalisera directement ceux qui ont une progression de carrière.
  • Pour les femmes : la double peine. Les femmes sont payées en moyenne 26% de moins que les hommes et touchent une pension 40% plus faible. Ces inégalités sont en partie compensées par les droits familiaux, avec la validation des congés maternité et parental et les pensions de réversion en cas de décès du conjoint. Ces droits ont pour objectif de maintenir le niveau de vie, ils sont donc accessibles à toutes les femmes quel que soit leur niveau de salaire, et leur montant est proportionnel au salaire. Le gouvernement veut les remplacer par un filet de sécurité minimum, limité aux femmes dont les carrières sont les plus précaires.  
  • L’objectif ? Réorienter les salariées solvables vers la capitalisation. La baisse générale programmée des pensions, et celles des Ingés, Cadres et Tech en particulier, vise à généraliser les retraites par capitalisation comme complément de retraites. Cette incitation sera encore plus forte pour les cadres sup qui ne pourront plus cotiser dans le système commun (ni percevoir de pension) au-delà de 9 933€ brut mensuels contre 26 488 € aujourd’hui. Pourtant, les expériences étrangères et la crise financière ont montré à quel point les retraites par capitalisation sont risquées et peuvent s’évaporer en cas d’effondrement boursier.  Ajoutons qu’elles contribuent à la financiarisation de l’économie, détruisent de l’emploi et alimentent la spéculation au détriment de nos entreprises. 

Qui seront les seuls gagnants de cette réforme ? Les banquiers et les assureurs.

 

 Des retraites garantissant le niveau de vie de chacun.e, c’est possible

Notre système de retraite a été construit en 1945, alors que le pays était ruiné. Son fondement : pour mieux protéger les plus faibles, il faut un système universel qui maintienne le niveau de vie de tous et toutes.

Pour assurer l’avenir de nos retraites par répartition, la CGT et son UGICT proposent :

  • De nouvelles ressources Mettre en place un droit à la retraite à 60 ans avec un minimum de 75% net de son salaire net de fin de carrière est à notre portée avec de nombreuses possibilités de financement :

o   La suppression des aides et des exonérations de cotisations des entreprises inefficaces pour l’emploi (200 Mds, Cour des Comptes).

o   L’assujettissement à cotisations sociales de l’ensemble de la rémunération (intéressement, participation…) et un relèvement modéré des cotisations retraites.

o   La mise à contribution des revenus financiers des entreprises qui, au contraire des revenus financiers des particuliers, sont totalement exonérés.

  • Une maison commune des régimes de retraites Les différents régimes de retraite (public, privé, régimes spéciaux…) ont été construits pour s’adapter aux contraintes spécifiques de secteurs professionnels et prendre notamment en compte la pénibilité. La CGT propose, tout en maintenant le niveau des droits de chacune et chacun, de les intégrer dans une maison commune des régimes de retraites, assurant la transférabilité des droits pour les salarié.e.s passant d’un régime à l’autre.
  • La prise en compte des années d’études Alors que l’accès au premier emploi stable a lieu à 27 ans en moyenne, contraindre les jeunes à cotiser 43 annuités pour avoir une retraite à taux plein équivaut à une mission impossible, surtout quand on sait qu’à 62 ans seul un actif sur deux est encore en emploi. Nous proposons donc la prise en compte des années d’études et d’insertion dans le calcul de la retraite, pour garantir le droit à retraite des nouvelles générations.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

je suis, nous sommes solidaires ….

Posté par cgtchapelledarblayupm le 11 octobre 2018

28701297_1998152300444464_3646143545751425286_o

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

c’est mon coup de gueule … gégé

Posté par cgtchapelledarblayupm le 9 octobre 2018

*

C’est bien.

4000 manifestants à Rouen, 4000 gaulois (jeunes, actifs, retraités) venus crier,

Crier leur colère contre ce gouvernement qui est en train de dépouiller, les retraités, les salariés, qui est en train de réduire à néant les espoirs de notre jeunesse.

Qui est en train de supprimer tous les conquis issus des jours heureux en 1943. Petit rappel en plein milieu de la dernière guerre mondiale, les gens qui luttaient, qui résistaient, ont construit et mis en place des idées pour que suite aux horreurs, les citoyens de notre pays ne connaissent plus les malheurs surtout en cas de chômage et la misère qui va avec, pour pouvoir manger, se loger, se vêtir, se soigner, dignement ! Ils ont construit et créer la sécurité sociale !

 colère

Ce n’est pas suffisant

Seulement 4000 manifestants (à l’appel de 7 organisations) face à toutes ces attaques, ce n’est pas admissible, encore ce matin le gouvernement dit qu’il va s’attaquer à la retraite, les actifs d’aujourd’hui ne partiront plus à 60 ni 62 ans et ils ne bougent pas.


le gouvernement leur fait croire qu’il va augmenter leur pouvoir d’achat, après avoir supprimer les cotisations sociales maladie (le socle financier de notre sécurité sociale) il leur enlève les cotisations chômage !  et ils ne bougent toujours pas ? mais quand ces salariés-là seront au chômage, ils toucheront quoi puisque plus d’argent cotisé ?

