• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Solidaires
      <b>IMG_20220407_114221</b> <br />
    • Album : manif du 4 février 2021
      <b>l</b> <br />
    • Album : initiative 16 octobre
      <b>JF3_2382_HD</b> <br />
    • Album : AG du personnel 25 09 2020
      <b>DSC_4775</b> <br />
    • Album : action 1er juillet
      <b>DSC_4063</b> <br />
    • Album : action 25 juin
      <b>DSC_3926</b> <br />
    • Album : Solidarité avec les personnels de la santé
      <b>3</b> <br />
    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05698</b> <br />

7 jours FILPAC.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 6 septembre 2013

 

À celui qui doute…7 jours FILPAC. dans CGT UPM Chapelle Darblay image0031

Regardons ensemble l’actualité du jour, pour mieux comprendre comment le mensonge alimente le doute, la résignation. Parmi les annonces de destruction quotidienne d’emplois, celle de Total mérite le détour.

Désespérer Billancourt, voilà leur mot d’ordre. Chaque jour, une nouvelle charge pour que tout le monde ait bien le moral dans les chaussettes. De façon que personne ne bouge plus une oreille. Un coup c’est « la compétitivité de la France qui fout le camp », un autre c’est « vous coûtez trop cher », un autre c’est  « les Allemands sont bien meilleurs », nous notre industrie date du moyen âge… et puis on est la honte de l’Europe, parce qu’on fume trop, on prend trop de médicaments, on boit trop, on veut vieillir en bonne santé, on veut du boulot pour nos jeunes et se faire rembourser par la Sécu ! ça va, basta ! Aux nantis, rentiers, financiers, aux bouffis du compte en banque qui nous font la morale, bref à Neuilly, Auteuil et Passy, on vous dit : on va défendre nos salaires, nos emplois et notre Sécu aussi dur que vous défendez vos profits. Chiche ?

 


971334_548533981860081_1297459229_n-300x187 dans CGT UPM Chapelle Darblayfichier pdf 7 Jours 47

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

« Contre la propagande sur le « Coût du travail »

Posté par cgtchapelledarblayupm le 3 septembre 2013

Contre la propagande sur le « Coût du travail »

Il faut augmenter les salaires, pas les dévaluer !

C’est la rentrée des classes ! Celle des patrons, des rentiers et des financiers se précipite dans les couloirs du pouvoir politique pour exiger « une baisse significative du coût du travail ». Hollande, sur le chemin de Damas, est pour. Ça veut dire  quoi ? Baisser les salaires, les prestations et les garanties sociales pour que les profits soient confortés. Vous allez voit qu’ils vont nous poser cette question : « Acceptez-vous l’amputation de votre bras gauche pour garder votre travail, ou bien préférez-vous garder vos deux bras au chômage » ? Ne soyons pas manchots, battons-nous pour l’augmentation de nos salaires et pensions !

 fichier pdf 7 Jours 45

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Une réforme qui pénalise les salariés et la jeunesse

Posté par cgtchapelledarblayupm le 28 août 2013

Réforme des retraites

Une réforme qui pénalise les salariés et la jeunesseUne réforme qui pénalise les salariés et la jeunesse dans CGT UPM Chapelle Darblay siteon0c707d

mardi 27 août 2013

Le Premier ministre vient d’annoncer les grandes lignes de la future réforme des retraites.

Cette réforme se situe dans la continuité des précédentes en privilégiant la poursuite jusqu’en 2020 de l’allongement de la durée de cotisation prévue par la loi Fillon, et en prolongeant ces dispositions après 2020. Il serait ainsi demandé 43 ans de cotisations aux jeunes nés à partir de 1973 alors même qu’on sait qu’ils rentrent de plus en plus tard dans le monde du travail. Ils atteindront ainsi l’âge du taux plein bien après 65 ans. Pour la CGT, ces dispositions sont orientées contre la jeunesse.

Enfermé dans le dogme dans la baisse du « coût du travail », le Premier ministre annonce une prochaine réforme de la branche famille de la Sécurité sociale destinée à transférer son financement sur les ménages.

Certaines dispositions qui pourraient apparaître favorables aux salariés, notamment au sujet de la pénibilité, des femmes et des jeunes, n’auraient qu’une portée très limitée sur les salariés concernés. Exemple : une carrière complète de travail pénible conduirait à un départ à 60 ans, sous certaines conditions restrictives.

