• Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

    Ils ne savaient pas que c'était imposible, alors ils l'ont fait !

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Mes albums récents

    • Album : Montage de l'expo pap chap à Montreuil
      <b>DSC05659</b> <br />
    • Album : Manif au havre le 24 janvier
      <b>20200124_095506</b> <br />
    • Album : Manif 15 janvier
      <b>DSC_3525</b> <br />
    • Album : actions du 14 janvier
      <b>DSC05505</b> <br />
    • Album : Manif 28 decembre
      <b>20191228_145507</b> <br />
    • Album : 20 decembre la metropole
      <b>1</b> <br />
    • Album : Manif 17 decembre
      <b>DSC05326</b> <br />
    • Album : manif du 12 decembre
      <b>DSC05236</b> <br />

LA CHAPELLE DARBLAY DOIT VIVRE !

Posté par cgtchapelledarblayupm le 27 janvier 2020

Annotation 2020-01-27 150443

*

LA CHAPELLE DARBLAY DOIT VIVRE !

SOUTENONS NOS CAMARADES EN LUTTES POUR LEURS EMPLOIS

Depuis de plusieurs mois, les salariés de La Chapelle Darblay à Grand-Couronne se battent pour la survie de leur entreprise, avec leur syndicat CGT.

*
Cette papèterie, fleuron industriel de notre pays fabriquant 30 % du papier recyclé en France, est menacée de fermeture sans aucun motif, si ce n’est des raisons boursières.

*
La fermeture de cette entreprise aurait des conséquences désastreuses pour l’emploi de nos camarades mais serait également une catastrophe industrielle pour l’ensemble de la région et pour toutes les filières en dépendant ? telles que le recyclage des déchets et la fourniture de papier pour l’impression des journaux.

*
De tous temps, notre syndicat a soutenu et apporté sa solidarité aux camarades « PAP-CHAP ». Aujourd’hui plus que jamais, alors que notre confédération suit de près ce dossier, notre soutien doit être sans faille pour l’ensemble des salariés de cette papèterie.
*

RENDEZ-VOUS LE MERCREDI 29 JANVIER À PARTIR DE 9 H 00 SUR LE SITE DE LA CHAPELLE DARBLAY (1 rue de la Papèterie – 76530 GRAND-COURONNE) –

à 9 h 00 : accueil de Philippe MARTINEZ accompagné de M. BAYOU, porte-parole d’EELV ; –

à 11 h 00 : une table ronde est organisée pour discuter de l’indispensable activité du site  et pour définir d’autres actions pour sauver la Chapelle Darblay. La CGT à  lancer des invitations à différents acteurs politiques, tel que le ministre de  l’économie, des députés LREM, du PCF, les sénateurs/trices du PS et du PCF, le  Préfet, la Métropole, la Région, et des professionnels de la filière vieux-papiers.

*

LE SGLCE APPELLE L’ENSEMBLE DES SALARIÉS DE LA PROFESSION  À VENIR

SOUTENIR LES « PAP-CHAP » MERCREDI 29 JANVIER 2020.

*

Le 30 janvier, une exposition sera installée au siège de la CGT à Montreuil afin que l’ensemble de la CGT connaisse le combat de nos camarades.
 
 Paris, le 27 janvier 2020

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Bien sûr, Président , on est encore dans une démocratie…

Posté par cgtchapelledarblayupm le 25 janvier 2020

Bien sûr, Président , on est encore dans une démocratie…

La preuve, ce dessin résume très bien…

84505961_10158050399601940_1619423534990229504_o

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Impressionnante manifestation au Havre :

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 janvier 2020

Impressionnante manifestation au Havre :

revivez la mobilisation du 24 janvier en Seine-Maritime

Démonstration de force réussie pour les opposants à la réforme des retraites : vendredi 24, une manifestation d’ampleur s’est déroulée dans les rues du Havre, une autre à Rouen.manifestation-le-havre-rouen-24-janvier-en-direct-854x641

En Normandie, c’est très logiquement le fief du Premier ministre qui avait été choisi par les opposants pour accueillir une manifestation régionale et jouer la démonstration de force. À l’appel des cinq unions départementales de la CGT, ce sont ainsi 60 000 à 70 000 personnes selon les syndicats, 7 500 selon la police, qui ont défilé dans les rues de la cité océane.

En Seine-Maritime, en parallèle de cette mobilisation régionale, une autre manifestation s’est déroulée au même moment à Rouen. Elle a pour sa part réuni 10 000 manifestants selon les syndicats, 3 400 selon la police. 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Il faut savoir retirer un mauvais projet

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 janvier 2020

Annotation 2020-01-24 172115

Manifestation le 29 janvier
 
 
Il faut savoir retirer un mauvais projet
 
Les mobilisations d’aujourd’hui démontrent, s’il en était besoin, que le mouvement ne s’essouffle pas. Bien au contraire, il se transforme pour s’ancrer toujours plus dans les entreprises et dans le quotidien de plus en plus de villes.
 