Quand ils seront malades, puisque plus d’argent cotisé, qui paiera ? et ils ne bougent toujours pas ?

Le président de la république, le dénommé Manu, dit aux gaulois d’arrêter de se plaindre et ces mêmes soi-disant gaulois, ils ne bougent toujours pas ?

Que pour trouver du boulot, il suffit de traverser la route et j’en passe et les gaulois ne bougent toujours pas ou surtout pas assez en nombre.

Il y a un gros problème, il va falloir se parler autrement, si ça continue, bien- sûr qu’on va tout perdre, arrêtons de pleurer.

Comme l’ont fait nos vieux dans des conditions de vie bien plus pénibles qu’aujourd’hui (pour rappel les jours heureux en 1943, le monde était en guerre)   il va falloir se battre, résister, bordel !

Aujourd’hui c’est quoi les problèmes :

Les syndicats appellent à la lutte, à la mobilisation en particulier notre CGT, mais tous les syndicats ne retransmettent pas l’appel à la grève là où ils bossent, y compris la CGT ? donc les salariés ne font pas la grève !

Les salariés quand ils sont appelés à la grève, ils ne la font pas parce qu’ils bossent !

Donc la mayonnaise imaginée, décidée par tous nos dirigeants syndicaux ne prend jamais, et d’échec en échec, les salariés qui ne bougent pas ou pas beaucoup, bougent encore moins, donc la finalité, oui nous allons perdre tous nos conquis, tous nos acquis et ce sera de notre faute.

Si on ne peut pas, si on ne veut pas faire la grève et si on ne veut pas se mobiliser tous ensemble, les mêmes jours aux mêmes heures ? Oui on va perdre.

Par contre il nous restera, par exemple le football, qu’on ne verra pas à la télé parce qu’il faudra être abonné et ce sera bientôt bien trop cher avec nos futurs salaires de smicards, de plus est-ce qu’il nous restera des congés pour aller fêter les super héros sur les champs Elysées, pas sûr non plus.

 il est grand temps de réfléchir à tout ça sérieusement, sortir de ce jeu de rôles, de faire du vrai, de se parler franchement, comme on le fait en s’adressant à vous aujourd’hui, sinon oui, on se répète on va tout perdre !  Vous allez tout perdre, vous les salariés, qui votaient aux élections professionnelles.

 

Alors bien sûr, nous, on ne change rien, on ne lâche rien, on se bat

jusqu’au bout, parce qu’on n’a pas le choix, pour nous,

aussi par respect pour nos vieux et l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le 9 Octobre, tous ensemble !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 octobre 2018

22

111[1]

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

on bouge le 9 !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 8 octobre 2018

 

*

on bouge le 9 !

Mobilisons-nous contre la destruction de notre modèle social !

 

111[1]Les organisations syndicales de travailleurs, d’étudiants et de lycéens – la CGT, FO, Solidaires, Unef et UNL – appellent à une mobilisation interprofessionnelle le 9 octobre 2018 contre la politique de destruction de notre modèle social qui est à l’œuvre, favorisant les inégalités et la casse des droits collectifs. Face à la logique d’individualisation qu’ils tentent d’imposer, la solidarité et la justice sociale se retrouvent mises à mal, fragilisant les plus faibles, les plus précaires, les plus démunis.

Au moment où est annoncée une fois encore l’explosion des dividendes en France et dans le monde, la CGT appelle le gouvernement à enfin mener une politique de partage des richesses pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux. Pour que ce dernier entende les attentes sociales multiples qui s’expriment et ne soit plus seulement guidé par l’obsessionnelle diminution de la dépense publique.

Ainsi, les cheminots appellent à tous être dans l’action le 9 octobre, exigeant notamment l’arrêt de la politique d’austérité et une autre réforme du ferroviaire, pour des services publics qui répondent aux besoins des populations.

Pour la Ferc-CGT, après les contre-réformes de la formation professionnelle, de la loi ORE et de ParcourSup, du lycée, des ordonnances Macron réformant le Code du travail, ce sont de nouvelles attaques qui se profilent dès cette rentrée scolaire. C’est pourquoi elle appelle à participer à cette première journée de grève interprofessionnelle, étudiante et lycéenne du 9 octobre.