Ces annonces justifient donc pleinement la mobilisation des salariés lors de cette rentrée notamment avec la journée d’action du 10 septembre pour les salaires, l’emploi et une protection sociale de haut niveau.

Montreuil, le 27 août 2013

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Réforme des retraites : la CGT renouvelle ses propositions

Posté par cgtchapelledarblayupm le 28 août 2013

LETTRE OUVERTE DE THIERRY LEPAON AU PREMIER MINISTRE

Réforme des retraites : la CGT renouvelle ses propositions

Réforme des retraites : la CGT renouvelle ses propositions dans la CGT siteon0c707dLe secrétaire général de la CGT a écrit une lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault à la suite de la rencontre avec le Premier ministre ce 26 août. « Une réforme est nécessaire », affirme Thierry Lepaon, « elle doit être destinée à améliorer la situation des retraités actuels et futurs et à favoriser l’emploi et les salaires. »

Voici le texte intégral du courrier adressé à Jean-Marc Ayrault

Monsieur le Premier Ministre,

A l’issue de la publication du rapport de Yannick Moreau, le gouvernement a mené une série d’entretiens avec les organisations syndicales de salariés et d’employeurs afin d’engager une réforme des retraites dès cette rentrée.

A la fin de ce processus et suite à la rencontre que nous avons eue ce matin, je souhaite vous rappeler les propositions concrètes que la CGT a formulées tout au long de cette concertation dans l’objectif de faire progresser les droits des salariés, d’assurer leur financement et de réduire les inégalités existantes.

En premier lieu, je vous rappelle que nous étions et sommes toujours demandeurs d’une négociation tripartite entre syndicats de salariés, organisations patronales et gouvernement.

Les entretiens bilatéraux qui ont eu lieu entre les organisations syndicales et le gouvernement ont pour effet d’éluder le débat nécessaire sur la part des richesses produites par les entreprises consacrée au financement de la protection sociale. La responsabilité du patronat en matière d’emploi, de politique salariale, de conditions de travail et d’égalité entre les femmes et les hommes est également au cœur des enjeux.

La CGT considère qu’une réforme est nécessaire. Elle doit être destinée à améliorer la situation des retraités actuels et futurs et à favoriser l’emploi et les salaires. C’est en fonction de ces objectifs que les ressources de financement doivent être dégagées.

Cette réforme doit prendre le contre-pied des réformes précédentes qui ont toutes dégradé la situation des salariés et des retraités et n’ont pas résolu les questions de financement.

Pour que l’ensemble des salariés d’aujourd’hui et de demain puissent avoir confiance dans notre système de retraite, condition indispensable à sa robustesse, les droits qui y sont associés doivent être définis et égaux pour tous.

Pour s’inscrire dans une dynamique de progrès social, la CGT préconise d’assoir la prochaine réforme sur 4 axes : 
- Rétablir l’âge d’ouverture des droits à 60 ans, avec une retraite d’au moins 75% du salaire d’activité pour la majorité des salariés et au moins égale au SMIC (que la CGT revendique à 1700 euros), 
- Tenir compte de la pénibilité par des mesures d’anticipation d’âge avant 60 ans, 
- Assurer l’égalité entre les femmes et les hommes, 
- Assurer une retraite de haut niveau pour le plus grand nombre et en particulier les plus jeunes d’entre nous.

La reconnaissance de la pénibilité doit s’appuyer sur une logique d’exposition ouvrant sur un dispositif de réparation. Des mesures de prévention doivent également être prises dans les entreprises, des formations accessibles aux salariés pour qu’ils puissent sortir de la pénibilité. Nous proposons la constitution d’un compte individuel de pénibilité dans le cadre de dispositions collectives permettant d’identifier des critères d’exposition (nous en proposons 12). Un an d’exposition doit donner lieu à un trimestre de bonification et d’anticipation. A partir de 20 ans d’exposition, le droit au départ serait ouvert à 55 ans.

Nous proposons que les périodes qui conduisent les jeunes à entrer tardivement dans un premier emploi stable et à temps complet soient validées : les périodes de précarité, les années d’études et les périodes d’apprentissage. La formation initiale est un gage d’efficacité économique et participe donc de la capacité d’un pays à créer des richesses et à se développer.