Nous comptabilisions hier soir des rassemblements, manifestations et initiatives organisés ces trois derniers jours dans plus de 360 villes.
 
Comme pour faire écho à ce bouillonnement et faire mentir une nouvelle fois ce gouvernement, les derniers sondages confirment qu’une très large majorité des Français (62 %) sont pour le retrait du projet de retraite à points. 
 
Signe supplémentaire qui devrait faire réfléchir le président Macron, seuls 14 % des sondés disent soutenir la politique qu’il mène depuis son élection.
 
Visiblement, ceux qui sont minoritaires dans le pays ne sont pas ceux qui luttent, mais de toute évidence ceux qui soutiennent ce gouvernement.
 
Notre conseil en retour (ils n’en sont pas avares en notre direction) : messieurs du gouvernement, il faut savoir retirer un mauvais projet !

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

La CGT Normande était au havre ….

Posté par cgtchapelledarblayupm le 24 janvier 2020

La CGT Normande était au havre.

Une belle manif.

on lâche rien !

 

20200124_095506 20200124_095512 20200124_100451 20200124_100501 20200124_101545 20200124_101549 20200124_101601 20200124_101607 20200124_101923 20200124_101930 20200124_102209 20200124_102214 20200124_102342 20200124_102353 20200124_102405 20200124_102409 20200124_102417 20200124_102428 20200124_102436 20200124_102454 20200124_102628(0) 20200124_102628 20200124_105712 20200124_105720 20200124_105734 20200124_105738 20200124_105810 20200124_110012 20200124_110024 20200124_111345 20200124_111832 20200124_111836 20200124_111837 20200124_111846 20200124_111910 20200124_112136 20200124_112159 20200124_112430 20200124_112529 20200124_112537 20200124_112635(0) 20200124_112707 20200124_112801 20200124_112812 20200124_112824 20200124_112955 20200124_113032 20200124_113141 20200124_113334 20200124_113536(0) 20200124_113536 20200124_113847 20200124_113919 20200124_114104 20200124_114119 20200124_114255 20200124_114336 20200124_114613 20200124_114652 20200124_120035 20200124_120121 20200124_120249 20200124_120433 20200124_120514 20200124_120624 20200124_120626 20200124_121903 20200124_121918 20200124_121921 20200124_121923 20200124_121924 20200124_121959 20200124_122041 20200124_122204 20200124_122612 20200124_122634 20200124_122712 20200124_122807 20200124_122826 20200124_122856 20200124_122908 20200124_122918 20200124_125342 20200124_140528 20200124_142042

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

ROUEN ne lâche rien !!!

Posté par cgtchapelledarblayupm le 23 janvier 2020

1  7 6 5 4 3 2

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Un 24 massif et déterminé pour le retrait

Posté par cgtchapelledarblayupm le 23 janvier 2020

Annotation 2020-01-23 111356

/

Un 24 massif et déterminé pour le retrait

*

Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier 2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel qui impliqueraient des conséquences désastreuses pour toute la population.

Nous sommes donc face à un projet qui est toujours totalement flou mais dont l’analyse des grandes lignes, y compris par des experts indépendants, montre qu’à l’opposé de la communication gouvernementale sur une réforme de justice sociale, son objectif est de nous faire travailler plus longtemps et de baisser les pensions. La population n’est pas dupe et continue à être opposée à cette réforme et à soutenir majoritairement la mobilisation contre ce projet absurde et injuste.

*
L’absence de transparence du Gouvernement sur les impacts individuels et globaux est inadmissible. Après un simulacre de dialogue social de 2 ans avec les organisations syndicales, le gouvernement méprise les salarié-e-s, les grévistes, la population et la jeunesse et maintenant les prérogatives du Parlement.

*
Les actions et les grèves se multiplient sur l’ensemble du territoire. Nos organisations se félicitent du succès annoncé des nombreuses mobilisations organisées jeudi 23 au soir, notamment des retraites aux flambeaux.

Nos organisations appellent à une mobilisation maximale le 24 janvier par la grève et les manifestations massives pour rejeter cette réforme, pour obtenir le retrait de ce projet de Loi et de véritables négociations sur la base des revendications portées par l’intersyndicale majoritaire.