C’est le sens de l’appel unitaire lancé par la fédération CGT des services publics, qui appelle à se mobiliser pour d’autres choix, pour les services publics. Elle exige le dégel de la valeur du point d’indice qui ampute depuis trop longtemps leur pouvoir d’achat, la résorption de la précarité, ainsi que le maintien et le développement des missions publiques notamment.

Comme le souligne la fédération nationale des industries chimiques CGT : pour réellement changer la donne, le 9 octobre, toutes nos forces militantes en mouvement ! Il faut imposer notre projet de société, face à l’austérité implacable qui impacte notre vie de tous les jours, au profit de la dette bancaire et des dividendes qui explosent.

La CGT Intérim appelle également les travailleurs à se mettre en grève et à rejoindre les manifestations qui auront lieu partout en France. En l’espèce, la dégressivité des allocations-chômage revendiquée par le Medef fera des intérimaires les principales victimes !

Ensemble, il ne nous faut rien lâcher, comme le souligne la fédération CGT de la Métallurgie. Que ce soit dans notre entreprise ou au plan national, l’enjeu est le même et nos adversaires, gouvernement et patronat, avancent de concert. Pour la réduction drastique des contrats précaires, la réduction du temps de travail, la revalorisation du Smic, la réduction du quota des heures supplémentaires, le 9 octobre doit aider à faire exprimer et à faire avancer nos revendications.

Les syndiqués de la Filpac appellent aussi à la mobilisation, revendiquant le retour aux valeurs essentielles inscrites sur le fronton de nos communes, pour une société moderne, de justice sociale, de paix, respectueuse de notre environnement, de notre planète, qui ne nous appartient pas, mais que nous nous contentons d’emprunter à nos enfants et petits-enfants. Seule une action de masse réussira à faire prendre le cap que nous voulons donner à notre société.

La fédération CGT Santé et action sociale dénonce également les restrictions budgétaires qui restent la seule solution imposée par les gouvernements successifs et qui va s’amplifier encore à travers le Projet de Loi Finances de la Sécurité Sociale 2019 (PLFSS 2019). Ces restrictions dégradent fortement les conditions de travail des salariés et agents, accentuant les risques psychosociaux, les maladies professionnelles, les accidents du travail, les invalidités…

La fédération CGT des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications CGT appelle à la réussite de la journée interprofessionnelle de grève et de manifestation du 9 octobre, à travers des rassemblements sous toutes les formes d’actions, pour toutes les revendications d’actifs et retraités des activités postales et de télécommunication.

Enfin, plusieurs organisations de retraités, dont la CGT, seront mobilisées en cette journée nationale d’action. Face au « Président des riches », ils appellent à se rassembler largement pour que s’exprime fortement l’exigence d’une revalorisation des pensions aux côtés des travailleurs qui manifesteront ce même jour.

Le 9 octobre, un rendez-vous intergénérationnel à ne pas manquer !

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Le « pouvoir d’achat » se redresse ; mais pour qui ?

Posté par cgtchapelledarblayupm le 7 octobre 2018

CONJONCTURE ÉCONOMIQUE

Le « pouvoir d’achat » se redresse ; mais pour qui ?

vendredi 5 octobre 2018

L’Insee a présenté à la presse, ce 4 octobre, un point de conjoncture qui actualise son diagnostic et ses prévisions pour le second semestre 2018.
L’institut révise à la baisse la prévision de croissance pour l’ensemble de l’année : 1,6%, inférieur aux objectifs gouvernementaux et nettement en retrait du résultat de 2017 (2,3%).

*
La France est à la traîne en Europe et, plus encore, dans le monde. L’économie française ne créerait que 129 000 emplois cette année (342 000 en 2017). Conséquence : le chômage ne diminue plus (- 0,1% par trimestre) et devrait atteindre un taux de 8,9% en fin d’année selon la définition officielle.

*
Cette situation et ces perspectives médiocres ne s’expliquent pas par le contexte économique international : celui-ci est certes incertain mais reste plutôt porteur. Ce contexte favorable pourrait permettre au commerce extérieur de la France de s’améliorer… il n’en est rien.

*
Alors qu’est-ce qui ne va pas ? C’est la structure de la consommation des ménages – par exemple, l’investissement dans la pierre – qui tire la croissance vers le bas alors même que le pouvoir d’achat moyen est censé se redresser en fin d’année.