Les réformes régressives précédentes ont eu des conséquences négatives pour tous mais plus encore pour les femmes. Il faut donc inverser la tendance à partir de deux axes : changer profondément la situation des femmes au travail en assurant l’égalité salariale et modifier la constitution de leurs droits spécifiques à la retraite. Il faut ainsi revenir sur les paramètres de calcul de la pension pour tous : baser le salaire annuel moyen pour le calcul de la pension sur les 10 meilleures années, indexer le calcul des salaires et des pensions sur le salaire moyen. Il est urgent de revaloriser les petites pensions. La majoration de la durée d’assurance qui permet de compenser certains trimestres manquants doit être entièrement rétablie dans le public comme dans le privé.

Pour financer le rétablissement et l’extension des droits constitutifs d’une retraite satisfaisante pour toutes et tous, nous proposons deux types de mesures :

A court terme : 
- Revenir sur les 200 milliards d’euros d’aides publiques aux entreprises, notamment en supprimant les exonérations de cotisations sociales qui n’ont pas montré d’efficacité en matière d’incitation à l’emploi stable. Celles-ci s’élèvent aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros par an, 
- Récupérer les 80 milliards de fraude et d’évasion fiscales, 
- Atteindre l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, ce qui permet d’augmenter les ressources du système de 10 milliards d’euros aux horizons 2020.

A plus long terme : 
- Revoir le calcul de la cotisation employeur de sorte de la moduler en fonction de la politique salariale et d’emploi et de la part des salaires dans la valeur ajoutée de l’entreprise, 
- Créer une contribution sociale sur les revenus financiers des entreprises, au même taux que les cotisations assises sur le travail. Cette mesure permettrait de dégager 20 à 30 milliards d’euros par an, 
- Assoir l’assiette des cotisations sociales sur l’ensemble des rémunérations (primes, intéressement, participation …).

L’ensemble de ces propositions répondraient aux aspirations des salariés, à la situation économique et sociale et permettraient un financement pérenne du système.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Thierry Lepaon 
Secrétaire général de la CGT

Publié dans la CGT | Pas de Commentaire »

CARTON ROUGE À CHAPELLE-D’ARBLAY

Posté par cgtchapelledarblayupm le 26 août 2013

 

CARTON ROUGE À CHAPELLE-D’ARBLAY dans CGT UPM Chapelle Darblay head_nvo_02-1-300x119CARTON ROUGE À CHAPELLE-DARBLAY

En pleine période de congés, le groupe UPM a annoncé un plan social avec l’objectif « d’abaisser les coûts fixes » de 5 millions d’euros. Outre les menaces sur l’emploi, la direction veut balayer de nombreux acquis sociaux au nom de la compétitivité. À Grand-Couronne les salariés ne veulent en aucun cas s’engager sur cette voie.

PAR RÉGIS FRUTIER

Ils profitent de la loi de sécurisation de l’emploi pour remettre en cause tous nos acquis », s’insurge Gérard Sénécal, secrétaire du syndicat CGT-Filpac de la papeterie Chapelle-Darblay, qui n’a tou­jours pas digéré l’annonce faite lors du comité central d’entreprise le 18 juillet dernier. Le groupe finlandais UPM (22 000 salariés dans 16 pays) a donc attendu d’être au cœur de l’été pour dévoi­ler son plan. Le 17 janvier 2013, la multinationale avait annoncé l’arrêt de machines sur des sites en Finlande et en Allemagne, mais aussi la vente de deux établissements en France, à Aigrefeuille (38 salariés) en Charente-Maritime et à Docelles (180 salariés) dans les Vosges. Le comité central d’entreprise de juillet précise qu’aucun repreneur ne s’étant fait connaître pour le site vosgien, celui-ci devrait fermer. Quant au site d’Aigre­feuille, un repreneur ne conserverait que vingt salariés. En termes d’emplois, les mauvaises nouvelles concernent aussi le site de Nancy (moins vingt postes) et Forexplo (douze suppressions d’emplois) en Alsace. Vingt suppressions de postes au siège de Levallois (92) sont également annoncées.

La papeterie Chapelle- Darblay de Grand-Couronne (76) n’est pas épargnée. Dans cette usine qui pro­duit l’équivalent du tiers de la consom­mation nationale de papier journal, il y aurait trente suppressions d’emplois (dont 24 licenciements) sur les 420 sala­riés qui travaillent. Chapelle-Darblay est voisine de Petroplus et le puissant syn­dicat CGT de la papeterie, qui apporte son soutien depuis de long mois au com­bat pour l’emploi mené à la raffinerie, est sous le choc. Pas question cependant d’encaisser ce coup supplémentaire pour l’industrie régionale sans réagir. Dès le 19 juillet, la centaine de salariés présents à la papeterie débrayaient deux heures.