/
Le Parlement devrait commencer à discuter du projet de Loi. D’ici là nos organisations appellent à poursuivre et amplifier les actions, y compris en multipliant les arrêts de travail, en interpellant les parlementaires et en organisant des actions de dépôt des outils de travail dans des lieux symboliques.
La détermination à faire retirer ce projet de loi est entière.

Nos organisations décident de se revoir dès le 24 janvier matin pour décider ensemble des suites.
 /
Paris le 22 janvier 2020
 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Communiqué de la CGT.

Posté par cgtchapelledarblayupm le 21 janvier 2020

Logo-cgtCOMMUNIQUE
 
Nouvelle intrusion au siège de la CFDT

Une nouvelle intrusion a eu lieu ce jour au siège de la CFDT afin d’y couper l’électricité. Cet acte, commis par des personnes non identifiées, est revendiqué par quelques syndicats de la CGT énergie.

La Confédération Générale du Travail ne cautionne pas de telles actions comme elle a déjà eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises. Elle réaffirme son attachement à un débat démocratique dans lequel chaque organisation syndicale a le droit de défendre ses positions en propre.

*
Par ailleurs, la CGT dénonce l’attitude de mépris et de provocation permanente de la part du gouvernement qui ne cesse de stigmatiser les grévistes et qui fait clairement fi d’une très large opinion publique qui reste largement opposée à son projet.

*
La CGT soutient l’ensemble des salariés des industries électriques et gazières, comme des autres secteurs massivement en grève depuis plusieurs semaines, démontrant ainsi la forte opposition au projet de contre-réforme du gouvernement.

*
Elle appelle à une mobilisation massive dans tous les secteurs de l’économie, ce vendredi 24 janvier, jour de l’examen du projet de loi au Conseil des ministres.

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

CFDT : «Rester ou partir, la question se pose»

Posté par cgtchapelledarblayupm le 21 janvier 2020

/

CFDT : «Rester ou partir, la question se pose»

Par Amandine Cailhol — 20 janvier 2020 à 20:41

Après l’acceptation par Laurent Berger d’un «compromis» sur la réforme des retraites, certains adhérents ont claqué la porte de la centrale, jugée trop molle et trop proche de l’exécutif. 

  • CFDT : «Rester ou partir, la question se pose»

«Ma carte ? Je l’ai réduite en confettis et renvoyée au siège.» Il y a quelques jours, alors que la CFDT criait victoire après avoir obtenu le retrait provisoire de l’âge pivot, Sarah (1), adhérente du syndicat depuis huit ans, a écrit à la centrale pour l’informer qu’elle ne renouvelait pas son adhésion. Brûlée, réduite en morceaux ou jetée à la poubelle : plusieurs cédétistes ont sacrifié leur carte pour exprimer leur rancœur.

Foudres82791317_3232386900124138_5189753432096899072_n

Sur les réseaux sociaux, les témoignages se multiplient.

Pour Sarah, salariée du secteur bancaire, les derniers rebondissements autour de l’âge pivot ont servi de détonateur. «S’en réjouir et s’en attribuer le mérite, c’est risible», explique l’ex-cédétiste. Pour elle, «la CFDT a très tôt donné l’impression de s’accorder avec le gouvernement.» Et d’ajouter, sévère : «Etre un syndicat réformiste, c’est certes être dans le dialogue, mais ce n’est pas accepter de se vendre pour conserver son statut privilégié.»

Mêmes foudres de Stéphanie, qui après trente ans à la CFDT, a aussi décidé de partir. Dans un mail à sa fédération, elle écrit : «Je ne veux plus faire partie de ce syndicat. Sa politique ne me correspond plus.» Ce n’est pas la première fois que cette technicienne de laboratoire doute. Déjà, lors des précédentes réformes des retraites, elle avait hésité à claquer la porte d’une CFDT jugée trop molle. «Après les lois travail, ce n’est pas possible !» s’emporte aussi Hervé. Conseiller prud’homal cédétiste, il garde en travers de la gorge la barémisation des indemnités en cas de licenciement abusif, mesure issue des ordonnances de 2017 contre laquelle la CFDT ne s’est pas assez battue à son goût.

«Flou»

Pour Stéphanie, le syndicat «n’écoute pas assez la base». La CFDT «se détourne du salarié», abonde Kévin, élu cédétiste interrogé par RMC. Après dix ans à distribuer des tracts, il a craqué et rendu son mandat quand il a vu arriver la dernière affichette imprimée par son syndicat. Dessus, en gros, le mot «victoire». «J’ai pas envie de défendre ça», explique celui qui se demande «ce que fout la CFDT». «On a du mal à comprendre que la CFDT ait accepté ça, on va négocier avec un pistolet sur la tempe», râle Jean-Louis, un professeur qui vient aussi de quitter le syndicat et parle de «trahison».