*
Le problème est que cette amélioration annoncée bénéficie exclusivement aux ménages les plus aisés, les premiers de cordée, ceux qui profitent le plus des mesures fiscales. Ces avantages se retrouvent dans l’épargne et la financiarisation et non dans la consommation.

*
En revanche, les salariés et surtout les retraités voient les prix et les taxes augmenter alors que leurs revenus stagnent ou baissent. Il en résulte une quasi-stagnation de la consommation courante qui avait soutenu l’activité économique nationale au cours des années précédentes.

*
Les incertitudes s’accumulent pour les mois et années à venir, en France, en Europe et dans le monde de la « planète finance ».

*
Une chose est sûre : ce n’est pas en pressurant les salariés, les retraités et les chômeurs que l’on retrouvera les chemins d’une croissance dynamique et créatrice d’emplois de qualité !

*
C’est d’une tout autre politique économique et sociale dont nous avons besoin, l’urgence est d’augmenter les salaires, les pensions, les minimas sociaux et d’indemniser l’ensemble des chômeurs y compris primo-demandeurs.

*
L’urgence est de donner aux services publics les moyens de bien fonctionner et non de les ponctionner. C’est pour ces raisons que la CGT appelle à la mobilisation le 9 octobre prochain, pour gagner le progrès social !

Montreuil, le 5 octobre 2018

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La CGT refuse de négocier la régression sociale !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 6 octobre 2018

ASSURANCE CHÔMAGE

La CGT refuse de négocier la régression sociale !

mercredi 3 octobre 2018

Le président et son gouvernement inscrivent la refonte de l’assurance chômage dans la poursuite de la casse du code du Travail. Plutôt que de se questionner sur les dégâts répétés de l’austérité, ils ont donné l’ordre de chercher de nouvelles économies.

*
Le projet de loi « liberté de choix de son avenir professionnel » devait terminer son parcours parlementaire en août mais le président et le gouvernement ont annoncé plusieurs amendements pour prévoir une nouvelle négociation assurance chômage à l’automne.
Les plans du gouvernement

*
La Convention Unedic négociée en 2017 et entrée en vigueur en novembre fait déjà 900 millions d’économies annuelles et doit durer jusqu’en 2020. La CGT a refusé de la signer.

*
Aujourd’hui, le gouvernement à la fois veut avancer d’un an (à juin 2019) la définition de nouvelles règles pour faire des économies de l’ordre de 4 milliards d’euros et a prévu un encadrement financier préalable, contraire à l’autonomie de la négociation que nous revendiquons.

*
Quels sont les dangers pour les droits des allocataires à l’assurance chômage ?

*
La lettre de cadrage du Premier Ministre envoyée le 25 septembre aux partenaires sociaux annonce la nécessité de baisser les droits de 3,9 milliards d’euros sur 3 ans ! En additionnant les 500 ou 600 millions d’euros de droits récemment introduits par la loi pour les démissionnaires et les quelques indépendants, c’est une baisse de 4 milliards d’euros qui pourrait être imposée, soit en moyenne de 4 % à 12 % des allocations !

*
Sans surprise, le grand patronat est épargné : pas de « bonus-malus » mais un appel vague à la « responsabilisation des entreprises » et pas d’augmentation globale des cotisations patronales. En revanche, les chômeurs indemnisés (42,8 %) sont visés et, tout particulièrement, les travailleurs précaires.

*
Le gouvernement reparle de dégressivité des allocations – et pas seulement pour les cadres – et aussi de sanctions accrues pour obliger les salariés à accepter des emplois dégradés.

*
Que propose la CGT ?

*
Pour la CGT, il est indispensable de renforcer la solidarité – à l’heure où seulement 43% des chômeurs sont indemnisés – et de lutter contre la précarité pour l’éradiquer !

*
La CGT propose un droit au travail, un revenu de remplacement pour toutes celles et tous ceux qui en sont privés ! Cela passe par l’égalité salariale femmes-hommes, par la prise en compte de la situation des primo-arrivants, notamment les jeunes sortant des études, par des mesures pour les séniors et pour les chômeurs de longue durée.

*
Nos propositions peuvent être financées par la remise à plat des exemptions et exonérations qui assèchent le financement de la toute la protection sociale (sécurité sociale, retraites complémentaires comme assurance chômage). Nous revendiquons le déplafonnement des cotisations sur les plus hauts salaires (au-delà de 13 000 euros mensuels).

*
Pour lutter contre la précarité sous toutes ses formes, nous développons nos propositions de sur-cotisations sur les contrats en CDD et sur les CDI à temps partiels imposés.

*
Devons-nous aller négocier ?