Au nom de la compétitivité

Il faut encore préciser que la direction ne se contente pas de supprimer des postes, mais profite de la stupeur pour introduire également d’importantes modifications dans l’organisation du travail. Elle propose ainsi 112 modifications de postes de travail et la remise en cause de l’accord de réduction du temps de travail. « La direction veut remettre en cause les 23 jours de RTT qui étaient au choix du salarié. De plus, ils entendent mettre en place des équipes dites polyvalentes. Leur objectif est que tout le monde devienne interchangeable, ce qui au passage va supprimer des possibilités de promotion », explique Gérard Sénécal, secrétaire du syndicat CGT. Pour Jean-François Gabala, élu CGT au CE, la manœuvre a été préparée de longue date : « C’est le quatrième plan social depuis 2007. La direction entend baisser ses coûts fixes en économisant sur la maintenance. C’est ainsi qu’il y a quelques années, ils l’avaient externalisée à des sous-traitants, lesquels avaient une base logistique sur le site. Tous ces sous-traitants ont en mars dernier reçu une lettre pour leur signifier un renvoi. Avec la polyvalence, ils veulent réinternaliser ces tâches tout en s’exonérant d’embaucher. » La direction vise une économie de 5 millions d’euros. Au regard des 520 millions d’euros de dividendes encaissés en 2012 par les actionnaires d’ UPM, le syndicat n’hésite pas à parler de licenciements boursiers.

des gâchis économiques et écologiques par obsession de la rentabilité financière.

« Il y a quelques années, le papier recyclé nous était livré à très bas prix grâce à la collecte des collectivités territoriales. Aujourd’hui, la spéculation sur le prix du papier fait que celui-ci part à l’export (1) », poursuit Jean-François Gabala. Et de fait le paradoxe de la papeterie française fait qu’elle exporte 50 % de sa production, tandis qu’elle importe autant. Une belle illustration des gâchis économiques et écologiques engendrés par l’obsession de la rentabilité financière. Tandis qu’au niveau national la Filpac-CGT plaide pour un retour aux circuits courts de distribution et à une utilisation rationnelle de la collecte du papier, les salariés de Chapelle-Darblay réaffirment leur intention de ne pas s’en laisser conter par les comparaisons tronquées que met en avant leur direction sur le « coût du travail » en Allemagne. Le 26 septembre, Chapelle Darblay fêtera les trente ans de sa victoire historique où, après 100 jours de grève, les salariés ont mis en échec la fermeture de leur usine. UPM n’a qu’à bien se tenir. nx

(1) Lire à ce propos l’enquête de la NVO « Scandales en forêt » parue en août 2012 qui révèle le scandale du papier recyclé : www.nvo.fr, aller sur Archives, puis sur Économie.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

pas touche à la retraite

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 août 2013

pas touche à la retraite  dans CGT UPM Chapelle Darblay 10-sept

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Pas touche à la retraite.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 23 août 2013

Pas touche à la retraite. dans CGT UPM Chapelle Darblay 10-septembre-1

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Pénibilité : La CGT demande des actes

Posté par cgtchapelledarblayupm le 16 août 2013

PénibilitéPénibilité : La CGT demande des actes dans la CGT siteon0c707d

La CGT demande des actes

lundi 12 août 2013

Le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, accompagné des ministres Marisol Touraine et Michel Sapin, a prévu, à l’occasion d’une visite du chantier du tramway T6 à Vélizy-Villacoublay le 13 août, d’intervenir sur la question de la pénibilité.

Les préconisations du rapport Moreau sont loin du compte 
Pour la CGT, prévenir et réparer la pénibilité, notamment dans le cadre de la réforme des retraites est une priorité. En effet, les derniers travaux de l’Ined et de l’Inserm démontrent que l’espérance de vie en bonne santé a tendance à stagner, voire à régresser. Cependant, les bases de la réflexion sur la pénibilité contenues dans le rapport Moreau ne sont pas à la hauteur du problème posé.

- Le salarié aurait le choix entre une formation professionnelle permettant la mobilité et un départ en retraite anticipé. Après de nombreuses années d’exposition à la pénibilité, c’est bien des deux dispositifs dont le salarié a besoin : un travail moins exposé, puis un départ anticipé. 
- Dans l’hypothèse où le salarié choisirait un départ anticipé, ces mesures permettraient au mieux un départ à 60 ans, ce qui est beaucoup trop tardif. 
- Le rapport ne retient pas l’ensemble des 12 critères de pénibilité établis lors de la dernière négociation sur le sujet. Ainsi, le nombre de salariés qui seraient éligibles représente à peine la moitié des salariés réellement concernés (40 000 par an contre environ 100 000 par an selon les études effectuées lors de la dernière négociation).