Au sein de la confédération, on nie toutefois tout cataclysme qui pourrait rappeler le mauvais souvenir de 2003. A l’époque, le syndicat, après avoir soutenu la réforme des retraites de Fillon, avait perdu des milliers d’adhérents, dont une bonne partie de ses cheminots. «Le nombre de mails et de lettres qu’on reçoit sur le sujet n’a rien à voir en volume par rapport à l’époque. C’est anecdotique», assure Frédéric Sève, le «monsieur retraites» du syndicat. Mais des militants sont plus inquiets. «On est le premier syndicat de France, mais si les gens partent, il n’y aura plus personne dans les équipes syndicales pour faire voter pour la CFDT aux élections professionnelles», dit Marilyne de la CFDT métallurgie.

D’autant qu’au-delà des cas de désertion, dans certaines branches, des tensions se font sentir. Et la ligne du secrétaire général, Laurent Berger, qui espère la fin du mouvement, peine à imprimer. C’est le cas chez les cheminots qui appelaient la semaine dernière à poursuivre la grève, jugeant les avancées insuffisantes. Ou du côté des métallos du Symnes (syndicat francilien), encore dans la manif intersyndicale jeudi pour, explique l’un d’eux, «aider Berger dans les futures négociations». Là où les chercheurs du Sgen CFDT recherche se montraient plus radicaux, demandant dans un communiqué «le retrait du projet de loi instituant un système « universel » de retraite».

Même du côté des fidèles à la ligne de la direction confédérale, certains émettent des doutes. «Je suis plutôt satisfait, mais je reste vigilant, il ne faut pas crier trop vite victoire, note un élu CFDT de la Poste. Tout est si flou.» «J’espère qu’on ne va pas se faire avoir», pointe Marilyne de la CFDT métallurgie, pourtant plutôt raccord avec le discours de la direction. Elle explique : «A la CFDT, des gens ne font pas confiance à Laurent Berger. Moi, je suis mitigée : j’ai peur qu’il lâche trop facilement sur des trucs.» S’ils n’ont pas tous claqué la porte, beaucoup sont dans le doute. C’est le cas d’Hervé, le conseiller prud’homal à la tête d’une grosse section CFDT dans l’industrie : «Rester ou partir, la question se pose. Je suis tenté. Mais il y a aussi tous ces gens dans l’entreprise qui ont voté pour nous, nous ont fait confiance…» En attendant de trancher, il prédit un prochain congrès du syndicat en 2022 «très chaud» pour Laurent Berger, qu’il ne juge «pas à la hauteur». Et s’interroge : «Pourquoi ce serait à nous de partir et pas à lui ?»

 

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Philippe Martinez dénonce le CGT-bashing

Posté par cgtchapelledarblayupm le 19 janvier 2020

« Nous n’avons pas à porter le chapeau de tout ce qui se passe dans le pays » :

Philippe Martinez dénonce le CGT-bashing

ad2b06f_BTE15_FRANCE-PROTESTS-PENSIONS_0116_11Interrogé sur l’intrusion de grévistes au siège de la CFDT, l’incendie à La Rotonde et la sortie perturbée d’Emmanuel Macron au théâtre, le secrétaire général de la CGT a rappelé qu’il condamnait « toute forme de violence ».

« Nous condamnons toute forme de violence. Mais pour être très clair : il y en a marre du “CGT-bashing” ! Nous n’avons pas à porter le chapeau de tout ce qui se passe dans le pays. » Interrogé par Le Parisien, le secrétaire général de la CGT a dû rappeler que son syndicat n’était pas à l’origine des différents actes violents ayant eu lieu ces derniers jours dans le contexte de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Deux jours après l’intrusion de grévistes au siège de la CFDT, favorable au système universel de retraite par points dénoncé par les grévistes, M. Martinez a confié avoir téléphoné à Laurent Berger pour lui faire part de son soutien. « Il m’a confirmé, contrairement à ce qu’on a dit, qu’aucun militant de la CGT n’avait participé », a-t-il assuré. Vendredi, une source policière avait pourtant affirmé qu’il s’agissait de militants d’un second syndicat français.

« Nous aussi, nous sommes victimes d’intimidations, a raconté le syndicaliste. Je reçois des messages de haine : “Sale Espagnol, rentre dans ton pays”. Sans parler des menaces visant notre siège. » Le dirigeant de la CGT a ainsi demandé à ses militants « de faire attention aux provocations qui peuvent leur être faites ».

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

123456...160
 

ZONĂ LIBERĂ DE MA... |
Dekra Box - CFDT Industria... |
poureuxavanttout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | corps des humbles
| PAIE ACTUALITY
| Ecole St Vincent de Paul de...