*
Il n’est évidemment pas question pour la CGT de négocier à la baisse les droits des chômeurs. Nous refusons le principe et le contenu de la lettre de cadrage et nous avons l’intention de négocier sur la base de nos propositions.

*
Nous proposons donc de commencer la négociation en annonçant que nous refusons de nous inscrire dans la lettre de cadrage du gouvernement et que nous rechercherons l’unité syndicale pour aller dans ce sens.

 

Montreuil, le 3 octobre 2018

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

On y va tous ensemble …….

Posté par cgtchapelledarblayupm le 1 octobre 2018

*

le 9 octobre

On y va tous ensemble …

Le même jour, à la même heure.

Tous ensemble contre cette politique de casse sociale.

 


aza

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Bientot le 9 octobre, on arrive Manu !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 28 septembre 2018

 

Bientôt le 9 octobre, on arrive Manu !

filpac9oct18

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Appel à la mobilisation le 9 octobre ! de la FILPAC

Posté par cgtchapelledarblayupm le 26 septembre 2018

*

Appel à la mobilisation le 9 octobre !

Pour faire face au déferlement des coups du patronat et du gouvernement Macron qui s’abattent sur nos vies et nos foyers, la mobilisation du plus grand nombre devient une urgence vitale.

Comme l’exprime l’intersyndicale du 30 aout 2018, un constat s’impose et se renforce, celui d’une politique idéologique visant à la destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités, de la pauvreté et la casse des droits collectifs.

Cette politique, ainsi que les mesures encore récemment annoncées par le gouvernement, relèvent d’une logique d’individualisation mettant à mal la solidarité et les valeurs essentielles à la cohésion sociale, en fragilisant une fois de plus les plus faibles, les précaires et les plus démunis.

Au quotidien, chacune et chacun d’entre nous peut voir la dégradation de ses conditions de vies : les salaires bloqués, les petits boulot en guise d’emploi, les fins de mois impossibles, les conditions de scolarité dégradées des enfants des quartiers populaires (enseignants non remplacés, manque de matériel, manque d’encadrement), l’accès aux soins de qualité difficile et surtout plus couteux pour les familles avec le désengagement de l’État et de la Sécurité Sociale, l’accès quasi-interdit au logement pour les jeunes, l’explosion de la précarité au travail qui en fait une précarité de vie, etc.

Les politiques et les médias martèlent que ces mesures sont inéluctables.

Nous, syndiqués de la FILPAC, revendiquons le retour aux valeurs essentielles, inscrites sur le fronton de nos communes, pour une société moderne, de justice sociale, de paix et respectueuse de la biosphère de notre planète qui ne nous appartient pas mais que nous nous contentons d’emprunter à nos enfants et petits-enfants :

La LIBERTÉ : celle de pouvoir défendre ses idées et de les exprimer, la liberté de Presse assurée par une diffusion régulée, celle d’informer sans contrainte d’un pouvoir économique ou politique, la liberté de se syndiquer et s’organiser pour défendre les intérêts individuels et collectifs des travailleurs.

L’ÉGALITÉ : devant la loi et la justice, pour l’accès aux soins de qualité, à la culture, à l’enseignement, au logement, à l’énergie, à l’eau, aux services publics sur tout le territoire, entre les femmes et les hommes à tous les niveaux de la société, au travail comme dans la vie.

La FRATERNITÉ : au sein de notre société et à tous les niveaux et quelles que soit nos différences et nos origines, entre les peuples, avec les réfugiés et les migrants.

Nos revendications légitimes pour le bien-être de tous les salariés sont à l’opposé des régressions sociales du président des riches Macron et du MEDEF.

Le 9 octobre n’est pas une mobilisation comme les autres. À l’heure où les dirigeants s’apprêtent à donner un coup fatal à notre système social issu du Conseil National de la Résistance qui a fait jusqu’à aujourd’hui la cohésion de notre pays, notre nombre, la force et la pertinence de nos actions dans les entreprises, les quartiers, les villages, les facs impacteront la suite des évènements !

Toutes les conditions sont réunies pour que le 9 octobre chacune et chacun participe à cette journée de mobilisation. Seule une action de masse réussira à faire prendre le cap que nous, syndiqués de la FILPAC, voulons donner à notre société, à celle que demain nous transmettrons à nos enfants et petits-enfants.

Ne rien faire aujourd’hui serait se rendre complice de la destruction des conquis obtenus de longues luttes par nos ainés.

TOUS ENSEMBLE, TOUT EST POSSIBLE !

Appel à la mobilisation le 9 octobre ! de la FILPAC dans CGT UPM Chapelle Darblay filpac9oct18-1-250x343

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

12345...127
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...