Les propositions de la CGT sont sur la table 
La CGT est toujours prête pour engager de véritables discussions sur ce sujet et a présenté des propositions très précises au gouvernement, tant en ce qui concerne l’identification de l’exposition à la pénibilité qu’en matière de droits associés et de dynamique de prévention pour enfin s’attaquer aux causes de la pénibilité et à la nécessaire transformation des situations de travail.

La CGT propose ainsi que l’exposition soit établie sur la base des 12 critères retenus lors de la négociation sur la pénibilité, organisés en 3 groupes :

• Contraintes physiques. 
• Environnement agressif. 
• Contraintes liées aux rythmes de travail.

L’exposition à un ou plusieurs critères pendant une certaine durée donnerait droit à un départ anticipé à partir de 55 ans (voire avant pour certains métiers). Des bonifications seraient également attribuées afin que le départ anticipé soit associé à un niveau de pension correct.

Alors que le gouvernement martèle sa volonté d’allonger la durée de cotisation dans le cadre de la prochaine réforme des retraites, la CGT s’interroge : comment prévenir et réparer la pénibilité en contraignant les salariés à travailler plus longtemps ?
Pour une bonne réforme des retraites, pour une reconnaissance effective de la pénibilité, la CGT appelle les salariés à se mobiliser le 10 septembre.

Publié dans la CGT | Pas de Commentaire »

Licenciement : le barème de l’indemnité forfaitaire en cas de conciliation

Posté par cgtchapelledarblayupm le 15 août 2013

Licenciement : le barème de l’indemnité forfaitaire en cas de conciliation entre en vigueur le 8 août (en pièce jointe le décret paru au Journal Officiel)Licenciement : le barème de l’indemnité forfaitaire en cas de conciliation dans CGT UPM Chapelle Darblay arton195-7de7d-eada2

Le barème de l’indemnité forfaitaire en cas de conciliation devant les prud’hommes pour mettre fin à un litige relatif au licenciement entre en vigueur le 8 août, le décret le fixant étant paru au JO. Sans surprise, ce texte s’inspire du barème fixé par l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l’emploi.

La loi de sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013 a prévu, dans le cadre des contentieux relatifs aux licenciements, la possibilité pour les parties de décider, pendant la phase de conciliation, de mettre un terme au litige en contrepartie du versement par l’employeur au salarié d’une indemnité forfaitaire calculée en référence à un barème tenant compte de l’ancienneté du salarié (C. trav., art. L. 1235-1).

Restait encore à fixer ce barème. C’est chose faite avec la publication au JO du 7 août du décret n° 2013-721 du 2 août. Celui-ci s’inspire du barème issu de l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l’emploi.

Barème à cinq niveaux

Le barème établi par décret est fixé comme suit :

– deux mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté inférieure à 2 ans ;

– quatre mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre 2 ans et moins de 8 ans ;

– huit mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre 8 ans et moins de 15 ans ;

– dix mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre 15 ans et 25 ans ;

– 14 mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté supérieure à 25 ans.

Rappelons que l’indemnité forfaitaire n’est pas imposable (CGI, art. 80 duodecies 1, 1°).

- Elle est également exonérée de cotisations de sécurité sociale dès lors que son montant, cumulé avec celui de l’indemnité de licenciement, ne dépasse pas deux plafonds annuels de sécurité sociale (PASS).

- Cette exonération ne s’applique pas si le total des indemnités versées au salarié dépasse dix fois ce plafond.

Décret n° 2013-721 du 2 août 2013, JO 7 août 2013, p. 13498

PDF - 72 ko
Décret paru au JO fixant les indemnités forfaitaires de licenciement

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

« Le carton français plie bagage » (le Courrier Picard) –

Posté par cgtchapelledarblayupm le 14 août 2013

« Le carton français plie bagage » (le Courrier Picard) - lettre Filpac CGT de soutien aux salariés DS SMITH de RUGBY (Royaume-Uni)

samedi 10 août 2013

Word - 138.5 ko
Lettre DS SMITH Filpac CGT de soutien aux salariés de DS SMITH RUGBY
PDF - 3.5 Mo
Le carton français plie bagage (le Courrier Picard)

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

1...205206207208209...215
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...